Autres journaux :



vendredi 16 mars 2018 à 05:41

Internet : montée en débit sur la a communauté urbaine…

Gourdon : dernière opération réalisée dans le cadre du projet communautaire !



 

 

David Marti, président de la CUCM, accompagné de Montserrat Reyes, en charge du développement numérique, et des maires de Gourdon, Saint-Firmin, St-Symphorien, Pouilloux, St-Laurent-d’Andenay, était ce jeudi à Gourdon, afin d’inaugurer l’armoire implantée à Beauregard, qui permet désormais une montée en débit, pour un meilleur accès à Internet. Et ce, sur 10 communes de son territoire.

 

Après avoir posé pour la postérité devant l’armoire, tous se sont déplacés à la mairie de Gourdon, où, en salle du Conseil, M. Marti a évoqué ces travaux, qui ont coûté 3,7 millions d’euros à la CUCM.

 

Expliquant qu’afin de réduire la fracture numérique en anticipation du plan départemental, la communauté urbaine a déployé la montée en débit, partout où elle y était réglementairement autorisée.

 

Ainsi, sur la période 2016-2018, elle a déployé elle-même la montée en débit partout où cela était réglementairement possible. « En effet, l’autorité des télécoms, l’Arcep, n’a pas permis à la communauté urbaine d’intervenir partout où elle l’aurait souhaité » livre Montserrat Reyes.

 

La CUCM est tout de même intervenue dans 17 secteurs situés dans 10 communes : Blanzy, Ciry-le-Noble, Gourdon, Marmagne, Pouilloux, Saint-Eusèbe, Saint-Firmin, Saint-Laurent-d’Andenay, Saint-Symphorien-de-Marmagne, Torcy. A noter qu’une partie de Perrecy-les-Forges a bénéficié de l’intervention réalisée à Ciry-le-Noble.

 

Les habitants de ces 17 secteurs, situés le plus souvent sur des communes rurales, bénéficient désormais ou vont bénéficier prochainement d’un meilleur accès à internet.

 

« L’amélioration du débit dépend cependant de la longueur du réseau en cuivre restant entre la nouvelle armoire télécom posée par la communauté urbaine et le logement ainsi que de la qualité de la ligne en cuivre, sur laquelle la communauté urbaine n’est pas autorisée à intervenir » dira le président Marti.

 

 

 

Détail des interventions

 

Sur le bassin sud

 

 

Blanzy

 

La communauté urbaine est intervenue sur le secteur de Montchevrier et près du château du Plessis. Ce secteur mal desservi contrastait avec le centre-ville en termes de qualité d’accès. Après l’intervention communautaire, la fracture numérique sur la commune, a été fortement réduite et la qualité de l’accès à internet sur Blanzy est aujourd’hui plus équitable.

 

 

Ciry-le-Noble

 

 

La communauté urbaine est intervenue sur un quartier excentré, le quartier de Rozelay. Ce quartier à cheval sur Ciry-le-Noble et Perrecy-les-Forges faisait partie des zones du territoire communautaire les moins bien desservies en internet. Cette opération a concerné plus de 300 lignes et offre à présent un accès à Internet satisfaisant à une large majorité des habitants.

 

 

Gourdon

 

La communauté urbaine est intervenue sur deux secteurs, au bourg et sur le secteur proche de Montceau et Blanzy (Beauregard, les Loges, les Gris, etc.).

 

Les opérations sur Gourdon ont été les dernières à être mises en œuvre du fait de contraintes techniques indépendantes du projet de montée en débit et du fait également de la longueur très importante de fibre optique à déployer. Le bourg de Gourdon va devenir l’un des secteurs les mieux desservis du territoire communautaire.

 

Perrecy-les-Forges

 

La communauté urbaine n’est pas intervenue à Perrecy pour le projet de montée en débit, mais sur le quartier de Rozelay à cheval sur Ciry-le-Noble et Perrecy-les-Forges. Comme pour Ciry-le-Noble, le projet étant très ciblé sur ce quartier, les riverains bénéficient d’une forte amélioration du débit internet.

 

Pouilloux

 

Pouilloux est une commune où l’accès à internet est peu performant. La communauté urbaine a fait de Pouilloux l’une des communes prioritaires de son déploiement. Mais l’Arcep n’a autorisé la communauté urbaine à intervenir qu’à un seul endroit de Pouilloux, près de l’aérodrome. Cette intervention a eu un impact très fort pour les riverains qui disposent dorénavant du haut, voire du très haut débit pour certains.

 

 

Saint-Eusèbe

 

La communauté urbaine est intervenue pour améliorer le débit à deux endroits de Saint-Eusèbe : au bourg et près du secteur de la zone d’activités du Monay. Seuls ces deux secteurs ont été autorisés par l’Arcep pour l’intervention communautaire. Les riverains concernés connaissent une grande amélioration de débit en fonction de leur proximité avec les nouvelles armoires télécom installées.

 

 

 

Sur le bassin nord

 

 

Marmagne

 

La communauté urbaine est intervenue sur le secteur de la Croix Blanchot, secteur très éloigné du central téléphonique, et donc en pleine zone blanche. Depuis décembre 2017, cette intervention a permis aux riverains de passer à un débit satisfaisant pour la plupart d’entre eux.

 

Saint-Firmin

 

C’est l’une des communes où la majorité des habitations se trouvaient en zone blanche. D’après les études réalisées par Orange, l’intervention de la communauté urbaine bénéficie à une grande part de la commune, avec plus de 300 lignes concernées et notamment le bourg (mairie, école, ouverture d’un point multi-services comprenant un cybercafé).

 

 

 

Saint-Laurent-d’Andenay

 

La communauté urbaine est intervenue au bourg, qui se trouve dans un secteur assez mal desservi en termes de débit. Cette intervention a changé la qualité de service d’une majorité d’habitants de la commune.

 

 

Saint-Symphorien-de-Marmagne

 

La communauté urbaine est intervenue à deux endroits : au bourg et au lieu-dit Le Sautot. Additionnées, ces deux interventions couvrent quasiment l’intégralité de la commune et vont dynamiser l’accès à internet dans ces secteurs. Le lieu-dit Le Sautot, où est situé un circuit automobile, se trouvait en pleine zone blanche.

 

 

Torcy

 

Dans le cadre de la première phase du plan départemental du déploiement du haut débit, qui doit s’étendre jusqu’en 2020, le département a réalisé une intervention de montée en débit sur le quartier du Champ Cordet. La communauté urbaine a complété l’intervention départementale en réalisant cinq opérations sur Torcy. Ces interventions étaient situées au Vieux Saule, avenue des Ferrancins, dans le quartier du Villet et dans le quartier de la Mouillelongue.

 

Il s’agit de la commune où la communauté urbaine a investi le plus pour la montée en débit.

 

 

 

Et maintenant…

 

Le plan départemental

 

 

L’Etat a confié aux départements le déploiement du très haut débit en France dans les secteurs qui ne sont ou ne seront pas couverts par des opérateurs privés. Sur le territoire communautaire, le plan départemental de déploiement du très haut débit ne concerne donc ni Le Creusot ni Montceau, villes pour lesquelles Orange a déclaré qu’il allait apporter le très haut débit à tous les foyers.

 

En Saône-et-Loire, le Conseil départemental a prévu le déploiement du très haut débit en deux phases.

 

 

Première phase du plan départemental

 

Elle s’étendra jusqu’en 2020.

 

Sur le territoire communautaire, elle concernera 10 communes : Le Breuil, Essertenne, Montcenis, Montchanin, Morey, Perreuil, Saint-Sernin-du-Bois, Saint-Vallier et Sanvignes, et un quartier de Torcy, dont l’accès au haut débit sera amélioré.

 

La communauté urbaine contribuera financièrement à cette première phase à hauteur de 4,1 millions d’euros.

 

Deuxième phase du plan départemental

 

Elle s’étendra de 2020 à 2022.

 

Sur le territoire communautaire, elle concernera toutes les communes non comprises dans la première phase : Les Bizots, Blanzy, Charmoy, Ciry-le-Noble, Ecuisses, Génelard, Gourdon, Marigny, Marmagne, Mary, Mont-Saint-Vincent, Perrecy-les-Forges, Pouilloux, Saint-Bérain-sous-Sanvignes, Saint-Eusèbe, Saint-Firmin, Saint-Julien-sur-Dheune, Saint-Laurent-d’Andenay, Saint-Micaud, Saint-Pierre-de-Varennes, Saint-Romain-sous-Gourdon, Saint-Symphorien-de-Marmagne et le reste du territoire de Torcy.

 

 

La communauté urbaine sera également sollicitée par le Département pour contribuer financièrement au déploiement de cette deuxième phase départementale.

 

L’enjeu de l’aménagement numérique

 

Aujourd’hui, les données numériques transitent principalement par le réseau téléphonique en cuivre de France Télécom, devenu Orange en 2013. Les box ADSL fournissent du haut débit. La qualité du débit dépend de la distance entre l’usager et le central téléphonique d’Orange.

 

Au-delà de 4 km environ, les usagers ne peuvent accéder au Triple Play, c’est-à-dire à une offre commerciale regroupant Internet, la télévision et la téléphonie dans un contrat unique.

 

A la différence du cuivre, la fibre optique est un matériau qui permet un débit quasi illimité, quelle que soit la distance entre l’usager et le central de l’opérateur. La fibre permet l’accès au très haut débit (au-delà de 30 Mbs).

 

L’enjeu de l’aménagement numérique consiste donc à remplacer le cuivre par la fibre optique et à rapprocher la fibre de l’usager.

 

En tous cas, les maires présents ce jour à Gourdon ont exprimé leur satisfaction et adressé des remerciements à la CUCM et à Orange.

 

 

 

 

 

ccm 1603185

 

 

ccm 1603184

 

 

ccm 1603183

 

 

ccm 1603182

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Internet : montée en débit sur la a communauté urbaine…”

  1. loupblanc dit :

    le haut débit pour compenser tous les fermetures de services publics ( poste , impôts , gendarmerie, tribunal , manque médecins , fermetures hôpitaux , sous préfecture pour carte grise par exemple , etc……..)
    vous serez connecté si vous arrivez à avoir un interlocuteur
    et vous déplacerez si vous le pouvez à 50 ou 100 kms pour obtenir un soin par exemple , à condition de pouvoir conduire et de se payer un abonnement internet et de s’avoir s’en servir
    l’avenir c’est les grandes métropoles et grandes régions

  2. jeff71 dit :

    Bien dit et résumé loupblanc !