Autres journaux :



jeudi 5 novembre 2015 à 05:54

Front de Gauche du Bassin Minier

Contre l’ouverture de Géant Casino le dimanche et pour lutter contre la désertification médicale



On repart et on ne lâche rien

 

Ce mercredi 4 octobre le front de gauche du bassin minier reçoit la presse pour sa rentrée politique.

 

 

Quelques thèmes de crispation sont au menu. Même si les présents sont courtois, les propos mesurés, on sent derrière les mots et les expressions une vraie tension, une conviction sans faille, une déception profonde.

 

 

Gérard Foucherot, le porte-parole du Front de gauche du bassin minier, énumère les dossiers qu’ils viennent de travailler au cours de la réunion qui a précédé la conférence de presse.

 

– Travail du dimanche dans la grande distribution (maintenant Géant Casino, et demain ?) : le Front de gauche est farouchement opposé. Sauf services publics et professions particulières le dimanche est le jour de repos des salariés. Les clients ont assez de la semaine et du samedi pour faire leurs courses

 

– Système de santé : le Front de gauche estime que la désertification médicale était prévisible et que les politiques gouvernementales successives l’ont amplifiée. Il s’élève aussi contre la privation rampante de l’hôpital. De vraies inquiétudes existent pour l’avenir.

 

– Center parcs du Rousset : le Front de Gauche est contre l’utilisation des deniers publics pour financer les investissements d’une multinationale dont le but est d’augmenter les dividendes de ses actionnaires. Et ce malgré une forte opposition au projet même de la part de nombres d’élus de terrain. Tout ça pour des emplois précaires et en contradiction avec les buts de la COP21

 

– Emploi : Le Front de Gauche constate une augmentation du chômage en Bourgogne et dans le bassin minier. Michelin, Terex sont des exemples de la diminution des emplois depuis l’an 2000. Il s’élève contre les modes de gestion, contre le management de pressions psychologiques et de chantage, contre aussi le recours de plus en plus à l’intérim amenant à une précarisation de plus en plus forte de l’emploi.

 

– L’inversion des normes juridiques concernant le code du travail : avant le code du travail était la base et les accords de branches devaient soit mettre en application les dispositions du code soit les améliorer, les accords d’entreprises faisant de même avec les accords de branches. Avec les réformes envisagées, le gouvernement va faire le contraire. Les accords d’entreprises seront la base et du coup tous les accords de branches et les dispositions du code ne pourront qu’être moins protectrices. Il s’agira là d’un réel retour en arrière gravissime pour les salariés.

 

– Médecine du travail : le Front de Gauche s’inquiète vivement du nombre de salariés n’ayant plus de visites médicales, ou seulement une fois tous les deux ans. 7 salariés sur 10 éprouvent ces difficultés. Il y a là un problème de fond, très grave, d’organisation ou de volonté affirmée de casser ce service, qui interpelle vivement. C’est pour le Front de Gauche un problème prégnant de santé publique pour les salariés et leur entourage. L’humain n’est plus la priorité face aux dividendes.

 

– Le gouvernement est sourd à la voix des salariés et à leurs revendications.

 

– Elections régionales : la liste s’appelle « alternative à gauche » parce que le Front de Gauche veut un rassemblement des forces de gauche. La liste comporte des syndicalistes et 50% de non-encarté dans un parti. Elle est menée par Nathalie Vermorel et pour le bassin minier on trouve Anne Sophie Bertoncello (7ème sur la liste) et Christian Tramoy de Saint Vallier.

 

o Le Front de gauche est contre la réforme territoriale qui éloigne le citoyen des prises de décisions,
o De même la formation politique entend remettre l’homme au centre de l’action politique, pour que l’on écoute la voix du peuple
o Il prône une réelle rupture avec l’austérité, et mener une lutte en réaction au capitalisme.
o Il met en avant les valeurs qui sont les siennes : égalité, solidarité, fraternité

 

 

Le Front de gauche se plaint qu’au niveau régional, départemental il ne dispose pas d’une couverture dans les médias. Sur le plan local il admet que c’est mieux. De ce fait il mènera une campagne de terrain, avec quelques réunions publiques. Il s’agit d’écouter les gens comme dans les chantiers d’espoir qu’il a mis en place en juin et septembre. Un autre chantier de l’espoir aura lieu le 20 novembre.

 

Le programme électoral de Front de Gauche reprendra les éléments retirés de ces lieux démocratiques d’échanges de paroles et d’idées.

 

Pour les membres présents il s’agit ainsi de faire revenir la démocratie directe et participative sur le premier plan. Cela va de pair avec leur soutien aux actions menées par les syndicats ou les associations sur le terrain (sans récupération politique ajoutent-ils).

 

Ils ont encore une interrogation de fond : « qu’est-ce que c’est que ce monde dans lequel les enfants ne trouvent pas de travail et où les grands parents doivent travailler pour subvenir à leur besoins vu la faiblesse de leurs retraites ? »

 

Sur les « loupés » concernant les effets de la suppression de la demi part fiscale des veuves et ses conséquences concernant les impôts locaux, la prise en compte des maigres intérêts des livrets A des handicapés bénéficiant de l’AAH taux plein, les militants du Front de Gauche indiquent que pour eux le gouvernement n’est pas de gauche et que la gauche ce n’est pas que le parti socialiste, c’est trop réducteur pour eux.

 

Sur la question récurrente des critiques concernant la division de la gauche aux élections sur le bassin minier, la réponse est claire : « nous critiquons la politique gouvernementale, nous critiquons les actions menées, c’est une question d’honnêteté, de logique et de crédibilité de notre discours. » En quelque sorte cela veut dire « Nous ne pouvons être contre et avec ». Même si en dehors des considérations politiques des ententes techniques auraient pu être envisagées comme figurer sans participer dans une liste pour avoir accès aux dossiers, travailler en démocratie participative par exemple.

 

 

Gilles Desnoix 

 

 

front gauche 0411152

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




9 commentaires sur “Front de Gauche du Bassin Minier”

  1. roussillon dit :

    Le Parti Socialiste devra, en effet, se contenter d’alliances techniques en vue des prochaines élections…C’est à prendre ou à laisser.

    Et puis sur le Center Park du Rousset, personne,à ma connaissance, n’a proposé de loger dans quelques bungalows de rêve, une centaines de réfugiés des territoires en guerre.

    Qu’en pense « Pierres et vacances » qui doit se décider en février 2016?

    Elle est pas belle,la vie, dans l’égalité et la solidarité ??

  2. petitefleur dit :

    Bonjour à tous . Vous vous contredisez, d’un côte vous dites que le chômage augmente et de l’autre vous êtes contre des emplois à venir. Tout d’abord Géant, moi aussi je suis contre l’ouverture, mais si cela peut aider quelques étudiants , pourquoi pas. etre étudiants c’est pas facile ! On peut s’en sortir si nous avons des parents aisés, ou dans l’autre cas des parents qui fonctionnent avec des aides de l’état! Mais les autres ceux qui sont au milieu , Ils ont rien ! Regardez certains documentaires….certains étudiants ont un mal de chien à se loger, à se nourrir correctement, certains même doivent abandonner leur projet de vie futur pour manque de finances ! Vous trouvez ça normal ? Vous etes combien autour de cette table ? 7 ? et la moyenne d’ages ?
    Si l’ouverture de géant permet l’embauche d’une poignée d’étudiants et bien pourquoi pas. Dans certains magasins cela marche depuis des années comme ça.
    Contre center parc !!!!!!!! C’est une opportunité à saisir pour notre région ! Des emplois à la chef, précaire ou pas mais c’est des emplois, C’est vrai qu’il est moins fatiguant de bénéficier du RSA. Je ne mets pas tout les demandeurs d’emplois dans le même sacs, mais ils y en a qui en profitent un max, je ne parle pas des étrangers car là c’est un autre sujet, je parle de ceux qui ne font rien de leur journée, qui font des gamins pour toucher les alloc, qui boivent qui fument etc…..
    Ils faut vivre avec notre époque et ne pas etre contre tout changement!
    Et la politique dans tout ça ? C’est pas jolie jolie ! Gauche, droite, c’est toute la même chose, des promesses et après plus rien! Ils sont tout en haut et ils ont le pouvoir et nous à par payer les impôts ou des amendes pour excès de vitesse (52 kil au lieu de 50 !!!)
    Bonne journée

    • jean montceau dit :

      Montceau n’étant pas une ville étudiante, le problème ne se pose pas. Quand aux amendes pour excés de vitesse, il y a une façon de les éviter: respecter le code de la route. I vou êtes pris à 52km/h, c’est que vous roulez environ à 60 km/h à votre compteur. Surveillez le d temps en temps.

  3. montcellienbis dit :

    Quand on regarde la photo , il est certain que ces gens là ne posent que pour prouver de temps en temps qu’ils existent …voilà tout.
    j crey

  4. petitefleur dit :

    Pour repondre a jean montceau, vous saurez qu a montceau nous sommes pas que illettrés, il y a des étudiants et heureusement, par ils vont souvent sur dijon la semaine et pour la limitation, je roulai qu a 56!,,,,,,,,, Le plus dangereux c est pas de roulez a 55 , il faudrai instaurer une visite médicale a partir d un certain age !,,

    • jean montceau dit :

      Comme mes enfants l’ont fait, à Dijon la semaine et le dimanche, en route pour Dijon, donc pas le temps de bosser au Géant. Et ne cherchez pas à vous justifier en vous attaquant à une catégorie de conducteurs, à 56km/h, vous n’êtes pas à 50 donc en infraction.