Autres journaux :



mercredi 11 septembre 2019 à 06:44

Montceau-les-Mines : ODiL TV

Sur la place publique, on débat... Quel accueil pour les migrants ?



 



Ce mardi, ODiL TV a fait sa rentrée en inaugurant une nouvelle formule de son émission « A VRAI DIRE ! » pour aller à la rencontre des citoyens, favoriser la participation à des débats de proximité sur des sujets de société.

Un plateau TV dressé en rue Carnot, devant la mairie et deux animateurs pour mener les débats et les prises de parole : Laëtitia et Ben.
Ce premier des trois rendez-vous de septembre a abordé la question « Quel accueil pour les migrants ? »

 

Porter le débat au plus près des citoyens, mettre à disposition des outils pour permettre à chacun de prendre la parole, de s’exprimer, sont des objectifs respectables.

 

Pour ce premier rendez-vous, l’équipe d’ODiL TV avait fait appel à des intervenants institutionnels pour poser le côté technique et expliquer ce qui existe actuellement pour l’accueil des migrants. Finalement, ces interlocuteurs (la CIMADE, le PONT, …) ont brillé par leur absence. Heureusement, les représentants des associations locales, (RESF), ont pu apporter les informations utiles, précises et sans équivoque

concernant les aides, les familles, les prestations sociales…

 

Carole Bonin précise : pour les demandeurs d’asile, une famille sans enfant ne reçoit rien. Une famille avec des enfants nés hors de France pas d’allocations familiales, ni de RSA sans carte de séjour de 5 ans… Des familles sont présentes depuis 5 ou 6 ans et les parents n’ont pas le droit de travailler. Ils ne prennent donc pas le travail des français.  Alors que sur le bassin, on ades secteurs en tension (bâtiment, restauration,…) et que certains migrants ont les compétences mais ce n’est pas possible pour eux.

 

Les idées colportées concernant les migrants, les aides, les abus,… sont sujettes à de nombreux fantasmes. Les idées fausses ont la vie dure… et c’est pour cette raison qu’un tel débat trouve sa justification : informer, expliquer, remettre en perspective,…

 

Ce débat a permis de soulever différentes pistes et de mettre à jour le manque d’informations en général. Il ressort de ce débat, l’importance de l’éducation. 

-Est-ce qu’on les accueille bien ? À quelles allocations ont-ils droit ?

Ils prennent le travail des français ? Pourquoi aider des étrangers alors qu’il y a des SDF sur notre territoire ?

 

-Comment fait-on pour mettre en place une politique d’accueil ?  Y-a-t-il des compensations financières ? Faut-il faire ces accueil dans la confidentialité ? (questions à M.C Jarrot venue participer au débat)

 

-Quelles sont les solutions pour que les gens comprennent, aient accès aux informations ?

  1. Ghulam Nabi (déléguée à la jeunesse) pointe la responsabilité des médias nationaux, le rôle central des TV d’infos avec leurs invités, pseudo experts, qui débattent sur des concepts élaborés par des penseurs de l’extrême droite. (le G…. R…….., par exemple)

Localement, on doit pouvoir se rencontrer, inviter la CIMADE, le PONT à rentrer dans les collèges et les lycées, …

Mathieu pense pour sa part qu’il faut déconstruire les fantasmes. La solution réside effectivement dans l’Education.

Créer également une sorte de permanence pour répondre aux questions des habitants, un bureau municipal de l’accueil des migrants. Il s’agit de réinvestir l’espace public sur des questions politiques.

 

Le migrant, la figure du bouc émissaire. En temps de crise, on désigne toujours un responsable extérieur au problème. Une peur primaire,  instrumentalisée par le discours de nombreux politiques  ces dernières décennies pour alimenter l’entreprise de démolition, de désinformation, et le tour est joué !

 

Deux lectrices de la Cie Golmus, Marie-Claude et Isabelle ont apporté deux respirations pendant ce débat qui s’est achevé par la lecture d’un poème de Sergio Guttilla, « Si c’était ton fils ».

 

Une constatation tout de même, pas beaucoup de détracteurs présents…

Il est vrai qu’il est plus facile de  se cacher derrière un pseudo sur les réseaux sociaux plutôt que de venir en lieu et place prendre la parole…

 

 

Mardi 17 septembre, à 18h 00,  OdiL TV sera dans la rue pour son 2ème rendez-vous pour débattre de la question de « l’accès aux soins ».

Suivez l’émission en directe sur Facebook et trouvez son Replay sur ODIL.

 

 

J.L Pradines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Montceau-les-Mines : ODiL TV”

  1. misha dit :

    bonjour,

    Pour répondre à Mme BONIN et à la question de Mme JARROT :

    – une famille SANS enfant ne perçoit rien si elle est déboutée du droit d’asile uniquement. (Etre débouté, signifie que l’état français n’a pas reconnu que cette famille était en danger dans son pays d’origine, et lui demande de « rentrer » dans son pays).

    – une famille déboutée AVEC enfant perçoit une aide du conseil départemental donc ces familles ne sont pas sans ressources même si cette aide est minime.

    Sans compter que chaque famille AVEC ou SANS enfant bénéficient des aides d’associations (Restaurants du coeur, Croix rouge,….) donc ne sont pas à la rue sans rien.

    Il faut savoir également que dans de très très rare cas, les familles déboutées sont expulsées (sur demande de Monsieur Le Préfet) du logement qu’ils occupaient pendant leurs démarches de demande d’asile… Ils se maintiennent donc dans le logement sans droit.

    Par contre, tant que la famille est en procédure de demande d’asile, l’OFII leur verse un pécule financier chaque mois, et ils sont logés gratuitement,…

    Pour en venir au travail, effectivement, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler tant qu’ils n’ont pas obtenus le statut de réfugiés (droit de rester en FRANCE).

    Par contre, dès lors que la famille ou le célibataire obtient le statut de réfugié, il faut savoir que cette famille peut prétendre aux aides de la CAF avec un effet rétroactif depuis la date du dépôt d’une demande, sur 2 ans maximum…. Je vous laisse le soin d’imaginer le montant du rappel pour une famille de 4 ou 5 enfants !!!!

    ET, Ceci n’est ni un fantasme; ni des idées fausses

  2. beber71 dit :

    ben vu la foule que l’on peut voir sur les photo il faut croire que ce débat sur les migrants passionne les Montcelliens. Pour sûr que l’on préfère en débattre en privé que d’exposer ce que l’on pense en public