Autres journaux :



mardi 12 avril 2016 à 20:06

Conseil municipal de Montceau de ce mardi 12 avril 2016

... ils l’ont dit !



 

Propos tenus le 2 février par Mme le Maire sur L Selvez Il constate qu’elle ne l’aime pas. Certes parfois les propos sont vifs mais ils s’échangent dans le cadre d’une confrontation politique normale. Les propos de Madame le Maire le concernant lui apparaissent vraiment comme injurieux et déplacés. Il rappelle que pour lui, dans les tracts politiques avant les élections, les propos de Mme le Maire seraient diffamatoires et faux. Conclusion : Bilan maigre, autoritarisme vis à vis des agents, des élus de sa liste et même de ceux de l’opposition. « Vos propos me rassurent sur le fait que vous ne m’aimiez pas. »

 

 

 

Madame le Maire lui souhaite une bonne guérison.
 
Les engagements sont tenus, les impôts ne seront pas augmentés. Les orientations budgétaires prises avec responsabilité sans augmenter les impôts seront tenues. De plus l’état économique d’une majorité des foyers milite pour que l’on ne bouge pas la pression fiscale.

 

 

Madame le Maire insiste sur le fait que la  ville de Montceau est une ville pauvre classée 157ème dans le classement de la dotation de solidarité urbaine (DSU). sur 757 villes. Madame le Maire dit que tous les efforts de son équipe tendent à relancer l’économie en agissant pour l’emploi, le logement, le commerce. Des engagement ont été pris, travail avec les associations, place privilégiée aux subventions exceptionnelles qui accompagnent et mettent en valeur les associations, leurs adhérents et la ville de Montceau. Les subventions ne peuvent plus servir uniquement au fonctionnement des associations.

 

 

Elle rappelle l’ambition de proposer une culture en direction de tous et abordable par tous, c’est une rupture dit-elle avec les anciennes mandatures.
Aménagements salle Bourdelle pour tendre vers 2000 places debout avec une véranda. « Nous aurions pu faire plus vite si nous avions utilisé l’argent des chapiteaux pour réparer la salle Bourdelle ».

 

 

Mme le Maire revient sur la politique de la jeunesse, « il ne suffit pas d’avoir un lieu il faut un vrai projet, les élus en charge sont en train de l’écrire. »

 

 

Elle insiste sur « l’ambition dans le domaine de la santé, la prévention, aussi le printemps du handicap, en réseau avec les organisations nationales pour la santé publique, c’est Mme Bérard qui est chargée de la mise en place et du suivi. »

 

 

 

En ce qui concerne le service civique, Madame le Maire parle de mission d’intérêt général dans un engagement citoyen avec le service civique, cela a commencé avec le pavoisement des écoles.

 

 

Puis Madame le Maire rappelle l’installation du Conseil des sages, les. 5 contrats d’apprentissage et plus de 200 stages accueillis en deux ans, dans le cadre de l’accueil, l’accompagnement et la facilitation auprès des habitants, de la jeunesse et des acteurs locaux.

 

 

 
Point extrêmement sensible : la jurisprudence concernant le droit de parole et d’intervention des conseillers de l’opposition: Mme le Maire dit passer sur le mode de transmission des remarques de la Gauche rassemblée (mail), mais elle annonce la création d’un groupe de travail pour réfléchir à la rédaction d’un nouveau règlement intérieur. C’est Gérard Gronfier qui est chargé de mener une réflexion avec un groupe de travail sur le sujet. Les oppositions y seront conviées.

 

 

Madame le Maire dit qu’à lui tout seul Monsieur Selvez fait jurisprudence, qu’il ne souhaite exister qu’en allongeant le temps de parole en distillant des propos hors sujet, voire même haineux sur les réseaux sociaux. Ces interventions ont pour but, dit-elle, de prolonger les débats pour éviter que l’on remarque l’absence de projets. C’est pour elle une attitude politicienne.

 

 

 

Décidée à répondre sur le thème « on fait dire ce que l’on veut à la jurisprudence et aux règlements intérieurs » elle lit le courrier des Maires sur la jurisprudence concernant les interventions des conseillers municipaux: oui on peut limiter par règlement intérieur les interventions sans priver les élus de leur droit de parole.

 

 

Elle lit un courrier du Ministre de l’intérieur : oui le Règlement Intérieur peut prévoir une limitation de durée, sans porter atteinte au droit d’expression des conseillers municipaux.

 

 

Elle va plus loin en prenant un exemple plus proche : règlement intérieur de la CUCM: art 10 le Président organise les débats et donne la parole aux élus dans un ordre qu’il a défini. On ne peut revenir 2 fois sur un même sujet.

 

 

Pour compléter son propos elle enfonce le clou : à la région le temps de parole est limité à 3 minutes.

 

 

Un petit dernier pour la route : Ville de Nantes article 30 : aucun membre du Conseil ne peut prendre la parole sans y être invité par le président de séance, ni revenir 2 fois sur le même sujet.

 
M. Selvez lui répond avec humour cette fois: « félicitation nous sommes d’accord sur les propos que vous avez tenus, ils vont dans notre sens »

 

 
Madame Leblanc intervient elle aussi au nom de Mme Grazia absente: « un grand moment de démocratie se tenait lors de l’installation du conseil des sages. Seule Mme Grazia n’a pas été autorisée. Elle vient par courrier s’en « plaindre » C’est Mme Leblanc qui lit sa lettre Elle fait appel aux mots de Mme le Maire et ses élus membres du conseil des sages, pour démontrer qu’ils n’ont pas été jusqu’au bout de leurs signification.

 

 

Madame le maire explique que Mme Grazia a demandé la parole alors que les interventions des autres étaient terminées, c’était trop tard.

 

 


conseil m 1204163

 

conseil m 1204164

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer