Autres journaux :



mardi 24 mai 2016 à 08:08

La nuit au musée… à la Briquèterie

Cabaret plaisirs solidaires



 

 

Le spectacle est présenté comme ceci : « De tous temps, face à un destin qu’on leur présentait comme inéluctable, face à une évolution sociale qui pouvait paraitre immuable des gens simples se sont levés et ont pris en main leur devenir. Ils ont contribué à construire une société un peu plus humaine. Aujourd’hui encore leur engagement est plein d’enseignements. C’est pour ça qu’a été créée l’association La mère en Gueule : Valoriser l’histoire sociale du bassin Minier de Montceau les mines. »

 

 

Un peu moins de 250 spectateurs ont fait le déplacement pour assister à la soirée de la Mère En Gueule à la Briqueterie. Ce qui fait que vu l’étroitesse de certaines salles une partie des personnes ne pouvant assister à une représentation font le tour des lieux pour visiter. Mais personne ne pense à s’impatienter et cela vaut vraiment le coup d’attendre.

 

 

Lorsque la ville de Ciry le Noble, son Maire Renée SAUNIER, ses élus et en particulier Ophélie Bey, lance une opération à la briquèterie cela devient un succès. Nous en avons été les narrateurs privilégiés dans nos rubriques de 2015. Il semble que ce soit reparti pour 2016, avec un cran au-dessus ?

 

 

 

 

bri 25 05 166

 

 

Les saucisses s’alignent au mètre pour confectionner des hot dog dont la majorité des spectateurs font l’emplette, 20h00 vient de sonner au clocher, c’est l’heure de se restaurer. Et la guinguette est là pour ça.

 

 

Tout commence, après être passé devant l’orgue de Barbarie et la Liane ondulante qui le fait tourner, par « Debout » dans la salle des expos où tout le collectif chante des chansons révolutionnaires et où des clowns dialoguent autour de l’inertie du monde.

 

 

Chaque salle dispose de son thème particulier :

 

Salles des expos : c’est peut-être l’amour (Vian A Sylvestre, Rita Mitsouko, etc.)

 

Salles des expos : Laisser faire, laisser passer (Yanne, Bourvil, La Tordue, etc.)

 

Au four : murmure des murs : (Aragon, Ferré, Brassens et Cie)

 

A l’atelier moulage (un conte montcellien)

 

Au dépotoir Sentiments dangereux (Gainsbourg, Bobby Lapointe, Lavilliers, etc.)

 

A la salle des machines : Duos improbables (Jean Michel Ribes, Pierre Desproges, et ce qui s’en suit.)

 

 

Ici on donne dans la chanson sociale, la tradition populaire… L’ADN de la Mère En Gueule… et de son metteur en scène par Samuel Jaudon.

 

 

 

bri 25 05 167

 

 

 

Et ces amateurs en remontreraient à bien des professionnels. Les spectateurs, même debout tassés contre les murs participent, applaudissent, reprennent certains refrains.

 

 

Quelle ambiance et quand la nuit arrive le décor devient très féérique et romantique. Et l’assistance change de lieu, de salle de cabaret, pour aller jusqu’au bout de la nuit (ou presque) en chantant, en scandant et en passant de temps en temps à la guinguette.

 

 

Tout se fait dans la bonne humeur, la convivialité et le sérieux requis.

*

 

Les allées sont illuminées par des lampes à huile, et les bâtiments par des projecteurs de couleur. La briqueterie prend un autre aspect dans ces circonstances.

Soirée parfaitement réussie, belle nuit au musée 2016, la saison est bien lancée.

 

 

Gilles Desnoix

 

PS : Ont contribué au Cabaret Plaisirs Solidaires :

 

A l’accueil, au chant, au jeu, à la musique, à la mise en scène, à l’orgue de Barbarie, aux lumières, à la photo, aux décors, à la buvette, aux barbecues, etc., etc., etc.
Valérie Berlioz, Martine Boguet, Martine Bonin, Carole Bonin, Jean-Paul Bonin, Gisèle Bouttet, Joëlle Brulebois, Nadine Brzezinski, Clémentine Brzezinski, Gérard Burtin, Pierre Charcosset, Marie-Claude Demontfaucon, Marie Elliott, Dominique Gérard, Florence Giacometti, Françoise Grand, Pascal Henry,  Julie Henry, Jean Paul Gueugnon, Bernard Jaudon, Samuel Jaudon, Emilie Langillier, Danièle Le Gal, Alex Le Gal, Béa Michel, Manon Michel, Véronique Perrin, Michel Paucod, Eliane Quost, Annie Sivignon, Thomas Vannier…

 

Et les services, les élus de la ville… et tous ceux qui de près, de loin, d’ailleurs ont donné les autorisations et les financements.

 

bri 25 05 168

 

 

bri 25 05 16

 

 

bri 25 05 161

 

 

 

bri 25 05 162

 

 

bri 25 05 163

 

 

bri 25 05 164

 

 

bri 25 05 165

 

 




bri 25 05 169

 

 

bri 25 05 1610

 

 

bri 25 05 1611

 

 

bri 25 05 1612

 

 

bri 25 05 1613

 

 

bri 25 05 1614

 

 

bri 25 05 1616

 

 

bri 25 05 1618

 

 

bri 25 05 1619

 

 

bri 25 05 1620

 

 

bri 25 05 1621

 

 

bri 25 05 1622

 

 

bri 25 05 1623

 

 

bri 25 05 1624

 

 

bri 25 05 1625

 

 

bri 25 05 1630

 

 

bri 25 05 1631

 

 

bri 25 05 1632

 

 

bri 25 05 1633

 

 

bri 25 05 1634

 

 

bri 25 05 1635

 

 

bri 25 05 1636

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “La nuit au musée… à la Briquèterie”

  1. robert71 dit :

    Bravo et merci à la mère en gueule.
    c’est domage qu’on ne les vois pas aux manifestations contre la loi travail, la lutte c’est pas que dans les discours où c’est pas que du passé
    amicalement
    Robert

  2. scania dit :

    C est une association culturelle avant tout, pas une annexe de la CGT.

    • liloupassepartout dit :

      Oui bien sur! Et pourtant, c’est oublié tout les articles à lire sur « montceau news », où « la mère en gueule » est venue dans des actions et/ou fêtes de la CGT.

    • montcellienbis dit :

      alors qu’elle arrête de nous casser les pieds avec des spectacles uniquement basés sur les luttes ouvrières et les combats contre les patrons.Ca devient lassant et le peu de monde qui est présent à leur « fêtes « en est la preuve