Autres journaux :



jeudi 22 août 2019 à 11:20

Réactualisé – « Problèmes » d’élagage…

.. pas à Blanzy mais...





Réactualisation : c’est par erreur de notre part que nous avons situé cette rue à Blanzy 

 

Un autre lecteur précise : « une petite précision , la haie citée dans l article élagage n est pas dans le quartier des Rompois mais le long de la voie ferrée dans la rue réservée aux riverains menant au collège St ex …. vu les lampadaires ce doit être côté Montceau… »

 

Cela devait être dit 

 

 

Un lecteur : Daniel B. nous prie d’insérer :

 

 

« Il y a quelques temps, M.N. publiait une mise en garde :

« N’attendons pas l’accident pour intervenir! »

Une situation équivalente existe dans une petite voie ; rue des Rompois .

 

Bien qu’elle ne soit pas très large, cette voie supporte un trafic assez intense, surtout aux heures d’arrivée et sortie des élèves du collège St Saint-Exupéry.

 

Comme les retardataires sont très pressés…..

 

Mais ce rétrécissement de la chaussée et la suppression du trottoir font peut être partie du nouveau plan de végétalisation des obstacles à la circulation ?

 

Alors, peut être faudrait il faire un tunnel dans le buisson, d’autant que tous les poteaux de cette rue sont sur le domaine publique. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “Réactualisé – « Problèmes » d’élagage…”

  1. yzf dit :

    La rue étant limitée au passage exclusivement des riverains, je ne vois pas en quoi cela peut gêner les retardataires du collège. A moins que cette signalisation ne soit pas respectée et ainsi une verbalisation serait nécessaire afin de retrouver la tranquillité et surtout la sécurité pour les piétons empruntant cette rue.

  2. Pascontent dit :

    Il en est de même sur la rue de Charolles avant le passage à niveau.
    La loi du 14 Juillet 1845 (dite loi Napoléon) sur l’exploitation des voiries dit:
    – C’est au propriétaire du terrain d’où vient la végétation de respecter le domaine public et d’en laisser la libre la circulation. Il doit donc respecter certaines règles de plantations et de leur entretien.
    – C’est au propriétaire de la voirie, qui a la responsabilité de la sécurité des usagers, de mettre en demeure le contre-venant, quitte, après mise en demeure à faire les élagages nécessaires et à les lui facturer.
    YAPUKA

  3. Pascontent dit :

    A rajouter à mes remarques:
    Au abords du passage à niveau les riverains doivent respecter la visibilité des installations et de la signalisation routière. Cela s’appelle une servitude non dérogatoire.
    C’est bien au propriétaire de la voirie à la faire respecter. La SNCF, propriétaire des installations ferroviaires, et non de la chaussée, doit signaler au propriétaire de la route les anomalies constatées lors de ses inspections périodiques du passage à niveau.

  4. pelican71 dit :

    cette rue étroite c’est la rue des rompois commune de Montceau
    est bien en passage réservé au riverain mais????
    beaucoup personnes l’emprunte comme raccourci pour allez au collège Saint-Exupéry et quand ont leurs fait la remarque ils vous insultes et même force le passage
    ils faudrait quelques PV (que fait la municipalité avec leur police)

    • Daniel Z dit :

      Ce n’est peut être pas si évident qu’il n’y parait ? https://www.ruedelavenir.com/actualites/peut-on-interdire-la-circulation-dans-une-rue-sauf-aux-riverains/
      Et en prenant l’option fermeté, les visites aux « résidents » ne peuvent plus se faire qu’ à pied ….. J’aime assez l

      • Marcuse dit :

        Je confirme votre remarque et j’aime assez votre « J’aime assez ».

        J’ai connu une voie dite « privée » dont les riverains ont souhaité interdire l’accès à tout autre véhicule que les leurs, ce qu’ils ont fini par obtenir et qui m’a contraint à faire un détour sur le trajet de mon domicile à mon lieu de travail.
        Bien évidemment, en toute logique, les agents de la poste, les éboueurs et autres véhicules de service public n’empruntaient plus cette voie.
        Ce fut un grand bonheur pour moi d’observer les riverains traînant leurs poubelles jusqu’au bout de la rue après avoir été contraints d’y rassembler leurs boîtes à lettres.

        Quant à l’intervention de la police, elle n’est ni justifiée ni légale sur le domaine privé.
        Il faut un culot assez démesuré pour vouloir bénéficier d’un service public après avoir privatisé une voie.
        On ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre et les cuisses de la crémière.