Autres journaux :



mercredi 27 janvier 2016 à 07:35

Saint Vallier l’heure de Vérité avec Monsieur le Maire

Les Valloiriens et Valloiriennes ont besoin de savoir



Quelques jours après ses discours nous notons certaines critiques contredisant les déclarations d’Alain Philibert sur les contrôles auxquels la ville s’expose concernant le temps de travail. Déclarations faites lors de ses vœux aux résidents des Tilleuls, au Personnel Communal et à la population et aux forces vives, il nous est apparu normal et important d’aller lui poser une question simple et directe :

 

« Monsieur le Maire avez-vous sciemment menti à la population comme au personnel communal ? »

 

Nous en convenons la question est rude et directe, mais tout l’entretien l’a été. Monsieur le Maire de Saint Vallier ne s’est pas défilé et a répondu du tac au tac.

 

 

Montceau News : vous êtes mis en cause et les arguments utilisés avancent que vos affirmations concernant le rôle de la Chambre régionale des comptes et la chambre de discipline budgétaire et financière sont au minimum erronées, voire mensongères. Les internautes et les lecteurs veulent savoir, nous voulons donc savoir : Monsieur le Maire avez-vous sciemment menti à la population comme au personnel communal ? 

 

 

 

Alain Philibert : Non, non, et non, je n’ai en rien menti, les arguments utilisés et mis en avant ne reflètent pas la vérité. Ils ne creusent pas réellement le sujet et, sur certains aspects, ils sont peut-être techniquement corrects, mais ils ne reflètent en rien la réalité des faits et des implications politiques. De plus certaines informations qui circulent dans le public, les milieux syndicaux sont incomplètes, superficielles ou fausses. Vous savez j’ai eu à présenter un rapport de la CRC à propos de la gestion de mon prédécesseur au poste de Maire. Même si je n’avais rien à y voir, même s’il n’y avait rien de très particulier, le fait de présenter ce rapport demande beaucoup de résolution. C’est un moment lourd de sens. Bien sûr que la CRC n’a pas de pouvoir coercitif, bien sûr que la police ne va pas venir passer les menottes au Maire après un contrôle. C’est sur un autre plan que les choses se passent.

 

 

 

Montceau News : Vous dites que les informations et critiques en question qui circulent dans le public et les milieux syndicaux comportent des imprécisions, ou des informations fausses et qu’elles sont superficielles. Mais n’est-ce pas ce que l’on dira toujours lorsque l’on veut en amoindrir le contenu ou en contester la valeur ? Pouvez-vous nous donner des exemples ?

 

 

 

Alain Philibert : Je n’ai pas inventé le fait que la CRC ait visé le temps de travail dans son audit pour la ville du Creusot. Je n’ai pas inventé non plus le fait que le travail de la CRC porte sur l’utilisation des deniers publics et l’équilibre de fonctionnement avec pour critère le poids de la masse salariale dans l’ensemble des dépenses. Il s’agit d’un critère de bonne gestion qui est dans les premiers retenus pour la qualifier.

 

Il convient lorsque l’on veut expliquer les choses d’en tenir compte. Tout le monde peut aller sur internet et lire tout ce qu’il y à savoir sur la CRC, les procédures. Visiblement c’est ce qui a été fait, seulement cela ne dit rien sur le quotidien, sur les conséquences avec les banques (pour les prêts), les créditeurs, les entreprises, sur l’ombre que cela peut jeter sur la gestion complète d’une municipalité. Cela ne dit rien sur les réactions de la population. Les gens, je les reçois, je les écoute, je les rencontre, ils sont plus attentifs, plus vigilants et pas forcément plus conciliants. En plus du jugement technique il faut s’intéresser au jugement social. Cela est important, plus important pour les habitants qu’une exégèse des textes aussi bien faite soit elle.

 

 

Montceau News : Donc pour vous, il peut y avoir une bonne analyse technique mais qui n’a rien à voir avec ce que vous avez déclaré dans tous vos discours de vœux et devant le Conseil Municipal ? Il existe vraiment des implications directes sur la gestion des services et sur la vie de la commune ? N’est pas une réponse trop « politique » ?

 

 

Alain Philibert : Non parce que les faits et les chiffres appuient ma démonstration et me donnent, et nous donnent à mes collègues et à moi, raison. Il faut savoir que la différence entre 35h payées et 32h effectuées représentent 6,5 équivalents temps pleins (ETP). Or ces 6,5 équivalents temps pleins il fallait bien qu’ils soient comblés par des emplois occasionnels ou par des externalisations. Mais le problème c’est que même avec cela nous avons du mal à maintenir tous les services à la population et surtout à les améliorer. Pourtant le fait de redonner 3 heures par agent dans certains services permet un mieux, mais cela ne suffit pas forcément pour suivre l’évolution des missions qui sont toujours en hausse ou plus normatives. La masse salariale pèse 67% de dépenses de fonctionnement et nous en sommes à ne pas renouveler les départs en retraite. Cela ne facilite pas la gestion et coûte à la collectivité.

 

 

Montceau News : Pour les services existants, on comprend bien que le fait de « gagner » 3 heures par semaine peut apporter un mieux, mais comme vous dites que vous ne renouvelez pas les départs en retraite et que les besoins pour maintenir les services publics augmentent, comment allez-vous faire ? Pour ces besoins nouveaux le passage à 1607 heures ne va rien changer, les gars des services techniques ne peuvent pas donner 3 heures par semaine pour la crèche, la culture, le scolaire.

 

 

 

Alain Philibert : Bien entendu, et c’est pour cela que je suis inquiet pour le maintien et le développement des services publics à Saint Vallier. Je suis un fervent défenseur des services publics mais je suis aussi garant de la bonne gestion de la ville. Il y va aussi du maintien de niveau de solidarité avec les moins favorisés, par l’action sociale et la solidarité, par l’égalité des chances au niveau des structures éducatives, des activités périscolaires et des structures qui les accueillent. 1607 heures par agents c’est la règle, mais cela est aussi un devoir moral par rapport à la politique menée par le gouvernement avec les baisses de dotation et donc une optimisation maximum de l’impôt.

 

Car personne ne doit se tromper et l’ignorer. Chaque euro que la ville dépense provient de l’impôt. Il n’y a pas un euro qui échappe à cette règle. Que ce soit avec les impôts locaux, les reversements de TVA, les dotations d’Etat, les subventions d’investissement c’est toujours l’impôt qui couvre toutes les dépenses des collectivités. Il convient donc de gérer le plus serré possible. Et lorsque l’on sait que sur la commune plus de 60% des foyers ne payent pas d’impôts locaux pour des raisons financières et économiques, il convient par respect des moins de 40% de foyers qui paie des impôts de mieux gérer le budget. Et je vous rappelle que la masse salariale représente 560€ par habitant. Elle dépasse le montant des impôts locaux. (458€/Hab). 5 164 000€ pour la masse salariale (67% des dépenses) et 4 217 000€ (50% des recettes) pour les impôts locaux. On ne peut pas prendre cela à la légère. J’ai l’impression de me répéter mais notre budget a vu ses dotations d’état baisser de 700 000€ soit 76€ par habitant. Nous devons optimiser notre gestion, absolument.

 

 

 

Montceau News : lors de vos vœux vous n’avez pas cessé de mettre en valeur le personnel de la ville. Certains y ont vu de la provocation, d’autres du cynisme, pour beaucoup il a semblé qu’il y avait un fond de vérité dans vos compliments ? Qu’en est-il vraiment ? On ne peut oublier qu’une partie du personnel est assez remontée contre vous et vos collègues qui avez voté le retour aux 35heures.

 

 

 

Alain Philibert : vous m’avez demandé si j’avais menti sciemment je vous ai répondu que je n’avais pas menti, mais oui sciemment j’ai fait les compliments, dont vous parlez, dans chaque discours de vœux pour deux raisons essentielles.
La première c’est que je pense vraiment ce que je dis en faisant ces compliments. Bien sûr rien n’est jamais parfait dans ce bas monde, mais je sais que j’ai autour de moi, dans les équipes des agents impliqués et consciencieux. Je leur dis souvent lorsque je les rencontre. Ils ne peuvent l’ignorer. Et ils méritent ces compliments. Comme dans toute entreprise il y a bien sur des gens plus ou moins impliqués, plus ou moins heureux dans leur travail, plus ou moins en affinité avec les autres mais la grande majorité mérite vraiment ces compliments.

 

 

La seconde raison peut s’apparenter à ce que vous avez appelé de la provocation. Gentille provocation, un geste d’humour en quelque sorte. J’avais à dire un certain nombre de choses sérieuses au public, je voyais dans l’assemblée des syndiqués qui avaient fait l’effort de venir, avant de regagner une réunion syndicale qui se tenait au même instant. Je voulais aussi qu’eux et leurs collègues présents entendent ce que j’avais à dire sur leur travail. Certains se sont trouvés entrainés par amitié, par confiance ou malentendu dans l’aventure derrière un permanent syndical qui est payé depuis 17 ans par la commune mais qui n’y travaille plus depuis ce temps-là et qui n’habite même plus la commune.
Donc oui, sciemment, j’ai fait ces compliments parce que je les pensais et qu’ils étaient justifiés pour les agents qui les méritaient.

 

Nous avons voulu le dialogue, vraiment, il nous a été refusé et nous ne voulions pas que ce blocage délibéré rejaillisse sur l’ensemble du personnel. Car rappelez-vous il n’y pas eu 20% de grévistes, plus de 80% des agents ont toujours répondu présent et eux aussi subissent ce retour aux 35 heures. Ils se rendent bien compte que c’est la nécessité qui fait loi et que le contribuable ne peut pas tout supporter et beaucoup sont aussi des contribuables Valloiriens. Ils veulent, eux aussi, que nous puissions maintenir les services publics et les développer.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

alain philibert 230116

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Saint Vallier l’heure de Vérité avec Monsieur le Maire”

  1. chimel dit :

    bjr ,

    merci pour l’info mais tres franchement les explications du maire de ma commune sont assez techniques et elles dépassent un peu mon niveau de comprehension .Par compte je voudrais bien comprendre pourquoi doit on continuer de payer un permanent syndical qui a quitté son poste depuis 17 années .

    si vous vous pouvez me fournir la réponse d’avance je vous remercie .
    amitiés