Autres journaux :


vendredi 5 août 2016 à 06:25

Savoir le dire

Les cages Ă  poules pour les personnes seules



 

« Ce matin, la Lolotte a cru voir arriver une tornade tant sa copine a dĂ©placĂ© d’air en la visitant. Folle de rage, cette dernière lui raconte la dernière en date.

 

 

Inscrite depuis plus d’un an chez différents bailleurs sociaux de la ville, afin de trouver un logement plus petit, moins gourmand en chauffage et surtout de plain-pied (à cause de problèmes de santé), elle vient de s’entendre dire que finalement, son dossier ne passera jamais, car elle a l’outrecuidance de demander une petite maison individuelle alors qu’elle vit seule !

 

 

Personnellement, la Lolotte connait des personnes seules à qui on a octroyé un petit pavillon. Alors, c’est vrai que l’on peut comprendre la rage de la copine. « Lolotte, tu te rends compte que ça veut dire que les gens seuls n’ont d’autre choix que les HLM ? ». Bien sûr, certains rétorqueront qu’on peut aussi louer à des propriétaires ou encore acheter… Encore faut-il en avoir les moyens !

 

 

 

Le pire dans l’affaire, c’est qu’on dit à la copine que la priorité est donnée aux familles pour les logements individuels. « Je veux bien l’entendre, mais les petits pavillons d’une chambre ou deux, les familles ayant plusieurs enfants ne peuvent pas y accéder ! » enrage la copine.

 

 

Et lorsque cette dernière expose à la commerciale du bailleur social, son avis sur la question, celle-ci lui répond que les consignes viennent du grand patron à Mâcon ! Alors, M. le grand patron, vivez-vous personnellement dans un HLM ? J’en doute fort ! Et sachez, Monsieur, qu’à partir du moment où on paie son loyer, tout le monde devrait avoir le droit de choisir de vivre individuellement ou en collectivité. Il s’agit ici de discrimination pure et simple : aux esseulés et retraités les cages à poules, aux tribus les maisons particulières !

 

 

De plus, comme le dit la pauvre copine : moi, je n’ai plus d’enfants en âge de repeupler les Ă©coles et surtout, je n’ai pas d’APL (mais un loyer payĂ© rubis sur l’ongle) versĂ©e directement aux bailleurs. Qui sont sĂ»rs de toucher leurs sous. Et ça, c’est le passeport magique… »

 

 

 

 

illustration annoces 03 04 16

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




5 commentaires sur “Savoir le dire”

  1. beauregard dit :

    Madame vous avez raison
    c est pas normal
    j ai eu droit au même problème

    • arabesque dit :

      Mais voyons nous sommes en FRANCE et en FRANCE…..

      Pas de place pour les femmes seules, peu importe la raison de leur solitude ! Choix – Obligations – NĂ©cessitĂ©s oĂą malheureusement dĂ©cès du conjoint.

      Je me suis entendue rĂ©pondre Ă  mon arrivĂ©e sur MONTCEAU LES MINES, frappant Ă  quelques portes : je cite « Mais Madame, vous vous rendez compte qu’il y a des femmes seules avec des enfants Ă  charge »…… NO COMMENT !! C’est un exemple parmi bien d’autres, car d’autres portes ont Ă©tĂ© bien pire, portes qui d’ailleurs ne peuvent s’ouvrir Ă  une femme seule (trop lourdes !!!)

      NĂ©anmoins grâce Ă  deux personnes « humaines », que je ne remercierai jamais assez, j’ai pu avoir un petit logement ; surtout pas une maison individuelle !! seule !!! n’y pensons pas !!! chez un bailleur social de renommĂ©e, avec un loyer adaptĂ© mais hĂ©las ces deux personnes bien qu’informĂ©es de la rĂ©habilitation des logement ne connaissaient pas ce qu’il adviendrait des tarifs s’y rĂ©fĂ©rant….. des frais s’en suivant…. Augmentation de loyer de plus de 80 €…. des aberrations en tout genre….. J’en passe et des meilleures.

      NO COMMENT.

  2. Titine dit :

    Tout Ă  fait d’accord, je rencontre le mĂŞme problème : un gros souci de santĂ© en ALD, un logement au 3ème Ă©tage sans ascenseur, j’ai fait la demande d’un petit pavillon et le refus car pas prioritaire ! Je vis seule !
    J’attends ma reconnaissance de travailleur handicapĂ©, en espĂ©rant que cela fasse avancĂ© les choses en plus du 1% logement versĂ© Ă  l’effort de construction par mon employeur.

  3. josiane49 dit :

    tous les deux retraitĂ©s de 67 et 70 ans, nous avons fait une demande de petit pavillon de plain-pied ; nous vivons en appartement duplex au 4ème Ă©tage avec ascenseur qui s’arrĂŞte entre deux Ă©tages ! je ne vous dis pas le bazar pour monter nos courses chaque vendredi et pour aller me coucher Ă  l’Ă©tage !!! de plus ce duplex a une superficie de 138 m2 et j’ai du mal Ă  en assumer l’entretien, car il est vĂ©tuste ! on nous a refusĂ© car nous n’avons plus d’enfants en âge scolaire ! tout ce qu’on nous propose, c’est un T3 dans un HLM … non ! Ă  nos âges, nous dĂ©sirons le calme et la tranquillitĂ© ! et pourtant, une femme seule vit dans un pavillon près de chez moi… cherchez le lĂ©zard !

  4. Enpassant dit :

    Idem pour moi.
    J’avais dĂ©posĂ© un dossier de demande de logement 2 ans de suite mais j’ai renoncĂ©: ras-le-bol des hlm. J’y suis depuis mon enfance (j’ai plus de 40 ans), ça suffit. Mais avec un seul salaire et le taux d’imposition des cĂ©libataires, pas la peine d’espĂ©rer avoir un crĂ©dit pour acheter une maison qui ne soit pas Ă  moitiĂ© Ă  retaper avant de pouvoir y entrer ni mĂŞme en louer une Ă  un propriĂ©taire privĂ© vu les prix pratiquĂ©s
    Entre les je-m’en-foutistes qui hurlent, claquent les portes et mettent la musique Ă  fond Ă  n’importe quelle heure du jour et de la nuit, ceux qui hurlent dehors les nuits de grosse chaleur alors que vous avez dĂ©jĂ  un mal de chien d’arriver Ă  vous endormir parce que votre chambre est un four et que vous devez vous levez Ă  6h -voire moins- et ceux qui vivent la nuit comme s’ils Ă©taient en pleine journĂ©e, je suis franchement Ă©tonnĂ©e qu’il n’y ai pas de meurtre!
    DĂ©solĂ©e mais ce ne sont pas ces gens-lĂ  qui mĂ©ritent de se voir attribuer une petite maison simplement parce qu’ils sont une famille. Enfin bon, si les bailleurs pensent qu’il est plus rentable de louer des maisons retapĂ©es Ă  neuf Ă  des cas soc’ qui vont tout leur ravager en 6 mois….