Autres journaux :



vendredi 19 juin 2015 Ă  07:17

Blanzy

Commémoration de l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle



Ce jeudi soir, devant le Monument au Morts de Blanzy, étaient réunis autour d’Hervé Mazurek, le Maire de la Ville, d’André Quincy, le Président du Comité Mémoire et Fraternité Blanzy, Les Bizots, Marigny, de Paulette Ackermann, Maire de Marigny et de Jean Paul Luard, Maire des Bizots, les nombreux élus de la ville, les Porte Drapeaux, les représentants d’Associations d’Anciens Combattants, Résistants et Déportés, les représentants d’Associations de la ville, les pompiers de Blanzy et la Batterie Fanfare de la ville.

 

Ce sont André Quincy et Hervé Mazurek qui déposèrent la gerbe au pied du Monument.

 

André Quincy prit la parole pour un long et très fort discours :

 

Il fit l’historique de la « drôle de guerre », de la bataille de France qui fut perdue en moins de 2 mois. Il rappela les néfastes années d’occupation allemande et de collaboration avec l’ennemi nazi. Et continua :

 

 

« Il y a 75ans, le 18 juin 1940, une voix s’est Ă©levĂ©e depuis Londres, celle du GĂ©nĂ©ral de Gaulle invitant les Français Ă  refuser la dĂ©faite, Ă  poursuivre le combat et Ă  le rejoindre pour continuer la lutte……(……)……..l’appel allait faire naĂ®tre et grandir la voix de la France Libre, la voix de la RĂ©sistance…….(…)….Londres fut alors le point de ralliement de ceux qui refusaient la dĂ©faite, ceux que le patriotisme blessĂ© poussait au combat. La radio de Londres, ce sera, dans la France occupĂ©e, la voix de l’espĂ©rance que l’on Ă©coute en cachette, la voix de l’espĂ©rance pour l’ensemble des mouvements de rĂ©sistance qui allaient naĂ®tre et se dĂ©velopper sous l’impulsion de Jean Moulin jusqu’à la LibĂ©ration de notre Patrie. »

 

Il rendit hommage à ceux qui rejoignirent les forces françaises libres ou qui s’unirent dans la Résistance. Il rendit hommage aussi aux 4 derniers héros qui sont entrés récemment au Panthéon. Il cita aussi les 2 Blanzynois qui viennent d’être élevés au rang de Chevaliers dans l’Ordre de la Légion d’Honneur, Roger Pindon et René Bobin.

 

 

Il invita tout le monde à poursuivre le combat et à lutter sans faiblesse contre tous les dangers qui viendraient à menacer nos institutions républicaines et la démocratie. « La Paix, la Liberté, le Respect des Droits de l’Homme, ce sont des états ou des valeurs qui se méritent. C’est aussi ce que doit rappeler ce message du 18 juin 1940. »

 

André Quincy donna lecture de cet Appel du 18 juin 40 :

 

Texte de l’appel du 18 juin

 

« Les chefs qui, depuis de nombreuses annĂ©es, sont Ă  la tĂŞte des armĂ©es françaises, ont formĂ© un gouvernement.
Ce gouvernement, allĂ©guant la dĂ©faite de nos armĂ©es, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat.
Certes, nous avons Ă©tĂ©, nous sommes, submergĂ©s par la force mĂ©canique, terrestre et aĂ©rienne, de l’ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener lĂ  oĂą ils en sont aujourd’hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L’espĂ©rance doit-elle disparaĂ®tre ? La dĂ©faite est-elle dĂ©finitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mĂŞmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

 

Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n’est pas limitĂ©e au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchĂ©e par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empĂŞchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nĂ©cessaires pour Ă©craser un jour nos ennemis. FoudroyĂ©s aujourd’hui par la force mĂ©canique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mĂ©canique supĂ©rieure. Le destin du monde est lĂ .

 

Moi, GĂ©nĂ©ral de Gaulle, actuellement Ă  Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient Ă  s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingĂ©nieurs et les ouvriers spĂ©cialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient Ă  s’y trouver, Ă  se mettre en rapport avec moi.

 

Quoi qu’il arrive, la flamme de la rĂ©sistance française ne doit pas s’Ă©teindre et ne s’Ă©teindra pas.

 

Demain, comme aujourd’hui, je parlerai Ă  la Radio de Londres.

 

 

Après que la Batterie Fanfare eut entonné la sonnerie aux Morts, on entendit l’Hymne National et Hervé Mazurek prit la parole pour dire que pour lui, c’était un grand Honneur que de célébrer cet Appel à Blanzy et de rendre Hommage, lui aussi, à tous ceux qui se sont levés pour résister et rendre la Liberté à notre Pays.

 

 

Il invita l’assistance au vin d’Honneur.

 

 

Jean Michel Lendel

 

 

 

 

 

blanzy de gaulle 1906152

 

 

blanzy de gaulle 1906153

 

 

blanzy de gaulle 1906154

 

 

blanzy de gaulle 1906155

 

 

blanzy de gaulle 1906156

 

 

blanzy de gaulle 1906157

 

 

blanzy de gaulle 1906158

 

 

blanzy de gaulle 1906159

 

 

blanzy de gaulle 19061510

 

 

blanzy de gaulle 19061511

 

 

blanzy de gaulle 19061512

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer