Autres journaux :


samedi 12 décembre 2015 à 07:25

La visite annuelle du Député Sirugue aux Bizots

La municipalité se bat pour sa commune



23 octobre 2014, 11 décembre 2015, un an, une promesse « je reviendrai chaque année », le Député est aux Bizots comme promis depuis le début de son mandat. Il est attendu de pied ferme, mais en toute convivialité, par Jean Paul Luard le maire et ses adjoints et certains conseillers.

 

 

L’ordre du jour est copieux, mais il ne peut en être autrement avec Jean Paul Luard.

 

 

D’abord le haut débit : ce n’est pas avant 2020 que la commune sera concernée par le plan programmatique de la CCM qui va investir fortement. Cette dernière ne considère pas les Bizots comme prioritaires.

 

Le député explique que si le haut débit a pris du retard c’est à cause des tergiversations techniques pendant plusieurs années pendant lesquelles les technologies évoluaient. Du coup tout le monde attendait la radio, la fibre, etc. Et rien n’a été fait.
Il est conscient que c’est très discriminant pour les territoires et les populations, l’économie. Mais les choses vont aller en s’accélérant. Le problème c’est que beaucoup d’habitants travaillent dans des zones très bien irriguées et vivent dans d’autres qui ne le sont pas ou mal. Il va falloir combler un retard important en beaucoup moins de temps qu’on en a mis pour l’accumuler.

 

 

En deuxième point les zones blanches téléphoniques. Là encore les élus présentent des cas de lieux et d’entreprises qui souffrent d’une desserte en téléphonie aléatoire ou quasi inexistante. Ils demandent un renforcement du réseau. Pour certains endroits ou certaines activités, cette couverture défaillante est préjudiciable aux affaires et à la sécurité.
Christophe Sirugue comprend bien le problème posé à l’activité économique et aux risques de sécurité des personnes. Bien des communes éprouvent encore ces difficultés techniques. Il verra à intervenir auprès de l’opérateur institutionnel.

On commence à aborder les problèmes financiers avec les difficultés que la commune va éprouver pour la matérialisation de ses circuits pédestres.

 

Globalement pour la section d’investissement et jusqu’à présent, la dotation de la CCM se déclinait sous forme d’enveloppe.
La dernière fut de 22 000€ et cela avait couvert le budget alloué au programme d’investissement global.
Dorénavant il s’agira d’un fonds de concours de 50% versé après réalisation des travaux. Pour la tranche 2016 de 22 000€ soit la commune ne change pas sa somme et elle ne touchera que 11 000€ soit elle doublera les montant de ses travaux (44 000€) et elle touchera à nouveau 22 000€.

 

Les Bizots ont déjà du mal à sortir 11 000€ alors 22 000€, il n’y faut point penser. Pour la signalétique des balades vertes il manque 4 200€ après les aides départementales.

 

Le député rappelle que dorénavant la réserve parlementaire allouée à chaque député est de 130 000€. Vu le nombre de projets, dont certains très lourds, des communes de sa circonscription, et comme il ne veut pas saupoudrer ses aides, il regardera avec attention cette demande et ses possibilités. Il ne peut pas s’engager comme ça, mais donnera rapidement sa réponse. Il est bien conscient de l’importance de ces investissements dans le développement touristique des communes rurales.

 

Vient sur le tapis le problème des retards de versement des aides aux activités scolaires (remboursement par enfant) et une demande d’acompte.

 

 

Le député affirme que ces aides sont pérennes, qu’il n’y a aucune remise en cause et qu’il va immédiatement alerter les services de l’état en charges des versements pour que l’on raccourcisse les délais. Il comprend bien qu’une commune de la taille des Bizots ne peut pas faire des avances de trésorerie.

 

 

Après l’argent qui ne décolle pas, pigeon vole. Jean Paul Luard tient au chantier de restauration du pigeonnier emblème de la commune. Avec son sens inné des affaires il a déjà troqué des pierres de démolition des côtés contre les travaux de mise hors d’eau par la régie inter quartiers. Les pierres iront renforcer la maçonnerie de la tour du Bost. Mais pour la seconde phase il faut trouver 15 000€. Le député promet de regarder attentivement ce dossier. Il renvoie à ce qu’il vient de dire sur la réserve parlementaire.

 

 

Toujours dans le domaine des inquiétudes financières les élus Bizotins expriment leurs profondes appréhensions concernant les dotations aux communes comme par exemple le remboursement des transports qui passe de 80% à 45%. Les petites communes ont de plus en plus de mal à boucler leur budget. En matière de transport infra communal pour les enfants c’est la sauvegarde des écoles et de certaines classes qui est en jeu.

 

 

Christophe Sirugue se dit très conscient du fait que pour les communes rurales tout coûte plus cher que dans les grandes agglomérations. Il rappelle néanmoins qu’il existe toujours un plan de réduction des dépenses publiques et que de ce fait les dotations baissent. Dans le même temps un fonds de 1 milliard d’€ a été voté pour permettre les économies d’énergie qui entrainent forcément des économies de fonctionnement pour les collectivités territoriales.

 

Pour ce qui concerne la réforme de la DGF, les calculs et les études prospectives donnent des estimations prévoyant pour 80% des communes et intercommunalités des effets neutres ou presque. Les 20% restants se trouvant au niveau des grosses métropoles. D’ailleurs les élus peuvent se rendre sur le site de Bercy et grâce à un simulateur calculer l’évolution de leur DGF.

 

 

Jean Paul Luard informe ensuite le Député des développements de sa commune au travers des opérations menées pour l’extension du parking de la salle des fêtes te d’un square pour les enfants. L’urbanisation est aussi abordée au travers des constructions prévisionnelles de maisons individuelles entre 2015 et 2020… pour le moment entre 18 et 20.

 

Il est reparlé des chambres d’hôtes au-dessus du restaurant. La commune est propriétaire, pourrait aménager 2 anciens logements, mais encore faut-il trouver quelqu’un pour gérer.

 

Jean Paul Luard informe Christophe Sirugue de l’installation d’une infirmière libérale à la maison pour tous. Une seconde est prête à venir, peut être aussi un Kiné. Il rappelle aussi la mise en route le lundi d’une épicerie ambulante et bientôt d’un camion Pizza toujours le lundi, jour de fermeture du restaurant.

 

Une heure de réunion intense qui tout le monde l’espère portera ses fruits. Christophe Sirugue promet de répondre et d’agir rapidement.

 

 

Gilles Desnoix

 

bizots depute 1212153

 

 

bizots depute 1212152

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer