Autres journaux :


samedi 14 novembre 2015 à 10:54

Massacres à Paris

Communiqué de Jérôme DURAIN, Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de Saône-et-Loire



En deuil avec Paris

« Nous étions tous profondément émus et solidaires après les attentats de janvier. Nous sommes aujourd’hui tous émus de la même manière face aux événements de la nuit dernière : en frappant Paris, les terroristes visaient les personnes présentes au Stade de France, sur les terrasses de l’est ou au Bataclan pour nous effrayer et nous diviser. Ils ont aussi touché symboliquement habitants de Saône-et-Loire, les habitués des terrasses de la Place Saint Vincent, ceux du Colisée ou de la Cave à Musique.

Comme tous les saône-et-loiriens, je suis en deuil et je pense d’abord aux victimes de la tragédie d’hier. La France est aujourd’hui un pays qui pleure devant l’horreur. Mais la France demeure avant tout un grand pays qui saura répondre à ces attaques, dans l’unité et la dignité. »

 

 

Jérôme DURAIN, Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de Saône-et-Loire

 

 

 

senat durain 2409145

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Massacres à Paris”

  1. Daniel Z dit :

    Ah non !!! Non !!!
    Pour moi, vous, les « politiciens » êtes totalement responsables de l’état dans lequel se trouve la France après des décennies de compromissions et d’irréalisme.
    Toutes tendances confondues, je ne crois pas une seconde à la sincérité de vos déclamations.
    J’y vois même une tentative de récupération.

    Le peuple français a été un grand peuple, mais grâce à vous, les peuples français sont maintenant riches de différences….
    Pour moi, nous nous retrouvons dans un pays où des groupuscules sont maintenant suffisamment étoffés et structurés pour entretenir le terrorisme.
    Si vous regardez sur la planète, trouvez moi un pays qui a réussit à éradiquer démocratiquement le problème.

    Ah, débat de ces derniers jours, les policiers auront il le droit d’utiliser leurs armes avant ou après qu’ « on » leur tire dessus ?