Autres journaux :


samedi 9 juillet 2016 à 06:49

Sortir – Aéroclub de Pouilloux… 70 ans, bon anniversaire….

Un petit éclairage sur les instructeurs et pilotes, etc…



 

 

 

70 ans 47 instructeurs, 466 brevets du 1er degré et 329 du 2ème degré, 70 ans, 98 204 heures de vol, dont 18 812 en double commande et 79 392 en solo.

 

 

Ce sont des chiffres ? Ça ne dit pas forcément ce que font les hommes ? Bon d’accord… alors qu’ont fait les hommes et les femmes ?

 

 

On va commencer par ces 4 là… ces femmes pilotes, instructrices…

 


The firth Lady… Reine Lacour…1954, pilote, instructrice ça défrise un peu à l’époque… nous vous en avons parlé dans notre article :

 

http://montceau-news.com/saone_et_loire/325758-la-reine-du-ciel-la-cour-de-la-reine.html

 

 

Elle fut une prodigieuse « voltigeuse », une héroïne du ciel… mais aussi Pilote de Ligne : à Rousseau Aviation, puis à la TAT.

 

Il faut là expliquer un peu ce que furent ces petites compagnies régionales.

 

D’abord Rousseau Aviation. Elle a été créée en 1963par Claude Rousseau (Décédé en décembre 2010)

 

 

 

 

aer 08 07 164

 

 

Cette compagnie s’est heurtée dès le départ aux compagnies britanniques qui voyaient d’un mauvais œil l’arrivée de ce petit nouveau sur les iles Anglo-Normandes. Elle fut victime d’un lobbying en interdisant aux agences de voyages de distribuer la billetterie de Rousseau Aviation sous peine de perdre la clientèle des compagnies britanniques.

 

Enfin bref, fallait être costaud des ailes pour surmonter tout ça… Puis au bout de 10 ans Rousseau aviation fut la proie de difficultés économiques et la compagnie intégra le groupe de la TAT (Touraine Air Transport) en 1973. Son nom ne disparut qu’en 1976

 

Et comme les plus gros poissons mangent toujours les plus petits, la TAT fut absorbée par La British Airways… ils avaient enfin eu leur peau… Que firent-ils ? Ils revendirent leurs parts à  Air Liberté en 1997.  Cela va-t-il s’arrêter ? Pourquoi, on ne change pas une équipe qui perd. Rebaptisée Air Liberté devenue Air-lib fusionna avec AOM en mai 2000 et du coup connu des difficultés financières, du coup elle finit par déposer son bilan en 2001 et fut liquidée en 2003.

 

Exit définitivement Rousseau, TAT, Air liberté et AOM.

 

 

Mais Reine leur survécu à tous…

 

 

N’oublions pas Maguy Lecocq qui fut elle aussi instructrice, la seconde après Pompon, a été pilote à la TAT

 

Inès Marlin, Marie Françoise Ferrier, furent des instructrices de talent, mais n’eurent pas eu une carrière comme nous l’entendons pour les deux autres femmes…

 

 

Ensuite le héros, le John Wayne bourguignon. André Dominé qui après avoir été instructeur à Pouilloux fut pilote de ligne et surtout le boss du B17 Memphis Belle.

 

Lorsque l’on parle d’André Dominé aux vieux de la vieille, on obtient un « Ah…André Dominé !!!! »

 

 

 

aer 08 07 16

 

 

Henri Chorosz : le premier breveté de Reine Lacour, il ne fit pas de carrière aéronautique (Il travaillait Chez IBM). Pourtant il a marqué l’histoire de l’aviation. Il e eu une exceptionnelle vie de Pilote. Il a construit son avion Glasair II-S, et fit de nombreuses traversées : New-York – Paris, Tour du Monde par les pôles, traversée des USA, Tour de France, Cannes – Cap Vert – Cayenne – Orlando, Monterey, MaoÏ – Phoenix, New-York – Cannes, Cannes – Dakar – Orlando, Californie – Hawaï – Wisconsin, etc.

 

Je vous épargne le récit de tous les décollages et atterrissages sauf peut-être celui de l’Île Marion. Ecoutons le… »Arrivé dans les 60° Sud, j’ai rencontré des brouillards givrants, la glace a commencé à s’accumuler sur les ailes. 

 

J’ai été obligé de voler à plus basse altitude, ce qui augmentait ma consommation de carburant.

 

J’ai tenté de faire demi- tour vers Capetown, mais c’était impossible avec le vent de face. C’est là que j ‘ai donné l’alerte »

 

Le point d’atterrissage le plus proche qui lui est indiqué est l’île Marion. Appartenant à l’Afrique du Sud, celle-ci n’abrite qu’une équipe de scientifiques, mais en approchant de l’île, le pilote apprend que le terrain d’atterrissage était resté à l’état de projet. « Ils ont envoyé une équipe pour enlever les pierres mais ils n’ont pas eu le temps de tout dégager. En plus, je me suis posé trop court. L’avion s’est planté dans la tourbe et a fini sur le toit. Je suis passé de 150 kilomètres à l ‘heure à zéro sur dix mètres »

 

 

aer 08 07 161

 

Il a été extrait de son cockpit très secoué mais indemne.

