Autres journaux :



vendredi 10 novembre 2017 à 06:42

Eolane (Montceau – Social)

"la direction cherche un repreneur."



 

 

 

 

Leurs vêtements de travail sont ornés d’une croix noire, en signe de protestation à l’annonce de la fermeture annoncée de leur usine, le 27 septembre dernier. Ils sont prêts à accueillir Christophe Malrin, le président du directoire du groupe, qui est présent sur le site montcellien ce jour.

Les salariés d’Eolane, étaient donc rassemblés ce jeudi, à 12h30 devant l’usine. Mais ils n’étaient pas seuls. En effet, les militants CGT, des retraités d’Eolane et Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau, accompagnée de Guy Souvigny, étaient également venus soutenir ceux qui craignent de perdre leur emploi. A plus ou moins long terme, puisque la fermeture du site montcellien est annoncée pour 2020.

 

 

Plus étonnant : la troupe de la Mère en Gueule et quelques chanteurs de la chorale Ad Libitum étaient là aussi. Chanteurs et musiciens ont entonné avec conviction une chanson de Bernard Lavilliers « Les mains d’or ». En espérant être entendus par M. Malrin. Histoire de lui montrer que les salariés n’entendent pas se résigner aussi rapidement.

 

 

Alain Schleich, délégué syndical, explique : « Nous avons eu un entretien d’une heure avec M. Malrin, en compagnie de huit autres délégués. Le président du directoire cherche à nous rassurer en nous disant que la fermeture n’interviendra pas avant 2020. Il nous dit également qu’il cherche à préserver les salariés et qu’il souhaite que la production continue ainsi pendant deux ans… ».

 

 

Une fermeture programmée d’autant plus incompréhensible pour les salariés, car en juillet dernier, Eolane a ouvert son capital à l’investisseur Hivest Capital Partners. Et ce, pour « accompagner son développement… ».

 

 

Et comme le dit Nathalie, qui travaille à Eolane depuis mars 2002 : « On ne comprend pas… Pourquoi n’y -a-t’il pas eu d’investissements, ni de nouvelle ligne de production dans l’usine ? ». Ajoutant : « Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour montrer aux dirigeants que les salariés sont toujours présents et volontaires, mais j’ai l’impression qu’on nous met des bâtons dans les roues pour que nous n’y arrivions pas… ».

 

Alain Schleich, lors de ce rassemblement, présente ses excuses aux salariés qui n’ont pas été avertis de celui-ci. « Nous voulions surprendre la direction et nous n’avons mis au courant que très peu de personnes ». Précisant : « Le PDG attend les salariés dans une salle derrière nous, mais nous avons boycotté cette réunion, car nous n’en attendons strictement rien… ».

 

S’insurgeant un peu plus tard du fait que « la direction veut régler le compte des salariés pour récupérer le bâtiment et faire des bénéfices sur notre dos… ».

 

Pour sa part, Marie-Claude Jarrot, a assuré les salariés de son soutien et a expliqué qu’elle n’avait rien entendu, ni rien vu, concernant l’annonce de la fermeture du site. « Nous avions eu une réunion avec le directeur d’Eolane, qui avait présenté un plan. Et ce, en présence du sous-préfet, de David Marti, président de la CUCM et de Mme la Commissaire au redressement productif etc. « Et je n’avais pas mâché mes mots, car au-delà des chiffres, il y a des personnes qui souffrent et qui sont très inquiets de leur devenir » martèle Mme Jarrot. Qui ne comprend pas que rien n’ait été anticipé : « On pouvait trouver de nouveaux clients et installer de nouvelles activités ! » dira-t-elle en substance.

 

En apprenant que M. Malrin devait venir sur le site ce jeudi, Mme Jarrot lui a demandé un entretien, qui devrait avoir lieu à la mairie, vers 15h. « Car il est facile de s’abriter derrière un hypothétique repreneur, que nous n’avons pas à ce jour » livre le premier magistrat de la ville. Et elle enfonce le clou en constatant qu’à Montceau, il y a des salariés, des compétences et des locaux. Concluant son intervention en ces termes : « En France, l’activité reprend et je ne vois pas pourquoi on paierait un tribu aussi lourd. En bref, l’entreprise a failli au niveau anticipation…Et je pense que M. Malrin est venu pour fermer Montceau… ».

 

Christophe Malrin a succédé à Paul Raguin dans sa fonction de Président du Directoire en juillet dernier. Selon ce dernier, Christophe Malrin « bénéficie d’une grande expertise du secteur des composants électroniques, après avoir dirigé pendant plus de dix ans le Groupe Exxelia (Eurofarad, Firadec, Microspire, Dearborn, Sic Safco, Temex). Il bénéficie également d’une grande connaissance des industries dans lesquelles nous opérons après avoir occupé divers postes de direction au sein des Groupes Liebherr et CNIM ».

 

Sur place, les salariés veulent encore y croire, même si Alexandre Raymond, élu du personnel déclare : « Aujourd’hui, rien de neuf, on sait que la fermeture est programmée pour 2020. Mais la direction cherche un repreneur. La situation n’a cessé de se dégrader puisqu’en 2008, nous étions 140 salariés, contre 90 en 2017… ».

 

Reste à savoir ce qu’il est ressorti de l’entretien de Mme Jarrot avec M. Malrin. A suivre…

 

 

ND

 

 

 

eol 09111714

 

 

eol 091117

 

 

 

eol 0911171

 

 

 

eol 0911172

 

 

 

eol 0911173

 

 

 

eol 0911174

 

 

 

eol 0911175

 

 

 

 

 

eol 0911177

 

 

 

eol 0911178

 

 

 

eol 0911179

 

 

eol 09111710

 

 

 

eol 09111713

 

 

 

 

 

eol 09111715

 

 

 

eol 09111716

 

 

 

eol 09111717

 

 

 

eol 09111718

 

 

 

eol 09111719

 

 

 

eol 09111720

 

 

 

eol 09111721

 

 

 

eol 09111722

 

 

 

eol 09111723

 

 

 

eol 09111724

 

 

 

eol 09111725

 

 

 

eol 09111726

 

 

 

 

eol 09111727

 

 

 

 

eol 09111728

 

 

 

eol 09111729

 

 

 

eol 09111730

 

 

 

eol 09111731

 

 

 

eol 0911176

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer