Autres journaux :



samedi 15 juillet 2017 à 16:51

Blanzy

La vie peu commune de Guy Mezery racontée dès demain...



 

 

 

 

 

Le premier est le fils d’une vendeuse de violettes qui chante dans les rues, et d’un père inconnu. Sa mère est déchue de ses droits maternels et il est envoyé, à l’âge de six ans, à l’orphelinat Saint-Vincent-de-Paul, à Paris.

 

 

Le second est le fils d’une femme qu’on appelait à l’époque « fille-mère » (une situation osée et pas courante dans les années 40!) et d’un père marié qui ne l’a pas reconnu. A 18 mois, il se retrouve à l’orphelinat Saint-Vincent-de-Paul, à Paris.

 

 

En 1962, le premier va rejoindre dans un foyer d’étudiants et jeunes travailleurs de l’assistance publique à Paris, le second qui s’y trouve depuis un an déjà. Ils seront voisins de chambre pendant cinq mois.

 

 

Et c’est ainsi que René Villard (alias Hervé Vilard, le chanteur de « Capri, c’est fini ») a connu la même enfance que le Saint Bérinois d’adoption Guy Mezery, bien connu pour avoir été le président des retraités Michelin de Blanzy, et pour les nombreux prix de poésie, qu’il a remportés avec brio durant ces dernières années.

Une enfance où les deux enfants ont été ballottés de familles d’accueil en foyers. Mais la ressemblance s’arrête là. Car la vie de Guy Mézery est bien plus étonnante encore…

 

 

Une arrière-grand-mère qui a donné naissance à …17 filles, une grand-mère qui a eu 4 filles de 4 pères différents et une mère qui a assumé son statut de mère célibataire en dépit de la mentalité de l’époque. La « fille-mère » était considérée comme une déviante, pire, une pécheresse, et portait seule le fardeau de l’intolérance de la société à l’égard de la sexualité hors mariage.

 

 

La vie de Guy Mézery a été certes incroyable. Mais il a fallu le persuader de la partager avec nos lecteurs. L’homme a finalement accepté mais pas pour la gloire. « Je souhaite que mon histoire serve à faire comprendre que, même très mal parti dans la vie, tout est possible si on le veut… » dira-t-il sobrement.

C’est cette vie que nous vous proposons de raconter durant l’été. Et vous verrez, chers lecteurs, très vite, vous attendrez l’épisode suivant avec impatience !

 

ND

 

 

mez 1507172

 

 

 

 

Autour du cou de Guy Mezery,

 

pupille du département de la Seine,

 

un collier portant le numéro 001884

 

 

 

mez 1507173

 

 

Le carnet de Guy Mezery où il lui a été attribué

 

le matricule 275.243, et spécifié « Frère du 1347 »

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer