Autres journaux :



jeudi 5 mai 2016 à 20:01

« Audit d’Areva au Creusot : faire fi de la sécurité des populations » (Politique)

Estime EELV 71



« La filière nucléaire fait de nouveau scandale. Après les déboires financiers d’Areva et d’EDF, c’est désormais la sécurité des installations et l’exposition au risque nucléaire des français qui est mise en cause. En effet, un audit des activités de l’usine Creusot Forge d’Areva conclue à « des irrégularités dans le contrôle de fabrication d’environ 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine seraient en service sur le parc électronucléaire français ». La Ministre de l’écologie préfère évoquer un problème d’ordre administratif dans les documents de contrôle, minimisant ainsi la possibilité de non conformité des pièces usinées. Cette attitude n’est pas tenable. La « filière d’excellence » semble pourtant connaître d’énormes failles dans son process industriel exposant les populations à un risque d’accident important, comme les écologistes le soutiennent depuis de nombreuses années.

 

C »est durant la même semaine, que Monsieur Macron est venu vanter, en Saône-et-Loire le savoir faire de la filière nucléaire, l’avenir dans les nouvelles centrales et le maintien des anciennes, ponctuant son discours par cet argument digne de la méthode Coué : « On doit être capable de mener une expérience unique au monde. Celle de réussir à faire des réacteurs en parfaite sécurité. ». Comme s’il ne s’était rien passé à Three Miles Island, à Tchernobyl, à Fukushima ! Comme si l’éteignoir mis sur les conséquences de ces catastrophe suffisaient à les faire disparaître.

 

Il est surtout venu défendre l’accord conclu avec la Grande Bretagne pour la construction de deux EPR à Hinkley Point en Angleterre, alors même que pas un ne fonctionne ni n’est terminé. Comme si les différents chantiers d’EPR de Flamanville, Taishan 1 et Olkiluoto ne démontraient pas quel fiasco industriel est l’EPR.

 

EELV, mais aussi de fervents partisans de l’énergie nucléaire ( le dossier d’Hinkley Point a causé il y a peu le départ du directeur financier d’EDF lui-même), s’alarment du risque que fait prendre l’électricien au contribuable. En effet, l’engagement dépasse les 23 milliards d’euros soit plus que la capitalisation boursière d’EDF. Alors que l’entreprise doit déjà absorber AREVA, cet engagement sur ces deux réacteurs fait courir des risques insensés à l’entreprise, à ses salariés et au contribuable qui serait inévitablement appelé à renflouer EDF en cas de retard et difficultés sur le chantier.

 

Or dans le cadre de l’accord EDF s’engage à une mise en service dès 2023, ce qui semble irréalisable :

 

« D’un point de vue réaliste, Hinkley ne peut pas entrer en fonction avant 2025 et encore, dans les plus hypothèses les plus optimistes. Si le projet subit les mêmes retards que les chantiers existants de l’EPR, la date la plus crédible serait au-delà de 2030. Ce qui serait dévastateur pour EDF », écrit le chroniqueur Nick Butler sur son blog publié sur le site du Financial Times

 

Alors que de nombreux États investissent dans les énergies propres et renouvelables pour assurer leur indépendance énergétique et créer de nouveaux emplois, la France a fait le choix de bâtir une nouvelle génération de réacteurs nucléaires. Pourquoi persister dans cette stratégie désastreuse pour les salariés, les contribuables et la santé de tous ? »

 

Marie-Claude Colin Cordier

 

porte parole EELV 71

 

 

new EELV 05 05 16

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “« Audit d’Areva au Creusot : faire fi de la sécurité des populations » (Politique)”

  1. montcellienbis dit :

    vous lutter contre tout cela et vous allez voter à gauche parce que sans la gauche et les socialistes vous n’êtes RIEN alors ,baratin baratin…

  2. sloup dit :

    Mais que font vos ministres et vos élus.pour mémoire :
    – le nucléaire, la question est qu’on est trop bête et fainéant pour aboutir
    – les éoliennes, contre, ‘ Mais où en est le projet d’installation en mer. Vu la distance des premières habitations, quelles objections.?
    – le charbon, de la poussière…
    – le fuel, des particules
    – le bois, heureusement que Ségolène est arrivée, sinon il fallait mettre des inserts a la place des foyers ouverts.
    ……….
    j’ai une piste :
    revenir à la bouse de vache séchée, cela aiderait notre agriculture.
    Heureusement vous avez sauvé les corbeaux (qui défèquent partout), supprimez les carottes traitées (les ragondins pullulent avec dégâts et risques d’épidémie), etc,etc…
    Enfin vous avez votre utilité: faire élire Flamby 1°
    Bonne journée.