 

« Tout le monde a été très sympa. Le seul problème, c’est que le bateau ravitailleur  n’était pas attendu avant le mois de mai »

 

 

Et on cherche encore des aventuriers…

 

 

En voilà un, comme Tanguy et Laverdure, voilà un chevalier du ciel, Jean Claude Parize, élève de Pompon, puis l’école de l’Air, d’où Pilote de Chasse ayant fait une carrière militaire de haut niveau pour finir Général d’Aviation ! On salue au garde à vous.

 

Et Daniel Pierre ? lieutenant de vaisseau, lui a été pilote au centre d’essai en vol de l’armée, mais surtout il a effectué le premier catapultage sur Jaguar depuis le Clemenceau le 10 juillet 1970 au large de Lorient. Pouilloux l’aéronavale, c’est y pas un bon décollage ça ?

 

Cyriel Rozier : encore un pilote de l’Aéropostale. Il a bifurqué chez Air-Méditerranée sur A321. Il fut Instructeur Testeur sur A320, quand même nous sommes là dans le haut du panier. Signalons qu’il fut également pilote Hélico à Beaune. C’est un autre métier, des qualifications supplémentaires.

 

 

Gérard Vacher : lui c’est un vrai roman…comme on les aime, le gars qui travaillait aux houillères, conducteur d’engin de levage au puits de Rozelay, devenu un travailleurs du ciel. Le mineur devenu pilote de l’aéropostale. Instructeur à aéroclub de Pouilloux dans le trio Michel Pivel, Inès Marlin, Gérard Vacher. C’est cette vision d’une ouverture à tous les représentants de toutes les couches sociales que l’aéroclub défend depuis ses débuts et que le Président Stépien a renforcé depuis son début de mandat.

 

 

Fred Dollet, breveté PL Air France, Copilote sur B777 longs courriers, et ensuite Commandant de bord sur A320

 

 

Bertrand Hasler : instructeur à Pouilloux, pilote de l’Aéropostale puis d’Air France

 

 

 

 

aer 08 07 162

 

 

 

Michel Didier : instructeur à Pouilloux, pilote de l’Aéropostale, puis d’Air France et ensuite Commandant de Bord. Mais lui c’est le chantre de la rigueur professionnelle, l’homme qui fait tout au maximum. Jugez un peu…il était instructeur sur Airbus, et il a été envoyé faire la formation des pilotes Chinois sur Airbus, en chine… il avait appris le chinois. C’est quand même la noblesse du manche à balai… se rendre dans l’empire du milieu former les pilotes chinois dans leur langue.

 

 

Bien sûr qu’il y en a plein d’autres, mais vous savez ce que c’est… un article n’est pas un mémoire historique… De toute façon nous rendons hommage, un vrai hommage appuyé, à tous ceux qui en 70 ans ont été brevetés, ont piloté et ont parfois fait carrière. Ils méritent tous qu’on leur adresse par-dessus le temps nos salutations admiratives. Donc que les oubliés nous pardonnent.

 

 

Dans notre article consacré à lui nous avons démontré, preuves à l’appui, que Stéphane Stépien était un dangereux révolutionnaire… Nous en fournissons encore une preuve supplémentaire. Il a introduit un ULM à Pouilloux. Après le démarreur électrique, le moteur diésel, le GPS…l’ULM. Les ailes vous en tombent…

 

Rappelons que le Pou du Ciel de Monsieur Mignet est maintenant classé en ULM, mais c’était un vrai avion avant, donc….

 

 

aer 08 07 163

 

 

Frédéric Duterrage, Daniel Boudet et Serge Monchanin sont les instructeurs pour l’ULM. C’est une excellente méthode d’apprentissage du pilotage, moins onéreuse, comme le coût des vols d’ailleurs… Pour les jeunes et les personnes qui aiment voler sans trop de technicité, c’est le top du top. Depuis 2012 l’aéroclub possède un Super Guépard 912. Une réflexion est actuellement menée pour peut-être le remplacer.

 

 

L’aéroclub de Pouilloux ce sont les hommes, les femmes qui volent, qui s’occupent de la mécanique, du bar, de la radio et mille choses encore. C’est un organisme vivant à terre et dans le ciel. C’est surtout une communauté humaine qui va fêter ses 70 ans, autour de la passion de l’aviation et l’amour de la liberté…

 

 

70 ans pouilloux 1806162

 

 

Mais pour s’envoyer en l’air il faut le tapis volant adéquat… l’Aéroclub possède le Carpet store qui va bien…

Donc tout le monde sur le terrain à Pouilloux ce Week-end

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

aer 08 07 165

 

 

aer 08 07 166

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer