Autres journaux :



mardi 15 mars 2016 à 17:55

« Guerre Besançon-Dijon : Il faut que ça cesse ! » (Politique)

Ecrit M. François SAUVADET



« Les échanges d’amabilités entre Messieurs Fousseret et Rebsamen sont consternants.

 

J’invite chacun à la raison et à la responsabilité et appelle la Présidente de Région à mettre tout le monde autour de la table et enfin avancer.

 

Candidat à la présidence de la Région, je m’étais engagé sur un équilibre gagnant-gagnant avec une répartition équilibrée des services de la Région. Je m’étais engagé à ce qu’aucun territoire ne soit oublié.

 

Quelles sont les propositions concrètes de Mme Dufay, étrangement absente sur ce dossier ? Comme lors du débat sur le chef-lieu de Région, a-t-elle un « avis réservé » ?

 

Le Pays et la Région méritent mieux que cette guéguerre stérile entre barons socialistes. Elle rend spectateurs les six autres départements et les 23 autres villes de plus de 10 000 habitants de notre territoire qui attendent des actes.

 

C’est à croire que le sort de la Bourgogne Franche-Comté dépend de l’implantation d’un Tribunal de Commerce Spécialisé, ou du choix d’un nom que tout le monde a déjà adopté.

 

Mme Dufay, soyez Présidente, agissez ! »

 

 

François SAUVADET
Président du groupe de l’Union des Républicains, de la Droite et du Centre

 

 

Francois Sauvadet 15 036 16

 

 

Photo d’archives

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “« Guerre Besançon-Dijon : Il faut que ça cesse ! » (Politique)”

  1. gilbert71 dit :

    bien dit François Mme La Présidente doit trancher

  2. andre71 dit :

    Monsieur Sauvadet, comment voulez vous qu’elle agisse en qualité de « présidente », l’exemple ne vient’ il pas d’en « haut » ??
    A.G.

  3. pascal dit :

    A André71 ;Remarque complètement déplacée; quand à Mr SAUVADET , merci les Bourguignons et la francs-comtois de nous voir évité ;j’allais dire le pire mais il n’est pas à un niveau aussi bas que celui du FN , une présidence centriste qui a beaucoup de mal à se situer dans le paysage politique français.