Autres journaux :



dimanche 12 mars 2017 à 06:41

« La sociale », un documentaire qui attire du monde (Montceau)

Les Plessis et l’histoire sociale de la France



 

Une projection devant une assemblée de 180 personnes (chiffre de la vente de tickets) dont une majorité de convaincues et un bon débat ensuite.

 

 

Le pitch est simple « en racontant l’étonnante histoire de la Sécu, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 65 millions de Français.

 

Il y a 70 ans, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République. Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour»

Mais c’est à la fois plus compliqué, et plus simple à la fois, plus humain aussi.

 

Il y a surtout la figure tutélaire qu’il convient de réhabiliter, que l’histoire officielle a gommée, estompée, mis à l’arrière-plan, d’Ambroise Croizat et la figure encore vivante, vivace, toujours jeune d’un des pionniers de 1946 : Jolfred Frégonara

Jolfred Frégonara, 96 ans aux prunes au moment du tournage, toute sa tête, un humour en béton, une philosophie bienveillante et une mémoire à toute épreuve.

 

C’était un militant CGT, qui a 26 ans a été chargé de la mise en place des caisses de sécurité sociale en 1946 en Haute-Savoie.

Et puis le film c’est aussi une galerie de portraits formidables : comme la fille d’Ambroise Croizat, Michel Etievent, Historien, biographe d’Ambroise Croizat et cicérone de ce documentaire.

 

 

C’est aussi des intervenants passionnants Colette Bec, Sociologue, professeur à Paris Descartes ; Frédéric Pierru, Sociologue, spécialiste des questions de santé ; Bernard Friot, Economiste, Réseau Salariat ; Anne Gervais, Médecin hépatologue, hôpital Bichat (Paris).

Ce sont aussi des personnages hallucinants comme ce médecin Claude Reichman, ultra libéral qui voit la France comme un pays communiste au même titre que Cuba ou la Corée du nord et qui pense que la Sécu c’est l’enfer qui a ruiné l’économie française, ou ce ministre du travail socialiste, redevenu Maire d’une métropole Bourguignonne qui traite avec une infinie condescendance et le journaliste et Ambroise Croizat, dont on n’est pas certains qu’il sache de qui il s’agit.

 

 

« La sociale » c’est un autre point de vue qui permet de mieux peser les propositions politiques des candidats à la présidentielle qui vient. Ce documentaire se veut comme une reconstruction de la déconstruction de l’histoire officielle.

 

.
La question est posée : « Le principal bâtisseur de cet édifice humaniste qu’est la Sécurité Sociale, « La Sociale », se nomme Ambroise Croizat. Qui le connait aujourd’hui ?

 

 

A l’École nationale supérieure de Sécurité sociale (EN3S) on ne parle pas d’Ambroise Croizat, mais uniquement de Pierre Laroque, haut fonctionnaire français, Directeur général des assurances sociales, puis de la Sécurité sociale d’octobre 1944 à octobre 1951, et souvent appelé le « père » de la sécurité sociale de 1945.

 

Sauf qu’il était sous les ordres d’Ambroise Croizat et que les forces vives qui ont réellement, sur le terrain mis en place la « Sécu », créé son ossature sa répartition sur le terrain dans les 91 départements sont, d’après la CGT, la classe ouvrière.

 

 

Les élèves cadres de l’EN3S sont assez sidérés d’apprendre son existence, son travail et sa paternité sur la « Sécu », on dirait que les prémisses ont été oubliés et que la devise, le foncement social, « de chacun selon ses moyens et à chacun selon ses besoins » a été remplacé par la dictature de la gestion.

 

Jolfred Frégonara leur paraît être un extraterrestre en même temps qu’il leur apprend des choses, qu’il leur raconte leur histoire, qu’il les conforte dans leur volonté de travailler pour cette grande maison.

 

 

Un documentaire palpitant, plein d’humanité et qui pose les problèmes avec acuité. D’aucuns diront qu’il n’est pas objectif ou même partial, d’autres adhèreront à fond.

 

 

En tout cas, un documentaire salutaire pour décrasser les mémoires.

 

 

Les responsables syndicaux, des militants, de simples particuliers participent au débat en livrant des témoignages, en apportant des précisions, en échangeant librement.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

https://www.facebook.com/lasocialelefilm/
http://www.lasociale.fr/
https://twitter.com/gilles_perret

 

 

 

 

cine 110317

 

 

cine 1103172

 

cine 1103173

 

cine 1103175

 

 

cine 1103176



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “« La sociale », un documentaire qui attire du monde (Montceau)”

  1. chimel dit :

    bjr ,

    pas oublié partout : a st vallier un stade porte le nom d’ambroise croisat .

    bone semaine a vous