Autres journaux :



mardi 19 avril 2016 à 07:05

Loi El Khomri, dite « loi travail » (Social)

La CGT prépare le 28 avril 2016



 

 

La CGT a tenu, salle Etienne Merzet, sa commission administrative qui a examiné entre autres la mobilisation et le déroulement de la future journée de protestation du 28 Avril.

 

 

 

La mobilisation contre la loi El Khomri, dite loi travail, ne faiblit pas, bien au contraire. Le 28 avril sera « la » journée nationale d’unité syndicale de manifestation contre la fameuse loi à l’étude.

 

 

Robert Wattebled est clair et précis, il s’agit de mobiliser tous les syndicats CGT, plus ceux qui viendront se joindre, y compris les organisations de jeunes et les retraités. Il espère réunir encore plus de monde que le 31 mars. Pour lui il faut être présent au maximum pour exiger le retrait du texte, ni plus, ni moins.

 

 

 

Avant de passer aux détails de l’organisation, il entend nous faire part à la fois de son étonnement de l’invitation du député et des éléments de la rencontre. Il insiste sur le côté serein et courtois de l’entretien, sur la qualité du dialogue et l’impression d’avoir été écouté, peut-être même entendu, sur certains points, que Christophe Sirugue, le rapporteur de la loi, a notés.

 

 

 

cgt 1904162

 

 

 

 

Sa surprise, à lui et à ses camarades, vient de l’invitation directe du député. Peut-être une conséquence de deux actions sans réel lien entre elles. D’abord le 5 avril appel de la CGT à tous les députés pour faire part de leurs positions accompagné d’une invitation à les rencontrer. Ensuite la rencontre avec l’assistante parlementaire de Christophe Sirugue à sa permanence de Montceau.

 

 

Quoiqu’il en soit le Député a reçu Robert Wattebled et ses camarades. Il semblerait qu’ils aient marqués quelques points en ce qui concerne les restrictions au droit syndical, surtout dans les petites entreprises et la volonté de squeezer les organisations syndicales en s’adressant directement aux salariés. D’après eux le Député est bien conscient qu’il existe des problèmes dans ce texte, mais dans le même temps il professe qu’il faut s’adapter au monde économique actuel.

 

 

Mais Robert Wattebled et Alain Davanture refusent justement ce modèle économique, qui fait la part belle à l’Ubérisation, au télétravail, et à l’abandon du contrat de travail pour l’autoentreprise. Pour eux on a bien vu avec le dossier SMART ce que ça donnait lorsque l’on passait outre aux organisations syndicales et que l’on s’adressait directement aux salariés avec l’énorme pression patronale que cela enclenche.

 

 

 

Robert Wattebled enfonce le clou d’un gros coup de massue en citant les noms, d’une liste non exhaustive, nous le fait-il bien comprendre, Robocoupe, les Délices de Janice, Webhelp, Rétif, etc. qui utiliseraient la précarité et/ou le recours massif à l’intérim. On sent qu’ils voudraient que le Député pousse aussi à une adaptation de la politique à la réalité qu’ils mettent en avant.

 

 

 

 

En même temps ils ont été troublés, c’est ce qu’ils avancent, par une phrase récurrente pendant la discussion. Le député aurait plusieurs fois lâché l’expression suivante «  Si la loi Travail va jusqu’au bout ». Ils s’interrogent encore sur cette attitude mystérieuse, ils se demandent si le rapporteur du projet est lui-même bien convaincu.

 

 

Nous n’y étions pas, donc, nous ne pouvons que rapporter les propos de nos deux responsables syndicaux.

 

 

Robert Wattebled va jusqu’au bout de son idée. « Philippe Baumelle a reçu 70 militants à sa permanence et a affirmé son hostilité au projet de loi ».

Autre point abordé avec Christophe Sirugue qui ne semblait pas connaître le sujet, le décret Raffarin du 20 août 2004 interdisant aux avocats et aux défenseurs de se pourvoir et de se défendre directement en cassation à la chambre sociale et faisant obligation de recourir à un avocat des Conseils.
Robert Wattebled s’insurge contre cette disposition interdisant ainsi de facto l’accès à la Cour de cassation des salariés précaires ou infortunés. Le Député a noté ce point particulier

 

 

 

Après quelques échanges sur la nécessité pour l’ensemble des syndicats de se réunir pour protester contre la loi El Khomri et le fait que certains syndiqués préfèrent venir en nom propre plutôt qu’au nom de leur syndicat ; après que l’on ait posé la question obligatoire sur la présence ou non de Solidaire le 28 avril, nous passons au programme de cette manifestation.

 

 

 

La philosophie va être différente, et Robert Wattebled insiste sur le fait que ce soit la base qui a demandé à ce que l’on change le parcours, mais aussi que l’on instaure une philosophie propre à Montceau. Donc cette fois l’on faire un city-tour des entreprises qui posent problèmes et qui sont quelque part symboles de la philosophie développée par la loi Travail.

 

 

 

Alors sortez vos drapeaux, vos banderoles et tout le monde devant la Mairie de Montceau le 28 avril à 15h00.

 

 

On se met en file et on part vers la neuvième. Là changement par rapport aux manifestations habituelles, le cortège enquille l’Avenue Leclerc jusqu’à Robocoupe avec une petite halte vers Leclerc pour une intervention sur les difficultés du salariat de ces deux entreprises.

 

Après, demi-tour gauche, on revient vers la 9ème. Là le gros discours, puis on suit le quai, vers le garage Renault on entre dans le quartier des équipages et on se rend à Webhelp.

 

 

Là une petite halte avec l’intervention qui va bien, puis de nouveau le quai, le centre-ville et dispersion.

 

 

Nos deux interlocuteurs nous dévoilent ensuite un scoop. Ils vont mettre en place un observatoire de la discrimination et de la répression syndicales. Outre la représentation syndicale salariée on y trouvera celle de la magistrature et des avocats.

 

 

 

C’est un sacré challenge avec une mise en œuvre importante. Une adresse web importante si ce sujet vous intéresse : http://observatoire-repression-syndicale.org/

 

 

 

Autre information : Robert Wattebled a rencontré Mme le Maire Marie Claude Jarrot à propos de la subvention au syndicat CGT. Elle lui a bien confirmé, comme elle l’avait fait en Conseil, que la subvention serait bien versée à la CGT.

 

 

On se rappelle que c’est Monsieur Noirot qui était intervenu pour s’étonner en Conseil du versement de subventions aux syndicats ? Donc tout malentendu est réglé, si malentendu il a pu y avoir.

 

 

Par contre la CGT pense que le 1er mai est la fête du travail, des salariés et de la défense de leurs droits, donc qu’elle n’a pas à inviter Mme le Maire. Conclusion sans appel « chacun chez soi » nous disent nos deux interlocuteurs.

 

 

 

Pour en finir avec l’appel à la mobilisation : samedi prochain de 9h00 à 10h00 distribution de tracts aux 2 passerelles, lundi 25 devant les 3 lycées Montcelliens, puis à des dates à préciser distributions de tracts devant les grandes surfaces et entreprises.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

cgt 1904163

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




7 commentaires sur “Loi El Khomri, dite « loi travail » (Social)”

  1. talaouano dit :

    ok d’accord mais est ce que vous savez au moins que vous êtes d’un ridicule incroyable….PLUS PERSONNES NE CROIT EN VOUS, au fait pas mal le nouveau job trouvé par POLE EMPLOI PS HOLLANDE a votre ancien secrétaire générale…

  2. longchamps71 dit :

    Bonjour talaouano ,
    Merci de ne pas mettre tout le monde dans votre propre panier

  3. Cyrille71300 dit :

    Ne pas inviter Mme le Maire au 1er Mai, rencontrer le député de la circonscription…
    C’est de la politique pur et dur, je comprend mieux maintenant pourquoi beaucoup de personnes syndiquées chez vous rendent leurs cartes et vont voir ailleurs…
    Vous ne faites plus de syndicalisme, vous faite de la politique, c’est décevant.

  4. roussillon dit :

    « Nuit debouts » ça marche trés bien aussi…et sans subvention…Mais également un léger soupçon de vouloir rester entre soi….