Autres journaux :



dimanche 8 octobre 2017 à 05:52

La vie peu commune de Guy Mezery (Blanzy)

Episode 12



 

 

 

 

Episode précédent

 

Guy relate ensuite une conversation, toujours téléphonique, le 7 septembre 2003, avec sa mère. Epique, celle-ci…

Le grand-oncle enterré vivant

Andrée-Marie « Dans la famille, tout le monde se fait incinérer !

 

C’est parti ! Suite à la mort de « Truc » le mari de ma tante Gisèle, décédé depuis un mois, qui a été incinéré et qui repose désormais au Père Lachaise, sous une plaque de marbre.

 

Guy Alors, comme ça, tout le monde se fait incinérer ? Mais pas la grand-mère ! Elle est bien enterrée à Saint-Dié, dans un cercueil ?

 

AM Oui, mais elle a voulu rompre cette coutume qui faisait suite à l’histoire arrivée à un grand-oncle, enterré vivant !

 

G Enterré vivant ! Comment cela ?

 

AM Imagine qu’à cette époque, la médecine ne disposait pas des moyens actuels. Il était tombé en catalepsie et on l’avait mis dans un cercueil, déclaré mort, bien sûr. Quand il est revenu à lui, il était en route pour le cimetière, alors il a tambouriné tant qu’il a pu et heureusement, il a été entendu ! Mais pour rouvrir le cercueil, il fallait l’accord de la gendarmerie et du corps médical.

 

 

Le temps de rapatrier ce beau monde, il est mort, pour de bon cette fois !

 

Quelle histoire !

 

Des révélations qui ne sont jamais venues

 

« En dehors de ce genre de confidences, ma mère est restée muette sur la majeure partie de son existence » dira Guy, résigné. Seule certitude, depuis sa séparation d’avec André, elle a vécu recluse dans son appartement au 3e étage de la rue Edmond Noccard à Maisons Alfort. Elle a dû travailler jusqu’à 70 ans à l’école vétérinaire pour améliorer sa retraite.

 

Durant ces trente ans durant lesquels Guy a eu avec elle des relations « quasi » familiales, il l’a invitée en vacances plusieurs fois chez lui, il est allé presque chaque année chez elle successivement avec Christine, Juliette et Josette, ses trois épouses. De son côté, Andrée-Marie a reçu les enfants de Guy, les a gâtés chaque fois qu’elle le pouvait.

 

Mais jamais elle n’a cédé à l’abandon des confidences sur son passé… « J’ai l’amère sensation qu’il manquera toujours un pan de notre histoire » regrette Guy Mezery. Car ce qu’elle leur a dit de leurs origines, à ses frères et sœurs et à lui, manque tellement de consistance qu’ils ont le sentiment qu’elle leur a caché l’essentiel.
Dommages collatéraux

 

« Elle aimerait qu’on le considère comme certaines héroïnes de romans : malheureuse, déshonorée, prisonnière des convenances… » livre Guy. Ajoutant : « Notre sentiment est autre. Elle a vécu sa vie de jeune fille, sans retenue, débridée, comme la revanche d’une enfance malheureuse. Elle a fui toute responsabilité. Ses gosses n’étaient que des dommages collatéraux dans son combat pour jouir de l’existence. Elle a pris, elle n’a jamais donné… » soupire Guy, dans un triste constat.
Ce dernier pense qu’elle a eu peur de leur jugement et que c’est la seule explication à son refus de communiquer. Il le dit : « Quand on a gâché sa vie et celle des siens, la moindre des choses est demander pardon… ».

 

Une belle famille généreuse et aimante

 

Alors certes, rien n’a été facile pour Guy et sa fratrie, mais à ce jour, ses quatre enfants s’ajoutent aux quatre de son frère et aux quatre de sa sœur, qui en plus, a adopté une fillette.

 

Petits enfants d’Eugénie, enfants d’Andrée-Marie, ils sont devenus à leur tour des grands-parents. En effet, Guy est le grand-père comblé de trois petites-filles et de cinq petits-fils. Même si le destin, une fois de plus, a frappé la famille et a voulu que l’une des petites soit trisomique et que l’un des garçons meure à la naissance.
Le frère de Guy est grand-père de trois petits-fils et sa sœur grand-mère de quatre petites-filles et deux petits-fils. Une sacrée belle et bonne famille, aimante et généreuse, qui a fait fi de l’acharnement du destin et qui s’en est sortie, coûte que coûte.

 

Et le mot de la fin revient à Guy qui dit à sa descendance : « A la lecture de cette litanie, vous pourriez croire que je suis amer. Il n’en est rien ! Si une partie des personnages de cette histoire ont été malheureux, sachez que malgré les apparences, au terme d’une existence bien remplie, je suis de plus en plus heureux de vivre ! ».
Et cela Guy, nous voulons bien le croire. Car lorsqu’on vous voit avec Josette, nous voyons un couple heureux, soudé et respectueux l’un de l’autre. Bravo encore !
Un talent caché

 

 

Et pour preuve que Guy a su s’en sortir haut la main, nous vous dévoilerons la semaine prochaine un domaine où il est roi. Et cela se sait et se traduit par une « foultitude » de médailles et de récompenses. Bientôt, il lui faudra se faire greffer quelques centimètres de tour de cou pour les faires tenir toutes !
Suite au prochain épisode

 

 

ND

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer