Autres journaux :



vendredi 5 juin 2015 à 12:19

Arrivée intermédiaire dans le tour de France…

des régions par le régional de l’étape !



 

… des régions par le régional de l’étape !

 

 

Un natif de Perrecy les forges (Alain Philibert) reçoit un natif de Génelard (Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, Président du Parti de la gauche européenne, Sénateur.) à Saint Vallier, toute la Bourgogne résumée en une poignée de main fraternelle.

 

 

Pierre Laurent parcoure la France des régions en privilégiant les contacts de terrain, les contacts humains, les lieux où l’on innove pour faire avancer les choses.

 

Aujourd’hui son plan de charge est hyper complet, tout est minuté. Après Saint Vallier il va rencontrer les salariés d’Areva. A ce propos Montceau news n’a pu s’empêcher de l’interroger sur sa position.

 

 

Montceau News : Tout le monde parle d’erreurs stratégiques, de mauvais investissements. Si un salarié d’Areva commet une faute professionnelle lourde il est licencié. Pensez vous que pour les organismes de contrôle et les dirigeants d’Areva ce sera la même chose où qu’il y aura là aussi, comme dans d’autres dossiers, impunité ?

 

 

Pierre LAURENT : « ce qui est arrivé est purement et simplement scandaleux. Ces erreurs monumentales engagent la responsabilité de l’Etat par son manque flagrant de contrôle et son absence de vision économique à long terme. On ne tire pas toutes les leçons de ce genre de situations dramatiques et on agit, comme d’habitude, dans l’improvisation, sans projet structurant pour une filière aussi essentielle, sans politique industrielle très claire. Bien sur que les salariés ont droit à des explications et sont à même d’exiger des comptes. Nous sommes à leurs côté, c’est ce que je vais leur dire après les avoir écoutés. »

 

 

Pendant la visite de la maison de santé, un des kiné a évoqué le problème de la complexification des règles administratives, du désengagement de la sécurité sociale et de la manière d’aborder les réformes de la santé en dépit du bon sens. Pierre LAURENT estime, pour sa part, qu’il conviendrait de repenser le système de santé, qu’il s’agit d’un problème de volonté politique.

 

Un peu plus tard dans son discours il parlera du combat pour maintenir, voire sauver les services publics. « Défendre les services publics ce n’est pas que résister, c’est aussi inventer d’autres solutions, innover dans les moyens et les dispositifs mis en œuvre. »

 

 

A suivre : le déroulement de la visite.

 

 

Gilles Desnoix

 

PIERRE LAURENT 05 06 15

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer