Autres journaux :



mercredi 25 octobre 2017 à 06:13

Eolane (Montceau) : Un rassemblement pour établir un plan de mobilisation

L’expert comptable était venu parler des comptes de l’entreprise



 

 

 

 

 

 

Ce mardi dès 16h30, des salariés de l’entreprise Eolane accompagnés d’extérieurs dont deux élus montcelliens de l’opposition étaient venus écouter les premières informations de Dominique Bruillot de la société d’expertise comptable Alter et l’avocat Ralph Blindauer.

 

 

 

L’expert comptable était venu parler des comptes de l’entreprise.

 

 

 

Avant ces prises de parole, Alain Schleich représentant CGT à Eolane rappelait que le site montcellien était noyé dans un plan de restructuration du groupe incluant deux autres sites en plus de celui de Montceau : Roncq et Vailhauquès.

 

 

Pour rappel, les sites devraient selon les prévisions du groupe fermer à horizon de trois années maximum, cette date ultime devant être celle de la fermeture du site montcellien. Et la direction aurait annoncé que les sites devraient fermer les uns après les autres et non pas en même temps.

Cela porterait donc la fin de vie du site montcellien à 2020.

 

 

Deux stratégies s’affrontent

 

 

C’est en tout cas ce que pense Alain Schleich. « L’employeur veut nous amener vers la résignation en nous accompagnant vers la porte. » Et de l’autre côté, les salariés souhaitent avoir un droit d’inventaire. Ils souhaitent savoir si les choses sont normales et justes dans les propos avancés par la direction.

 

 

« Notre priorité, c’est l’emploi » nous indiquait Alain Schleich. Ce sont en effet pas moins de 90 salariés et de 15 intérimaires qui sont concernés par l’avenir du site.

 

 

Actuellement, la cause de fermeture avancée par l’employeur serait économique. Mais la CGT n’est pas d’accord avec le verdict. « Pour nous, il s’agit d’un divorce avec des torts de l’employeur. On a le droit de plaider et de dire ce qu’on en pense. C’est au vu du bilan et de l’analyse que les choses se justifieront. ».

 

 

Dominique Bruillot, du cabinet Alter, a donné quelques chiffres sur la santé du site montcellien racheté 15 ans plus tôt. Il a ainsi annoncé les résultats produits par les salariés du site sur cette période soit : 462 millions d’euros de chiffres d’affaires c’est-à-dire 2,5 millions d’euros par employé du site. Il a aussi indiqué : « vous avez permis à l’entreprise de s’autofinancer. Celle-ci a perdu 1,3 millions d’euros seulement. Vous avez permis aux actionnaires de s’enrichir de 2,7 millions d’eutos. »

 

 

Et il a avancé que l’entreprise aurait seulement bénéficié de 5 millions d’euros d’investissements.

 

 

« Une fermeture décidée par des financiers »

 

 

Tel est le jugement de l’expert comptable. Et ce serait le dernier investisseur entré dans le groupe qui serait à l’origine des nouvelles stratégies de celui-ci, dont celle de « démanteler l’outil de travail ».

 

 

Pour sa part, Ralph Bruillot, avocat au barreau de Metz, spécialiste du droit social, s’est exprimé un long moment devant les salariés présents. Il a souhaité leur apporter son soutien et les encourager à prendre la situation en main.

 

Celui qui a été présenté comme « le spécialiste des festivités » par le délégué CGT de l’entreprise déclarait : « Le seul plan social qui soit une rolls-royce est celui qui n’existe pas. »

 

 

 

Puis pendant près d’une demi-heure, il a tenu des propos visant à mobiliser les salariés du site montcellien pour un bras de fer qui devrait durer selon ses propres termes. « Je vais vous apporter mes idées. Mais je ne suis pas un gourou. Je connais bien le monde du travail. Je suis né dans les luttes sociales. » a-t-il indiqué.

 

 

 

S’appuyant sur sa propre expérience, il a poursuivi en donnant quelques conseils sur les stratégies à mettre en œuvre et notamment en gardant les coudes serrés et en étant solidaires. Il a appelé les salariés à se concerter pour parler tous d’une même voix face à la direction du groupe et ainsi pouvoir tenir.

 

 

 

« Vous battre pour l’emploi, c’est la ligne que je vous propose. » a-t-il ajouté.

 

 

Puis s’appuyant sur l’exemple de l’entreprise Alya de Digoin ayant été en négociation avec le groupe Gébérit, il a poursuivi son discours dans le sens de l’unité.

 

 

« Ne pensez pas que votre entreprise est morte. Il faut se battre pour l’emploi. La bataille se gagne dans l’unité. Ces combats sont longs. » a-t-il déclaré.

 

 

 

« On va exploiter tout ce que le droit de travail nous autorise »

 

 

A-t-il poursuivi. Et d’ajouter : « On saura exploiter tout ce que la loi nous donne. Mais vous devez faire preuve d’imagination. La lutte sociale n’est pas triste. On va mobiliser toutes les énergies. On va faire des déplacements. C’est avec vous qu’on gagnera la bataille. Le principal challenge, c’est qu’on parle de vous ».

 

 

 

Ces discours ont ensuite laissé place à des questions des salariés présents : l’importance de garder le moral, les moyens à mettre en œuvre, les actions et dans quel ordre.

 

 

 

L’avocat a souhaité conclure de façon optimiste : « On va passer de bons moments ensemble. L’objectif est de sauver l’entreprise sous une forme ou une autre. Il y a 100 emplois industriels. Il doit y en avoir autant et même plus. Il ne faut pas lâcher là-dessus. Chaque emploi industriel détruit induit 2 à 3 emplois industriels. »

 

 

 

Alain Schleich a pour sa part appelé l’aide de la CUCM et de la commune de Montceau afin de soutenir la mobilisation. Laurent Selvez présent ce mardi après-midi indiquait pour sa part : « Il faut leur apporter notre soutien. Il faut trouver des solutions économiques pour le maintien de l’emploi. La ville a des comptes à demander. Elle a participé au déménagement de l’entreprise. C’est le rôle du maire de s’interroger à ce sujet. »

 

 

 

L’avocat Ralph Blindauer s’est dit motivé par le dossier. L’avocat se déplace sur toute la France pour traiter ses dossiers. Et dans chacun de ceux-ci il tient à être au contact des gens. « On a besoin que les gens réagissent. Je compte sur eux pour la défense. On est là en appui comme technicien. »

Et Dominique Bruillot de compléter : « Nous Alter, on est expert comptable du CE depuis 8 ans. C’est naturellement qu’on est à leur côté. Le site est doté de nombreux atouts à condition qu’il est l’appui du groupe par l’affectation d’activités ». Autrement dit, selon l’expert, le groupe n’aurait pas fait tout ce qui était nécessaire pour que le site aille bien.

 

 

 

Les prochaines semaines devraient voir émerger de nouveaux développements dans le dossier Eolane. Les salariés présents sont mobilisés. C’est à présent leur imagination qui donnera naissance aux prochaines actions mises en œuvre.

 

 

 

EM

 

 

 

 

eolane 25101710

 

eolane 2510175

 

eolane 2510172

 

 

eolane 2510173

 

 

eolane 2510174

 

 

 

 

eolane 2510176

 

 

eolane 2510177

 

 

eolane 2510178

 

 

eolane 2510179

 

 


 

 

eolane 25101711

 

eolane 25101712

 

eolane 25101713

 

eolane 25101714

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Eolane (Montceau) : Un rassemblement pour établir un plan de mobilisation”

  1. lavoisier dit :

    Personne de la Mairie (majorité)!!!!

  2. Bernard_Gui dit :

    Très intéressantes interventions de l’expert comptable Dominique Bruillot et de l’avocat Ralph Blindauer !

    Dommage pour les quelques salariés concernés qui n’ont pas jugé utile de participer à ce rassemblement (vous avez déjà abandonné ?)

    Et s’il vous plaît, Monsieur Wattebled, efforcez-vous de prononcer correctement le nom de l’entreprise (vous aurez probablement à le prononcer de nombreuses fois dans les mois à venir !) :

    C’est éOlAne (issu d’éole, comme éoliennes), et non élOAne !

    Cela écrit, merci de vos actions pour défendre les travailleurs …