Autres journaux :


dimanche 20 novembre 2016 à 05:11

Portrait (Blanzy)

Mégane Demussy, une conceptrice de cuisines qui adore aussi les robes burlesques



 

 

Il était une fois, une jeune blanzynoise de 22 ans qui avait choisi la conception de cuisines comme métier. Mais sous les plans qu’elles présente aux potentiels clients, se cache une personnalité incroyable, tant elle a de multiples facettes. Explication.

 

Tout débute par une rencontre à la bibliothèque municipale, où la jeune fille plie sous le poids des livres qu’elle vient d’emprunter. Ouvrages de psychologie, d’architecture, de décoration, mais aussi de la littérature fantastique, de la science-fiction, du Zola etc.

 

Curieux, votre serviteur s’en étonne et le dialogue est engagé ! Il y apprend que cette fraiche jeune fille, souriante et affable, est en fait conceptrice de cuisines. Bon, jusque là, rien d’extraordinaire, si ce n’est que Mégane (c’est son prénom) a bien d’autres cordes à son arc.

 

 

Mégane Dumussy a usé ses fonds de culotte sur les bancs des écoles blanzynoises, avant de rejoindre le lycée Parriat où elle opte pour une 1ère scientifique. De 2011 à 2013, elle part à Lyon, pour y préparer un bac professionnel en agencement et menuiserie. Et bifurque à nouveau, en direction du lycée Maurice Lamache (Lyon 8e) afin de passer un bac technologique en architecture et construction.

 

 

Enfin, en 2015, elle suit un cursus en alternance, où elle suit les cours théoriques à la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) de Mâcon et travaille la pratique dans une grande enseigne de Marsannay qui vend des meubles. Et notamment des cuisines…

 

 

En juin 2016, Mégane obtient enfin le CQP (Certificat de qualification professionnelle) tant convoité. La voici donc conceptrice de cuisines. Un travail qu’elle adore et dont elle parle avec passion.

 

 

Relatant notamment tous les acquis dont elle a bénéficié lors de sa formation. « En tout premier lieu, mon but est de satisfaire pleinement le client. Lorsqu’on achète une cuisine, c’est un vrai budget qu’on engage et il ne faut pas qu’il y ait le moindre souci… » livre la jeune femme. Précisant qu’il s’agit de prendre en compte l’aspect technique et esthétique de la cuisine en question.

 

 

En effet, il ne faut pas se rater, car outre les contraintes habituelles (disposition de l’arrivée d’eau, des prises électriques et des ouvertures) que le concepteur ne peut pas déplacer, il en est une qui ne facilite pas les choses. Et c’est Mégane qui le dit : « La difficulté, par exemple pour une maison en phase de construction, est que la conception de la cuisine doit être finalisée avant la fin de celle-ci ! ». Pas facile pour agencer tout cela…

 

Mais, concrètement, comment se passe la naissance d’une cuisine ? Pour Mégane, on doit respecter 3 étapes globales.

 

 

A savoir, un premier rendez-vous de deux heures avec le client (appelé découverte) où le concepteur décrypte ses goûts, son budget, sa façon de cuisiner (seul ou à plusieurs personnes de la famille), sa façon de fonctionner, ses préférences (ilot central, cuisine en L ou en I etc). Un ou des rendez-vous intermédiaires d’une heure sont nécessaires pour définir la couleur, l’aspect, les matériaux etc.

 

 

La seconde étape – Mégane y tient – commence toujours par l’ébauche des plans devant ses clients, afin qu’ils aient immédiatement une idée de ce que sera leur cuisine. « Je leur présente les perspectives, où plusieurs angles de vue s’offrent à eux. Ils ont ainsi en ligne de mire une vue aérienne, angulaire, frontale ou au sol de leur futur bien » dit-elle. Concluant : je trouve qu’en créant les plans à la main, plutôt qu’à l’ordinateur, on a une approche plus humaine du projet. A tel point que quelquefois, Mégane tend son crayon à son vis-à-vis, pour qu’il puisse exprimer ses envies sur le papier. Il ne faut pas hésiter à faire participer l’acheteur…

 

 

Et puis, fine mouche, la jeune conceptrice, a toujours plusieurs plans sous la main. « J’en prépare trois ou quatre, comme cela, je peux me rabattre sur ceux-ci, si le premier ne convient pas » s’amuse-t-elle.

 

 

La dernière étape est la plus délicate, puisqu’il s’agit du devis et de la conclusion de la vente. Quelquefois, certains clients essaient de négocier pour faire baisser les prix, pour obtenir la pose gratuite, ou évoquer un petit détail pour gagner trois francs six sous ! « C’est de bonne guerre » dit Mégane.
Cette dernière peut se targuer d’avoir établi de bonnes relations avec les clients du magasin de meubles. Sauf une fois… « Je me souviens d’une jeune mère de famille qui était venue pour que je lui soumette un plan pour sa future cuisine. Accompagnée de deux de ses quatre enfants (des jumeaux de 5 ans), je n’ai pu terminer le rendez-vous : les gamins montaient sur le bureau, hurlaient et marchaient sur les plans ! ».

 

 

 

Dans un autre registre, la jeune femme, lors de ses études en menuiserie, a fabriqué un bureau en chêne massif, des tables basses, des petites chaises pour enfants etc. Bref, un métier plutôt réservé aux hommes et pourtant, Mégane a adoré.

 

 

Mais exit le sérieux de la conceptrice de cuisine et du menuisier ! Comme évoqué plus haut, Mégane a plusieurs facettes. Qu’on ne soupçonne pas en la voyant.
La blanzynoise a une passion pour le dessin. Des robes, costumes et autres vêtements, tout y passe ! D’ailleurs, timide et introvertie de nature, elle avoue que dessiner lui permet de s’exprimer et d’évacuer la pression. « Je rêve beaucoup avec le dessin » dit-elle. Elle fait aussi les portraits de ses amis où elle allie physique et personnalité.

 

 

 

Mégane se délecte également de pièces de théâtre et plus spécialement des œuvres de Marivaux : « La Surprise de l’amour » , « La Double Inconstance », « Le Jeu de l’amour et du hasard »… Coup de cœur aussi pour celles de Zola et ses Rougon-Macquart etc.

 

 

Paradoxalement, elle se transforme, tel le loup-garou, lorsqu’elle écoute du Heavy Métal, pas exactement le genre de musique qu’écoute une jeune fille.

 

 

Enfin, comme vous allez le découvrir dans la galerie de photos de Mégane, elle adooore porter des robes un peu burlesques et glamour… Ah oui ! elle aime la guitare aussi…Et cuisiner…

 

 

Bref ! Une jeune femme ouverte sur le monde, heureuse… Un seul bémol : Mégane recherche désespérément un emploi afin de mettre son talent de conceptrice de cuisines au service de la clientèle. Avis aux amateurs.

 

 

 

 

 

nel-1911167

 

nel-1911162

 

 

nel-1911163

 

 

nel-1911164

 

nel-1911165

 

nel-1911166

 

 

 

 

 

nel-1911168

 

 

nel-1911169

 

 

nel-19111610

 

 

nel-19111611

 

 

nel-19111612

 

 

nel-19111613

 

 

nel-19111614

 

nel-19111615

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Portrait (Blanzy)”

  1. Bernard_Gui dit :

    Bravo à cette jeune femme !

    J’aurais aimé avoir eu autant de talents à son âge, mais hélas !

    Un seul bémol, la fin du reportage :
    « Mégane recherche désespérément un emploi … »

    Surtout pas !
    Ne pas aller se faire « formater » par un employeur, quel qu’il soit.

    Mégane, il faut créer votre société à vous !
    Si besoin, je suis prêt à investir (Montceau News a mon adresse mail)