Autres journaux :



mercredi 18 mai 2016 à 17:31

Dans la tourmente capitaliste où va Terex ?

Dit la section PCF de Montceau-les-Mines



« Dernièrement la presse a annoncé un plan de restructuration chez TEREX CORPORATION qui prévoit la suppression de 600 emplois au niveau du groupe, dont 50 sur le site de Saint Vallier. Les 50 emplois supprimés concerneraient le personnel non affecté à la production. Selon la Direction du site cette restructuration serait motivée par la baisse d’activité au niveau mondial qui suit une évolution cyclique avec des hauts et des bas. Cette situation qui perdure rendrait l’entreprise non profitable. Il semblerait, plus précisément, que les problèmes de charge sont dus aux dysfonctionnement de la grue « Challenger » et à la perte de confiance des clients. A ce sujet il est bon de rappeler ce qu’on pouvait lire en janvier 2014 sur « L’Usine nouvelle » sour le titre – Terex fait de Montceau-les-Mines son centre mondial des petites grues – « Le groupe américain Terex (7,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires, près de 20 000 salariés), troisième fabricant mondial de grues, installe à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) son centre d’excellence mondial des engins de moins de 100 tonnes. L’unité bourguignonne (300 salariés) vient de présenter son dernier-né : un engin mobile tout terrain d’une capacité de 55 tonnes, baptisé Challenger 3160 »

 

 

Le contexte international – TEREX CORPORATION, dont les principaux actionnaires sont des fonds d’investissements et des sociétés financières basés aux États Unis, a connu une forte croissance ces dernières années grâce à de nombreuses acquisitions. Selon le site « chantiersdefrance.fr », à force de croissance externe, le groupe Terex qui devait, selon son PDG Ron DeFeo, « concurrencer Caterpillar », n’est pas parvenu à développer les synergies entre ses différentes activités. Le même site vient d’annoncer « La division Grues industrielles de Terex et le fabricant Konecranes ont convenu d’une fusion « à égal ». La nouvelle entité ainsi créée, qui s’appelera Konecranes Terex, réalisera un chiffre d’affaires de l’ordre de 10 milliards d’euros. Aux termes de la transaction, les actionnaires actuels détiendront Terex environ 60% de la nouvelle société, tandis que les propriétaires de Konecranes auront 40%. (…) Cette fusion réunit deux spécialistes de levage et de manutention affichant des synergies de gammes et de marchés. Elle donne naissance à un structure de taille mondiale (32 000 salariés), diversifiée et en mesure de se développer au sein d’une industrie mondiale dynamique mais hautement compétitive.

 

 

La transaction reste soumise à l’approbation réglementaire et les actionnaires et devrait être finalisée dans la première moitié de l’année 2016. » Il faut noter que « Caterpillar » subit notamment les conséquences du ralentissement économique de la Chine et s’attend à un nouveau recul de son chiffre d’affaires. Le groupe prévoit de supprimer 4.000 à 5.000 postes d’ici la fin 2016. A la fin 2015 il employait 114.233 personnes. Les grandes manoeuvres sont engagées. Il faut noter aussi que face au ralentissement de leur marché domestique, les constructeurs chinois passent à l’offensive sur les marchés internationaux. « Zoomlion » est le premier et le plus actif, ayant officialisé une offre de rachat de Terex avant la décision de Terex de fusionner avec Konecranes.

 

 

Où va Terex Saint Vallier? L’établissement qui a déjà perdu des nombreux postes de travail et qui a eu recours au chômage partiel dans les périodes de sous charge, est confronté à une nouvelle situation qui va modifier sa spécificité. Le site restera-t-il une unité de recherche, développement et de production? Après ce plan de restructuration, d’autres suivront-t-ils ? »

 

A suivre…

 

Section PCF de Montceau-les-Mines

 

 

 

 

NEW PCF 17 02 16

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer