Autres journaux :


lundi 20 juillet 2015 à 07:48

Une fête au poil et à la poêle

D’abord soufflons les bougies, les 80 bougies Happy 80th birthday events committee



 

 

En effet, en juin 1935 se créait le comité des fêtes de Mary/Mont Saint Vincent, il y a 80 ans de cela et il est toujours aussi combatif.

 

Ensuite soufflons les 45 bougies de la fête des crapiaux, Happy 45th birthday holidays of crapiaux (Euh là faut voir Marie ou l’Unicef pour la traduction). En effet c’est la 45ème  Fête des Crapiaux.

 

Salvador Dali ? Non ? Il est génial aussi mais pas fou.

Cardinal de Richelieu ? Non, il n’est pas habillé en rouge et il est plus convivial.

D’Artagnan ? Non, il n’a pas la cape et l’épée.

Hercule Poirot ? Non, il n’a pas l’accent Belge

 

 

 

Mais alors qui est-ce ? Ah oui, mais c’est bien sur, c’est JJ… Joël Jouve le Président du Comité des fêtes de Mary-Mont Saint Vincent. Et en plus il vous sert lui-même vos crapiaux. Le nec plus ultra.

 

 

Derrière lui trois « crêpières » ou « crapiautières » ? Le débat fait encore rage entre l’Académie Française et les esprits éclairés de notre Bourgogne du Sud. En tout cas trois femmes actives, souriantes, élégantes dans le geste. Le résultat ce sont de délicieux crapiaux, mais vraiment délicieux. On ne vous ment pas… vraiment délicieux.

 

 

Et ces charmantes « sauteuses de crêpes », en fait elles ont suffisamment de travail pour ne pas avoir le temps de faire sauter les crêpes, s’activent au dessus du gaz dans le cagnard qui gagne à l’extérieur. Ce sont des bénévoles. Il y en a 40 en tout pour toute l’organisation, mais aux crapiaux il y en a 15 en 3 brigades de 5.

Et à partir de 14 heures c’est le match entre les  « crêpières » ou « crapiautières » hommes et femmes, car un deuxième stand cuisine existe un peu plus loin. Bien sur, au plus grand amusement du Président Jouve, le speaker couvre les premières réalisations des hommes de compliments, surdimensionnés à attendre les femmes, et lance ainsi le match qui ré enclenche du même coup la consommation.

 

 

 

5000 crapiaux sont vendus. 5000 ? Mais c’est énorme. Ça veut dire 500 litres de pâte ? C’est ENORME !!!

 

 

 

Et comme le dit le Président Jouve, avec des airs d’Alain Ducasse, « il faut voir les bonnes choses que nous mettons dedans ». D’ailleurs cet homme ne donnerait pas la recette des crapiaux sous la torture. Cette « fameuse » recette, c’est comme les fricadelles du nord « tout le monde sait ce qu’il y a dedans, mais personne le dit ». Et le curé du Mont Saint Vincent qui inventa la recette semble avoir emporté son secret dans la tombe. Pauvre de nous, tiens vous me remettrez deux crapiaux. Ce n’est pas de ma faute, ils sont si bons.

 

 

 

D’ailleurs d’où vient ce nom, crapiaux ? Là encore c’est le Président Jouve qui donne la solution. Ça vient du vieux français crespe ou frisure, ce qui évoque les bords frisés des crêpes, en patois crespiau et enfin crapiau. Elle n’est pas belle la vie expliquée comme ça ?

 

 

 

Mais la bonne humeur du Président Jouve irradie le site. Les 25 stands ou étals qui occupent le sommet de cette colline au panorama sublime, non mais vraiment sublime on vous dit, offrent des produits locaux, des créations. Les saucissons tentent le passant par le nez et l’œil, le vin –par une telle chaleur- vous tend les bras de sa culotte de velours, les produits locaux vous font l’œil doux pour vous vanter leurs délices gastronomiques. Il faut une volonté de faire pour ne pas céder à toutes ces sensations. Et puis il y a tout ce qui ne se mange pas mais qui titille l’envie d’acheter. Mais tous sont quelque peu écrasés par le soleil qui plombe, alors que l’on craignait l’orage ce matin. Cette caniculette du jour fait le bonheur de la Taverne et de sa sympathique équipe qui s’échine à servir la clientèle nombreuse. Si les tables au soleil sont un peu désertées, le moindre coin d’ombre ou poser son postérieur et sa barquette de frites est réquisitionné et farouchement détenu sinon défendu.

 

 

 

Il y a un « bleu » sans képi qui fait payer les crapiaux au stand, mais il y a eu du beau monde pour l’inauguration et le discours du Président Jouve. Il cite le Conseiller départemental de Saint Gengoux le national, Fonteray Jean Luc, le Président du comité des fêtes de Saint Clément sur Guye, Laurent Joly, le président Daniel Bouchard de Fédération Départementale des Foires de Saône et Loire, JP Chapelier… et toute la foule des bénévoles, des anonymes qui sont présents. Le Président sait fédérer et entraîner dans son sillage.

 

 

 

C’est quand même remarquable que ces deux communes qui en 1936 cumulaient 712 habitants et en comptent encore 573 en 2012, d’après l’INSEE, continuent 80 ans après d’être aussi combatives, imaginatives. Sans rien vouloir ôter aux édiles municipaux, le comité des fêtes doit bien y être pour quelque chose, et la population aussi. Et ça se sent sur le site dans les interpellations joyeuses, les accolades, les retrouvailles réjouies et les discussions gaies devant les stands de crapiaux et la taverne. Il y a du vrai plaisir à se retrouver, à déguster ensemble, à trinquer entre amis.

 

 

 

La fête des crapiaux reste vraiment l’évènement de la région.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

crepes gilles 2007153

 

 

 

crepes gilles 2007152
crepes gilles 2007154

 

 

crepes gilles 2007155

 

 

crepes gilles 2007156

 

 

crepes gilles 2007157

 

 

crepes gilles 2007158

 

 

crepes gilles 2007159

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer