Autres journaux :



vendredi 15 décembre 2017 à 03:15

« Pour une autre politique de formation continue »

La position du PCF Bassin minier à propos de l'AFPA



On nous prie d’insérer :

 

 

L’Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA), est née en 1949 pour répondre aux besoins de la France en pleine reconstruction. L’AFPA, devenue Agence nationale en janvier 2017, a été et est victime de la politique mise en oeuvre à la suite des choix européens à partir de 1992. En effet le Traité sur l’Union Européenne signé à Maastricht préconise « …l’abolition (…) des obstacles à la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux (…) conformément au principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre » Cette orientation générale s’est précisée avec la « stratégie de Lisbonne » pour l’Union européenne à l’horizon 2020 qui préconise la marchandisation du savoir et de la formation. En France cette orientation s’est concrétisée avec la libéralisation du « «marché » de la formation professionnelle. Ainsi des opérateurs privés à but lucratif apparaissent de plus en plus à côté du service public de formation continue dans un cadre concurrentiel.

 

Le Conseil Régional de Bourgogne, à la suite de la fin de la convention tripartite conclue avec l’Etat et l’AFPA, dans sa délibération du 29 juin 2009, avait décidé d’ « utiliser toutes les possibilités offertes par le code des marchés publics » en matière de formation professionnelle continue.

 

L’AFPA, au niveau national, a frôlé la faillite en 2012 et son président, suite aux désaccords avec la politique actuelle, a annoncé sa démission pour la fin de l’année. L’objectif serait d’arriver à l’équilibre financier en 2020 avec des fermetures de sites et de 2000 à 3000 suppressions d’emplois. Les problèmes économiques et sociaux que rencontre l’AFPA, sont la conséquence des choix politiques et seulement une remise en cause de ces choix pourra permettre à l’AFPA de retrouver sa vocation initiale et indispensable à un véritable service public de formation continue.

 

 

L’AFPA de Montceau-les-Mines avec 33 formations qualifiantes, 8 secteurs professionnels et 41 collaborateurs assure aussi la restauration et l’hébergement. Le personnel est inquiet car des suppressions d’emploi voir la fermeture du site ne sont pas exclues. Les élus et la population doivent s’emparer de cette situation et exiger des pouvoirs publics les ressources nécessaires pour le maintien et le développement de l’AFPA, afin d’assurer l’avenir industriel du Bassin minier et de son environnement. »

 

 

 

 

pcf logo

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “« Pour une autre politique de formation continue »”

  1. KADER BENTATA dit :

    Merci pour ces précisions et pour votre soutien.

  2. roussillon dit :

    Le Code des Marchés Publics ne recommande t’il pas, quelque part, le recours au « moins disant » ?

    La Région est elle pertinente dans le choix des actions prioritaires triennales en matière de formation?

    A l’issue d’un cycle de formation, les débouchés sont ils garantis aux stagiaires ?