Autres journaux :


lundi 12 octobre 2015 à 06:55

Emouvante cérémonie à l’Epi de Lucy (Montceau-les-Mines)

Des fleurs, une fleur un épi, sniff...




 

Ce dimanche matin, à l’Epi de Lucy rue Jean Didier, alors que comme d’habitude la queue des clients s’allonge sur le trottoir, une table a été dressée sur le trottoir. Elle a été chargée de chouquettes, gâteaux divers, cafetière et tout ce qui faut pour offrir un instant de plaisir partagé. La jeune et charmante fleuriste d’en face vient porter un énorme bouquet. Pas de doute il se trame quelque chose ici.

 

Ce quelque chose c’est une petite cérémonie d’adieu, d’au revoir peut être, à Estelle Baudin, l’une des deux vendeuses de l’Epi de Lucy, dont une cliente s’empresse de dire « elle est vraiment très gentille ».

 

Le Patron, Monsieur Trichard, qualifiée de « super » par ses vendeuses, ne tarit pas d’éloges sur Estelle, et s’il s’attriste de son départ il reconnait que c’est une fille dynamique et très souriante.

 

Monsieur Trichard ça va faire 12 ans qu’il fait tourner cette boulangerie pâtisserie. C’est un artisan boulanger pâtissier, aidé par deux garçons au fournil et laboratoire et deux filles dans le magasin. Et à voir dans la semaine et le dimanche matin la clientèle qui ne cesse d’affluer on sait que son pain, ses pâtisseries et ses spécialités polonaises, sont au top.

 

C’est vrai que ce dimanche matin à 9h30 c’est la foule. Et beaucoup de clients ont un petit mot gentil pour Estelle, certains acceptent un café, prennent une chouquette. C’est une clientèle d’habitués. Ce petit coin de la saule fait le plein de clientèle entre son charcutier réputé, sa fleuriste souriante, son bureau de tabac accueillant, son boulanger de qualité, un café, un restaurant, un toiletteur, un magasin de matériel auto, un coiffeur. C’est suffisamment difficile à Montceau, crise oblige, pour que l’on souligne un tel dynamisme.

 

Estelle est la démonstration contraire de tout ce que l’on nous ressasse à longueur de journée. On nous dit que les salariés ne sont pas mobiles, que les gens rechignent à aller loin de chez eux pour trouver du travail.

 

Estelle, il y a 3 ans est licenciée économique de sa boulangerie de Martigny le comte. Elle n’a pas l’habitude de rester les deux pieds dans le même sabot et dès qu’elle voit une annonce pour une place de vendeuse à l’Epi de Lucy elle prend sa voiture et se trouve en avance d’une demi-heure au rendez-vous fixé.

 

Monsieur Trichard n’a pas hésité devant ce dynamisme.

 

Martigny-le-Comte – Montceau-les-Mines c’est, aller et retour suivant l’itinéraire choisi, une cinquantaine de kilomètres, faut les faire et en supporter le coût.

 

Estelle est la démonstration contraire de tout ce que l’on nous ressasse à longueur de journée. On nous dit que les gens rechignent à changer de métier, d’orientation. Elle quitte la boulange pour rentrer chez les « timbrés ». Elle va prendre en charge l’agence postale de Martigny le comte.

 

C’est un regroupement familial et une réorientation professionnelle. Faut le faire aussi.

 

Et à la boulangerie de l’Epi de Lucy cette année ça bouge, une collègue est déjà partie et remplacée par une charmante Céline. Le sourire restera jeune et accueillant puisqu’Estelle sera remplacée par Stéphanie.

 

C’est le dernier jour d’Estelle à l’Epi de Lucy, elle reçoit un gros bouquet, une belle rose et sans doute plein d’autres attentions, et il y a un pincement au cœur dans l’équipe, voire même chez les clients et clientes.

 

 

Nous souhaitons bonne chance à Estelle dans ses nouvelles fonctions, son nouveau métier, bien qu’elle reste dans l’accueil du client, bonne continuation aux jeunes femmes qui vont tenir la boutique rue Jean Didier.

 

 

Gilles Desnoix

 

EPI 11 11 151

 

EPI 11 11 152

 

EPI 11 11 153

 

 

EPI 11 11 15

 

 

 





Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer