Autres journaux :


dimanche 23 août 2015 à 15:04

Fête de la rose

La meute attend les personnalités



 

 
Avec une vingtaine de minutes de retard voila la berline qui s’approche, alors c’est l’hystérie complète. « Arnaud, Arnaud, Yanis,Yanis » ces cris fusent, on se croirait sur les marches du festival de Cannes.
 
 

 
Des mémés appareils brandis à bout de bras se font refouler, télescoper, débarquer par la meute des journalistes, télévisions en tête.Plus de 200 journalistes et cameramans sont là d’après les organisateurs, nous attendons les chiffres de la Police, invisible ce jour.
 
 
Arnaud Montebourg très souriant ouvre la porte à son invité et alors les hurlements redoublent. Un quart d’heure pour faire cent mètres. Sous la tente du repas c’est pire, des convives ne peuvent pas accéder à leur place. De mémoire de Frangeois, de journaliste et d’organisateur, on avait pas vu ça depuis 2006 et la venue de  Ségolène Royale.
 
 
 
Au fait il pleut toujours à verse mais cela ne calme pas les ardeurs journalistiques et n’efface en rien le sourire d’Arnaud Montebourg et celui de Yanis Varoufakis. Ce dernier est assez surpris semble-t-il de l’accueil frénétique qui lui est fait.
 
 
Nous croisons le Sénateur Durain, les députés Untermaier et Baumel.
 
 
Discrètement Aurélie Filipetti suit de loin la meute qui fait comme un essaim autour de son compagnon et de l’ex ministre grec.
 
A 14H30 Conférence de presse.
 
 
 
Votre envoyé spécial sur les roses
 
 
 
fete rose 2308157
 
 
fete rose 2308156
 
 
fete rose 2308155
 
 
fete rose 230815
 
 
 
 
 
 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Fête de la rose”

  1. marietherese dit :

    Re
    C »est pour rire, je l’ai aperçu au fond de la salle.
    Bonne soirée

  2. roussillon dit :

    Pas d’emblèmes visibles….Pas de roses,de drapeau grec, pas de banderoles de bienvenue écrites en grec….

    On reçoit, certes avec enthousiasme, mais sans référence à ce berceau de la démocratie, sans un hommage à la culture partagée qui fait se taire les démagogues.

    C’est donc une foule et non un peuple qui a reçu le représentant d’un autre peuple.