Autres journaux :


vendredi 12 juin 2015 à 05:13

Blanzy

Roger Pindon, blanzynois, élevé au grade de Chevalier de la légion d'Honneur



 

 

 

Roger Pindon, élevé au grade

 

 

de Chevalier de la légion d’Honneur

 

 

 

C’est par décret du Président de la République, du 25 avril dernier, que Roger Pindon a été élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur. La décoration lui sera remise dimanche 14 juin à 10 h 30 dans la grande salle de l’EVA à Blanzy, ville où il réside depuis une vingtaine d’année, rue de la Verrerie, près de la Bibliothèque.

 

 

 

André Quincy, Maire Honoraire, Officier de la Légion d’Honneur, Président du Comité Mémoire et Fraternité, nous confie :

 

 

« Ce fut une immense surprise pour moi, comme pour beaucoup de Blanzynois sans doute, y compris ses plus proches voisins. Jamais vous ne m’avez entendu prononcer son nom, puisque j’ignorais complètement le parcours de Roger Pindon et son internement en camp de concentration pour acte de résistance, à l’âge de 17 ans. Roger Pindon, homme simple et ancien mineur est d’une rare modestie, puisqu’il n’a jamais voulu parler de cette période de sa vie. Roger Pindon a été arrêté à Montceau-les-Mines au champ du Moulin le 22 février 1944 en même temps que notre ami Marcel Baudot. Il a connu successivement la prison et les interrogatoires à Chalon, Besançon. Puis c’est le train, en wagons à bestiaux, qui l’a conduit à Dachau, puis Flossenburg. Après une pneumonie, il a été envoyé au commando de Kamens, près de Dresde, puis il a connu Mauthausen et enfin Dachau à nouveau où il a été libéré le 19 avril 1945.

 

 

Il a retrouvé son travail à la mine où il avait été embauché comme aide-géomètre à l’âge de 14 ans. Il est descendu au fond à 16 ans aux puits des Alouettes. Il a gravi tous les échelons de la hiérarchie, chef de Poste, puis Maitre Mineur à Darcy jusqu’en 1977, date de la retraite. Il a fondé une famille, à son retour d’Allemagne, une grande famille de 13 enfants dont 12 sont encore en vie. Roger Pindon a eu la douleur de perdre son épouse en septembre dernier.

 

 

Pour ce parcours hors du commun, pour cette vie de labeur, Roger Pindon a amplement mérité la haute distinction qui vient de lui être attribuée par le Président de la République. En votre nom et au nom du Comité Mémoire et Fraternité, nous adressons à Roger Pindon nos plus vives félicitations avec tout notre admiration et notre respect. »

 

 

Votre serviteur se souvient que, comme de nombreuses autres peronnes, Roger Pindon lui a permis, dans les années 70, de « descendre » au fond de la mine à Darcy. Comme il était fier de son métier !

 

 

Avec nos Respects Monsieur Pindon.

 

 

Jean Michel Lendel

 

 

 

 

 

medaille legion b 1206152

 

 

 

medaille legion b 1206153

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Blanzy”

  1. balou dit :

    petite precision: ce que les gens ne savent pas, c’est que pour obtenir cette distinction il doit financer sa médaille 180 euros et la reception 300 euros…….