Autres journaux :



samedi 14 mai 2016 à 07:28

Danse contemporaine, hier soir à l’ECLA à Saint-Vallier avec la compagnie SubsTANCe

Une « première » teintée d’interrogation



C’est plus compliqué que pas simple. Surtout quand on assiste à la « première » d’un spectacle de danse contemporaine comme en ce vendredi 13 mai 2016, à l’Espace culturel Louis Aragon à Saint-Vallier. La performance sur scène de Renata Kaprinyak, la prestation de Jérôme Besson et l’application de Gilles Faure aux lumières ne remettent pas en cause les mois de travail et notamment ces derniers jours à l’ECLA de cette jeune compagnie SubsTANCe. Néanmoins, c’est un peu comme après la première gorgée d’un vin dont on attend des merveilles. Oui, il a une très belle couleur, une bonne tenue bouche sauf que le goût disparaît très vite. Sans doute est-il trop jeune, qu’il ne demande qu’à « prendre de la bouteille », à mûrir.

 

 

Mettre en mouvement, en musique et en lumière une fresque inspirée de personnages mythologiques comme Echos et Narcisse d’après Les métamorphoses d’Ovide est un pari osé qui n’a été que partiellement réussi. Il a manqué cette substance qui provoque l’excitation devant une œuvre. C’est toute la difficulté de l’art que de déclencher l’émotion, d’exhaler des soupirs ou encore dégager la mélancolie, l’amour, l’insouciance.

 

Et quand bien même, le maigre public a plutôt bien réagi à la fin du spectacle, nous n’avons pas noté une ferveur passionnée. « Si le public ne comprend pas cette vision contemporaine, j’espère qu’il se posera des questions » argumentait Jérôme Besson deux jours avant la « première ».

 

« Moi, je n’ai pas cherché à connaître l’histoire mythologique, mais j’ai compris qu’il s’agissait d’amour, un amour qui ne fonctionne pas avec une fuite, du désespoir et sur la fin, la solitude », rapportait un spectateur venu de Cluny d’où est originaire la compagnie.

 

Autre déclaration : « Si vous n’êtes pas sensible à la danse, vous pouvez l’être à la musique ». Ou encore : « Ce spectacle est une gymnastique visuel entre les deux protagonistes. On est obligé de danser avec les yeux ».

 

J.B.

 

 

ecla 1405162

 

 

ecla 1405163

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer