Autres journaux :



mercredi 13 avril 2016 à 11:35

La saga du port de Montceau-les-Mines (suite)

Un port au centre-ville attachant




 

L’hiver, leur bateau est amarré au port de Montceau-les-Mines. D’ici un mois, ce couple originaire de Montchanin, mettra le cap sur l’Alsace. Quatre à cinq mois de navigation sur les canaux, « un véritable plaisir » avoue Josiane.

 

 

 

Après la capitainerie et les Voies navigables de France, place aux principaux acteurs du port de Montceau-les-Mines et à ceux qui empruntent le canal du Centre : les plaisanciers. Au port de la cité minière, quelques bateaux sont en permanence amarrés, d’autres y passent l’hiver comme celui de Josiane et Marc. Ils sont les propriétaires d’un 11.5 mètres acheté d’occasion baptisé « Rêve et liberté », parce que, explique Josiane : « Notre bateau précédent avait pour nom Capteur de rêve, alors sans vouloir lui donner le même nom, il indique simplement que nous avons la liberté de nous déplacer ».

 

 

saga port 1304162

 

 

 

L’été sur l’eau, l’hiver sur les routes

 

 

 

Lorsqu’ils étaient en activité, Josiane et Marc, habitaient une maison, possédaient un petit bateau pour les vacances en bord de mer, un camping-car, voitures avant de tout vendre quand l’heure de la retraite fut venue. Désormais, le bateau est plus grand et plus confortable tout comme le nouveau camping-car. L’été le couple navigue, l’hiver il est sur les routes.

 

 

 

Des « sans domicile fixe », façon de parler mais heureux de l’être. « Cette décision de tout vendre a cheminé dans nos têtes, nous l’avons prise à deux et nous réalisons notre rêve à deux » soutient Josiane alors que Marc opine de la tête.

 

 

 

C’est le deuxième hiver que «Rêve et liberté » mouille à Montceau-les-Mines. « Ici, le port a beaucoup d’avantages notamment d’être au centre-ville, c’est vraiment très agréable. Ce n’est pas le cas partout » assure la maîtresse du bord. D’ici un mois, Josiane et Marc vont s’engager sur le canal du Centre _ ils viennent d’ailleurs de s’acquitter de la vignette pour naviguer, soit 390€ pour l’année _ , passer par Roanne et remonter jusqu’en Alsace à la vitesse de 7 km/h. « C’est parfait pour admirer les paysages, observer la nature. C’est très paisible de naviguer » admet Josiane qui à cette simple évocation a déjà l’esprit qui vogue allégrement bien au-delà de l’horizon. L’horizon immédiat est plus terre à terre puisque la mission est de préparer « Rêve et liberté » pour le grand départ.

 

 

 

Jean Bernard

 

 

 


saga port 1304163

 

 

saga port 1304164

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “La saga du port de Montceau-les-Mines (suite)”

  1. joel dit :

    pour avoir ce train de vie ils ne devaient pas gagnez le smic

    • arabesque dit :

      C’est évident, mais quiconque ne peut dire comment ils en sont arrivés à une vie confortable ? Ils ont peut être tout simplement « bosser dur » ; n’ont peut être pas voulu rester SMICARD, et ont fait le nécessaire pour y arriver ? Qui sait ? où peut être des aïeux qui ont contribué à cela. Être « SMICARD », c’est survivre dans notre société actuelle, être aisé, fortuné, c’est vivre bien, mais……. Au risque de déplaire…… être au RSA et Cie, c’est profiter des « SMICARDS » et des gens aisés. Il faut de tout pour faire un monde !

  2. karine dit :

    Pourquoi être Jaloux?
    Ils ont peut être « Trimer toute leur vie pour s’offrir cela!
    Oui la crise est là et au bout de 27 ans de service je gagne guère plus que le Smic!
    Et chacun passe son argent là où il en a envie!
    alors Profitez! Voyagez! La vcie est bien courte!
    ET TRES JOLI NOM POUR CE BATEAU…..