Autres journaux :



mardi 1 décembre 2015 à 08:47

Grève des employés municipaux (Saint-Vallier)

"Un peu de clarté !" dit Alain Philibert, maire de la ville !



« Un peu de clarté !

 

 

Nous aurions préféré l’issue des négociations avec les syndicats et les représentants du personnel avant de communiquer sur la politique fiscale et sociale de la municipalité. Il est vrai que ces négociations avaient mal commencé en raison du boycott du Comité Technique par les élus du personnel. Ils devaient à cette occasion formuler des propositions que nous attendons toujours.

 

 

Cependant, au regard des informations mensongères contenues dans les tracts diffusés par les syndicats, il est nécessaire d’informer sincèrement sur la situation et sur nos intentions.

 

Une histoire assumée.

 

Effectivement, quand il s’est agi d’organiser la diminution du temps de travail, partant des textes de 1982 et de 2000, les municipalités de l’époque, inscrites dans le courant de progrès social qu’étaient sensés porter les gouvernements Mauroy (1981) et Jospin (1997) avaient voulu figurer parmi les promoteurs en allant au delà des règles de réduction du temps de travail.

 

 

 

La dérive libérale

 

Depuis cette époque, les choix effectués par les Français d’installer Nicolas Sarkozy puis François Hollande à la tête de l’État ont induit des politiques libérales se traduisant par un chômage important, et une austérité tant pour les populations que pour les collectivités locales.

Ainsi, la baisse des dotations d’État décidée par le gouvernement Valls fera perdre 700 000 Euros à la ville de Saint-Vallier. Si nous ne faisons rien et malgré des réductions continues des dépenses depuis des années, la ville se retrouvera dans une situation déséquilibrée dès 2016.

 

 

Trois leviers

 

Pour surmonter cette situation, nous avons axé notre politique sur trois leviers :

Le premier consiste, à l’instar de l’association des Maires de France, en une action de protestation contre la baisse des dotations d’État. Nous demanderons à Monsieur le Préfet des efforts spécifiques pour une commune au demeurant pauvre. Nous lui demanderons également l’assurance de la poursuite des services publics que nous proposons à la population et qui nous paraissent indispensables.

 

 

Le second portera sur une évolution raisonnable de la fiscalité afin de contribuer à compenser les effets désastreux des décisions gouvernementales parce que contrairement aux phantasmes des ministres, les communes n’ont pas de marges financières.

 

 

Enfin, le troisième levier agira sur les ressources en personnel qui vont dépasser les 66% du budget. Nous ne pourrons plus embaucher et avons besoin de mobiliser tous les moyens possibles pour assurer le service public qui n’est pas pour nous une vue de l’esprit.

 

 

Les dépenses de personnel recouvrent la mise en œuvre des services publics, dans les écoles, les crèches, l’entretien des bâtiments et des espaces verts, dans la culture à l’ECLA et à la bibliothèque, dans l’animation notamment en direction des plus jeunes, dans la politique s’adressant aux personnes âgées et dans l’administration.

 

 

Une décision raisonnable dans un contexte tourmenté.

 

Travailler à la hauteur du temps de travail légal n’est en soi pas une anomalie, c’est l’inverse qui était anormal. L’effort que nous demanderons au personnel de réduire les jours de congés octroyés en plus du droit, n’aggrave en aucun cas leurs conditions de vie au quotidien.

 

 

Saint-Vallier n’est pas un îlot de sérénité dans la tourmente. Certains syndicats qui dénoncent la politique gouvernementale voudraient ignorer que cette politique a des conséquences néfastes pour la gestion de la ville.

 

 

Une information mensongère.

 

De plus, comment comprendre la tentative de jeter de manière calomnieuse les catégories de personnels les unes contre les autres de la part d’aucuns se revendiquant leaders syndicaux ? En effet, ils ont voulu faire accréditer l’idée que les cadres ne seraient pas concernés par l’adéquation de leur temps de travail à la loi, alors qu’il s’agit de leur demander de travailler jusqu’à 44 heures par semaine en récupérant dans l’année ces temps supplémentaires.

 

 

Calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose disait un ignoble personnage. C’est à croire que cet horrible conseil court toujours. »

 

 

Alain Philibert

 

Maire de Saint-Vallier

 

 

philibert 2602155

 

Photo d’archives

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




17 commentaires sur “Grève des employés municipaux (Saint-Vallier)”

  1. marietherese dit :

    Bonjour,
    Il est très difficile de reprendre ce qui a été accordé Donner c’est donné, reprendre c ‘est volé.
    De plus en plus, la gestion des communes passera par des choix .
    Nous ne sommes plus dans une époque facile, tout est compliqué, comment faire le plus de satisfaits avec un minimum.
    Les municipalités devront rendre des comptes sur les choix, surtout que l’argent des comptes provient des contribuables.
    Je pense, que même si les employés de la ville perdent des jours de congés, ils disposeront toujours d’un cadre de travail au dessus des salariés du privé.
    Connaissez vous beaucoup de « public » qui veulent entrer dans le privé ? Non, bien evidemment; par contre, à contrario, oui .
    Ce qui serait judicieux, dans un sens de l’équitable, c’est que les indemnités des élus de la commune de Saint Vallier soient revus à la baisse . le personnel salarié comprendrait mieux l’effort qu’on leur demande.

  2. chimel dit :

    bjr ,

    pas de souci mr le maire : la majorité de vos administrés approuvent les hommes politiques qui osent prendre les décisions courageuses et qui vont aussi dans l’égalité de traitement de tous les salariés .
    Si vous avez malgré tout quelques doutes vous avez une réference »béton » comparez vos résultats electoraux a celui des syndicats con cernés .

  3. misha dit :

    Ne vous inquiétez pas Mr le Maire, on vous soutient pleinement !
    Les employés qui ne sont pas contents rien ne les retient….mais comme dit marietherese « Connaissez vous beaucoup de « public » qui veulent entrer dans le privé ? » par contre moi je suis prête à prendre n’importe quelle place à la mairie.

  4. Daniel dit :

    Autre écart marquant: les agents publics sont absents en moyenne 30,6 jours par an pour maladie, contre 17,1 jours pour les agents privés. Les premiers totalisent même, en proportion, cinq fois plus d’absences pour longue maladie (arrêt de plus de 240 jours).

  5. karl dit :

    Il est effrayant de constater que l’on ne peut pas mettre au travail une certaine catégorie de personnes ! SERVICE PUBLIQUE lisez et comprenez en le sens ! En effet Mr le maire « travailler à hauteur du temps de travail légal n’est pas une anomalie » C’est d’ailleurs le contraire qui l’est… Je me rappelle il y quelques années de cela m’être rendu au CCAS dans l’annexe précédente et voir l’agent qui était à l’accueil lire la redoute (internet n’était pas encore déployé)… J’ai bien senti que je dérangeais et on a eu le culot de me faire patienter !! Qui aurait cru un pauvre administré de 20 ans au RMI si j’avais été en parler pour contester cette attitude ? (c’est du vécu) Alors évidement ce genre de personne a du mal à se mettre au travail et se remettre en question.

  6. Babs210 dit :

    Je trouve que ces syndicats, et ces agents devraient avoir honte ; ils ont un travail sûr, une paye assurée et ils osent se plaindre ? Je voudrais bien pouvoir les faire moi les 35 heures et toucher le salaire qui va avec, ne pas me soucier de savoir si l’année prochaine j’aurai du travail ou pas… surtout que, soyons francs, il y a plus pénible comme travail….

    • JuCr71 dit :

      Je trouve votre commentaire idiot. C est quoi cette caricature que les métiers du public sont plus facile que d autres. Travaillant dans le public je vous garanti que beaucoup de gens ne ferait pas le quart de ce que je fais. Tout ne se passe pas derrière un bureau il y a d autres emplois « penibles » dans la fonction publique.

  7. rosemicjar dit :

    Sur une histoire assumée ..se servir de l’antériorité pour excuser les générosité payée par l’ensemble des contribuables et creusant les inégalités avec le privé..et toujours se servant de l’antériorité pour excuser le bon train de vie de la municipalité..Une bonne gestion n’est ce pas de voir l’après..et maintenant de faire les dépenses réellement nécessaires et de ne pas augmenter les impôts..

    • Daniel Z dit :

      L’antériorité, rosemicjar, ne peut être exclue.
      Ce qui était possible hier ne l’est plus aujourd’hui, et dans un nombre considérable de domaines.
      M. Philibert évoque la tentative socialiste pour mieux répartir le temps de travail disponible. C’était plus que louable et plaçait l’humain avant le profit.
      Certains ont essayé de jouer le jeu mais si cela « relativement » échoué, c’est parce que nous sommes dans une société d’hypocrites et opportunistes, à commencer par les gestionnaires de l’État.
      Les manœuvres actuelles visent à faire des économies, mais, y compris quand elle ne le disent pas, elles visent à diminuer les effectifs de salariés….. au moment où nous avons déjà 6 500 000 chômeurs.
      Notre problème, élire des représentants qui auront le culot de mettre en adéquation les les possibilités financières et les émoluments….
      Mais, y compris pour les salariés, quelle est la bonne solution ?
      Exemple : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/nouailhac-la-cgt-d-edf-lourdement-condamnee-21-10-2014-1874245_2428.php

      Amitiés

  8. le banquier fou dit :

    Bonjour,
    Sur le fonds, ce communiqué n’a pas beaucoup d’intérêt Monsieur le Maire !
    Pour nous faire une idée, il serait interessant de nous communiquer le nombre de jours actuellement travaillés (où nombre d’heures !) et le nombre de jours de congés actuels de vos salariés et quelles modifications vous envisagez !
    Merci de ces précisions et après nous pourrons comparer.
    Cordialement,

  9. dartagnandu71 dit :

    Il est vrai que le premier boulot des élus consiste à se voter les indemnités maximales normal le font de gauche et contre l’austérité (pour lui surtout).

  10. flo71410 dit :

    je suis navrée de ces commentaires……tout cela sent la jalousie à plein nez !!!!peu importe privé ou public…force est de constater que c’est toujours les employés qui trinquent…et l’on réduit de plus en plus les acquis…dejà les avantages (mutuelle) puis les retraites…là se sont des congés que l’on veut réduire…moi je bosse dans un commerce, depuis 25ans et j’ai 25 jours de cp par an eux en ont 40 et alors….c’est pas une raison pour en enlever….plus guerre de personne ne connaissent le mot « solidarité »….voilà pourquoi nous ne pourront plus jamais nous défendre…ces hautes gens ont réussis … »divisé afin de mieux régnier »et dernière chose…je ne suis pas tellement sur que le public tente autant les gens du privé…vu les salaires….!!!!

  11. rosemicjar dit :

    Et les salariés de la mairie de MONTCEAU? Même générosité?

  12. momo71 dit :

    Et dire que pour moi une année c’ est bon an mal an 2630 à, 2650 heures de travail à 9,839 /h après 28 années d ancienneté ( convention collective transport routier , verifiable… ) .Passer de 1491 à 1607 h , no comment !!!!! De plus , sous Jospin cela ne les a pas derangé de faire 35h payées 39 , quelle malhonnêteté ces gens avec le coeur à gauche comme ils disent. Point barre.