Autres journaux :



samedi 12 décembre 2015 à 08:04

Aérodrome de Pouilloux

Coup de projecteur et point d’étape



 

Allô Papa Tango Charlie Répondez, nous vous cherchons LFGM – Alt 1030 ft – 37hpa – Piste 09-27. Plafond bas, nébulosités élevées, vent faible tendance ouest. La « patronne », une superbe chatte noir et blanc, ne se passe pas la pette derrière l’oreille mais il risque quand même de pleuvoir. La « patronne » va suivre la conférence de presse et accompagner tout le monde lors de la visite sur le tarmac et dans les hangars.

 

 

Outre cette personnalité de premier plan, un aéropage de responsables font face aux journalistes. Pour l’aéroclub du Bassin Minier, pas une aile en bataille, nous trouvons le Président Stéphane Stépien, le Secrétaire Michel Berthelot, le Webmaster chargé de communication Jean-Marc Noyer. La commune de Pouilloux est représentée par Michel Chardeau son Maire, et la société de chasse St Hubert par Eric Gey.

 

La CUCM est venue en force : Daniel Meunier 15e vice-président délégué aux transports et déplacements, Nelly Priest Directrice des Déplacements Urbains et Pauline Vinatier du magazine L’ACTU de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau.

Pourquoi cette conférence ? Daniel Meunier explique qu’elle répond à 2 objectifs. Le premier, donner un coup de projecteur sur l’aéroclub et aérodrome, le second, faire un point sur l’engagement partenarial de la CUCM avec l’aéroclub.

 

 

Daniel Meunier présente les membres de l’aéroclub tout en précisant que ce sont de vrais passionnés. Avec Daniel Meunier pas de discours, de rapport, d’intervention, de communiqué sans une citation dont il a le secret.
Il avait le choix en matière d’aéronautique entre Guillaumet « les ailes du courage », Marc Dorcel « envoie-moi au ciel », JJ Goldman « envole-moi » ou Saint Exupéry. Il a choisi ce dernier. « La machine n’est pas un but. L’avion n’est pas un but : c’est un outil. Un outil comme la charrue… Je vole car cela libère mon esprit de la tyrannie des choses insignifiantes ».

 

 

Pour le coup de projecteur il convient de dire que l’Aéroclub Montceau-Creusot de Pouilloux est riche de 88 membres, géré par un conseil d’administration de 17 responsables, qu’il possède 6 avions, un ULM Super Guépard, 2 avions de collections, et une exposition statique, mais pas voilures tournantes, qu’il héberge des aéronefs privés, dont un magnifique Broussard. Contrairement à ce que l’on peut penser sur le plancher des vaches, c’est un aérodrome actif avec 300 passages par an d’aéronefs à voilure fixe ou tournante (avion ou hélico.) hors trafic propre au Club.

 

 

Là c’est 3 à 4 000 décollages et donc atterrissages par an (nombre identique sauf accident ou détournement). Entre les leçons, les baptêmes de l’air, les promenades, les vols privés, il y a de l’activité. On ne s’endort pas sur le tarmac, on ne lambine pas sur la piste de 900 mètres alignée est-ouest sous les vents dominants. Mais qu’est qu’un passage ? Un avion ou un hélicoptère qui vient d’un autre aérodrome pour avitailler (remplir les réservoirs des avions en carburant) de jour comme de nuit pour se servir aux pompes de l’aérodrome. Il faut dire qu’à part Chalon et Saint Yan, Pouilloux est le seul terrain à offrir ce service, et mieux que pour les deux autres.

 

Tout le monde en convient c’est une vitrine économique et touristique de la CUCM et du sud de son territoire. L’aviation d’affaire est moins présente (sauf au niveau des passages) qu’auparavant parce que le TGV fait une grosse concurrence. Mais il y a encore la possibilité de développer autour de l’aérodrome comme souvent en France des activités économiques et industrielles en lien direct ou indirect avec l’aéronautique.

 

Pour en savoir plus si vous êtes intéressés ou si vous n’en croyez pas vos oreilles en lisant ça : http://www.aeroclub-montceau-creusot.fr/

 

 

Cet aérodrome a été bâti par les mains et les bras aux manches retroussées des membres du club depuis les années 50. Daniel Meunier parlait de passionnés, c’est un peu faiblard. La commune possède les terrains, elle a remis cet équipement à la CUCM par contrat (actuellement 2009/2020) qui entretien les installations en les mettant à disposition du club par convention. Le Club assure l’entretien courant et la CUCM celui incombant au propriétaire.

 

Un plan pluriannuel de 5 ans a été décidé. Les partenaires le font vivre maintenant avec efficacité. Il a fallu y retrouver ses petits car en 2008 le terrain a failli être fermé car il ne correspondait plus aux normes en matière d’élagage, de cartes de vol, d’éclairage de la piste, etc.

 

Maintenant un dialogue constructif s’est noué entre le Vice-Président Meunier, Nelly Priest Directrice des Déplacements Urbains et le club, en particulier le Secrétaire Michel Berthelot. Des rendez-vous ponctuels permettent de traiter les problèmes de manière adéquate dans le cadre d’une planification prévisionnelle et des plans d’exécution.

 

Il ne faut se le cacher le pilotage est un sport onéreux, mais l’entretien d’un aérodrome aussi. Et de plus la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) veille au respect des normes techniques, de sécurité et de conformité des consignes de vol.

 

Pour 2015 le budget prévu et voté de la CUCM est de 77 000€ concernant la réfection de toiture des hangars avec réfection des noues, réparation de fissures sur la piste, reprise du parking des avions et de la bretelle d’accès entre parking avion et piste, élagage. Les bâtiments sont d’origine, l’accueil tour de contrôle sera soit à rénover, réhabiliter ou reconstruire, c’est un audit à venir qui le dira.

 

Des essais d’adhérence vont aussi permettre de calculer le coefficient de frottement de la piste. Cette dernière est limitée à 7 tonnes maxi à l’impact de l’atterrissage et à des avions type Falcon biréacteur du fait de sa longueur de 900 mètres.
Un autre problème doit trouver solution le plus rapidement possible ; la signalétique. Pour trouver la direction de l’aérodrome de Pouilloux il faut être déjà être à Pouilloux. La vitrine de la CUCM brille seule dans son coin avec la signalétique actuelle. Daniel Meunier ne cache pas que c’est complexe et en même temps compliqué du fait que 3 autorités sont concernées par la voirie devant supporter la signalisation, avec à chaque fois des normes propres pas forcément compatibles entre elles : Etat, Département, CUCM.

 

Des travaux sont en cours d’étude pour 2016, ça ne chôme pas à ce niveau-là, car Daniel Meunier l’affirme « l’ensemble des élus est bien conscient que ce petit joyau doit être mis en valeur ».

 

Les élus sans doute mais il semble que du côté population un certain agacement serait prêt à poindre si l’on en croit Eric Gey qui aurait recueilli l’expression du mécontentement montant d’habitants gênés par le bruit des merveilleuse machines volantes.

 

En France les villages sont urbanisés un petit peu partout. Il se trouve que Pouilloux et Ciry le noble sont des villages un peu partout urbanisés, d’où difficulté pour ne pas survoler là une ferme, ici un pavillon, plus loin un immeuble.

 

De plus voilà-t-il pas que le coq (le coq seulement) du clocher dépasse la côte altimétrique fixée par la DGAC et qu’il constitue un écueil aérien (un amer dirait-on dans la marine). Qu’à cela ne tienne la carte de navigation aérienne de Pouilloux a été refaite et le coq est signalé dans le couloir des 20° autour de la piste du terrain. De plus le Président Stéphane Stépien précise que les moteurs font de moins en moins de bruit surtout leur nouvelle acquisition un aéronef diésel à hélice tripale.

 

 

Les circuits d’approche et de décollage sont revus et s’écartent des deux villages qu’ils ne survoleront plus et suivant les vents vireront sur 3 heures pour obliquer. Voilà qui devrait donner satisfaction aux habitants gênés. A signaler que l’aéroclub abrite aussi un club d’aéromodélistes de bonne facture. Et puis pour taper un peu sur les nerfs de ceux qui souffrent de phonophobie, il y a la voltige, ah ces merveilleuse cascades et évolutions avec entrainement quelques jours par an. Ah ce bourdonnement d’essaim de frelons en août avec des champions Suisses, Français, etc. Une championne du monde était là, et un futur médaillé de bronze est venu s’entrainer.

 

Pour finir de crisper, voilà ces dates à retenir « du 17 au 21 aout 2015, sur le terrain de Pouilloux, en vue de l’open de France qui se déroulera à Orléans du13 au 18 Septembre 2015, l’équipe de Dijon Voltige viendra .Ce sera environ 7 vols par jours sur EXTA 330SC. »

 

 

Au lieu d’aller à Orly le dimanche comme Gilbert Bécaud « Oui j’irai dimanche à Orly, sur l’aéroport, on voit s’envoler, des avions pour tous les pays, pour toute une vie… Y a de quoi rêver. », Allez donc à Pouilloux.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

aerodrome p 1212154

 

aerodrome p 1212152

 

 

aerodrome p 1212153

 

 

 

aerodrome p 1212155

 

 

aerodrome p 1212156

 

 

aerodrome p 1212157

 

 

aerodrome p 1212158

 

 

aerodrome p 1212159

 

 

aerodrome p 12121510

 

 

aerodrome p 12121511

 

 

aerodrome p 12121512

 

 

aerodrome p 12121513

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer