Autres journaux :


mardi 5 juillet 2016 à 15:44

Loi travail : Le Premier Ministre refuse le compromis !

Communiqué de Philippe BAUMEL, Député de Saône-et-Loire



 

« Au terme d’un parcours chaotique, le projet de loi travail devait être de nouveau examiné aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Ma place était donc aujourd’hui à Paris pour m’opposer au passage en force de ce texte et défendre des positions de dialogue et de compromis.

 

 

L’Assemblée nationale, comme le demandent très majoritairement les Français devait faire son travail, rien que son travail et que ce projet de loi soit débattu publiquement dans l’hémicycle.

 

 

Dans ce contexte, je ne pouvais ce matin rencontrer les organisations syndicales qui se sont présentées devant ma permanence parlementaire. N’ayant pas été sollicité en amont pour un rendez-vous, je leur renouvelle cependant ma totale disponibilité demain comme hier pour échanger et dialoguer.

Aujourd’hui, le Premier Ministre en dépit de l’opposition des citoyens, de la mobilisation des organisations syndicales a décidé une nouvelle fois de passer en force en recourant au plus archaïque des outils de la Vème République : l’article 49-3 de la Constitution. Je déplore cette méthode brutale, totalement inacceptable décidée au mépris du travail parlementaire et ce alors même qu’une majorité de députés socialistes étaient ouverts à un compromis.

 

 

En effet avec 123 députés socialistes de toutes sensibilités, à l’initiative notamment de Kader Arif, de Marie-Arlette Carlotti, deux anciens ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, nous avions déposé un amendement de compromis sur l’article 2, visant à assurer qu’un accord d’entreprise ne puisse pas fixer une rémunération des heures supplémentaires inférieure à 25% de majoration pour les 8 premières heures supplémentaires et à 50% pour les suivantes. C’était une demande forte pour défendre notamment le pouvoir d’achat des Français.

 

 

 

Un compromis était ce matin à portée de main mais le Premier Ministre a refusé purement et simplement d’écouter les composantes de sa majorité qui proposaient une sortie par le haut sur un projet de loi travail qui exacerbe les tensions et nourrit les critiques.

 

 

 

En recourant à l’article 49-3 de la Constitution, le Premier Ministre fait une nouvelle fois la démonstration que sa ligne politique n’a pas de majorité. Nous devons plus que jamais sortir de cette logique de fracturation. Il nous faut construire une alternative à gauche, avec toutes celles et tous ceux qui souhaitent une transformation sociale en profondeur. C’est ce à quoi je vais continuer de m’employer. »

 

 

 

Philippe BAUMEL

Député de Saône-et-Loire

 

 

 

baumel 0507162

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




10 commentaires sur “Loi travail : Le Premier Ministre refuse le compromis !”

  1. loupblanc dit :

    la fracture sera certaine aux urnes en 2017
    mais quand on est député , on est assuré de sa retraite
    même non réélu prochainement , je toucherais 5 années d’indemnités supplémentaires ( privilège attribué en 2015 en catimini……gauche et droite confondu , là il y a consensus démocratique)

  2. bipper dit :

    Des critiques toujours des critiques si le gouvernement ne fait rien on le critique si il fait des reformes on critique
    que chacun bosse donc et certes les choses irons certainement mieux

  3. jeanmichel71 dit :

    Allons, voyons Monsieur Baumel, vous rouspétez, vous critiquez, mais, voterez-vous contre cette loi ?

    En conclusion, je citerai la dernière réplique du film « Le Gentleman d’Epsom », avec Jean Gabin et Jean Lefebvre:

    JG – Les choses finissent toujours par rentrer dans l’ordre ! Maintenant, voulez-vous me faire plaisir ?
    JL – Oui !
    JG – Ôtez vos mains de vos poches !

    Bonne séance parlementaire.
    Jean-Michel 71

  4. Globul dit :

    Dont acte M. BAUMEL.
    J’attends avec impatience de voir ce qu’il se passera cet après-midi à l’assemblée nationale.
    Y aura-t-il une motion de censure à gauche ? (58 signatures nécessaires pour en arriver là).
    Si « oui », QUI la votera ? QUI s’abstiendra ?
    Après, on y verra un peu plus clair…
    Le « véritable » courage aurait été de faire « tomber » ce gouvernement qui aujourd’hui ne dispose plus de majorité.
    Depuis plusieurs semaines, les masques « tombent » et la « légitimité » issue des urnes est mise à mal, les promesses n’engageant QUE ceux qui les écoutent !!!
    Mais bientôt, très bientôt, viendra l’heure du bilan.
    Il est fort probable que votre parti en subisse les conséquences.
    Il sera toujours temps de vous poser la question : « POURQUOI » ?

  5. isabel dit :

    Bonjour,

    Cher monsieur BAUMEL,

    peut-être prendrez vous quelques minutes sur votre précieux temps pour lire ce que le petit peuple pense de toute cette mascarade politicienne qui régit votre quotidien.

    Je tiens à vous précisez que je ne vote plus depuis des années, vos pratiques (dont je tairai l’appellation au risque d’être boycotté et non publié) à vous ainsi qu’à vos collègues de l’opposition ont eut raison de ma foi républicaine.

    Monsieur, comment pouvez vous, vous et les autres de votre bord et de toutes confessions confondues, comment osez-vous paraître devant les gens qui ont fait de vous ce que vous êtes ( c’est à dire nous le peuple, les gueux), et nous mentir en toute impunité.

    Il était une fois ….. la république … elle fut créer par le peuple et pour le peuple. Malheureusement, le peuple à peine sorti de centaine d’année d’obscurantisme ou les Rois régnaient en demi- dieux, récolta un empereur (ils en avaient eut déjà à Rome)… c’est la même chose que roi (c’est juste que tu es pas de descendance divine).

    Et puis, les républiques s’enchainèrent, et les personnes avides de pouvoir aussi. Tout ce que le peuple avait réussi à avoir (les miettes distribuées pour la veille et la paix sociale), tout ce que ces dirigeants avaient bien voulu nous donner, ils nous le reprenaient petit à petit, l’air de rien, en silence, feignant ne pas être d’accord.

    Mais un jour le peuple ne croyant plus ces hommes tous plus menteurs les uns que les autres, tous là pour la même chose se faire une place au soleil pour eux et leurs copains, méprisant le sens même de la citoyenneté alors qu’ils devraient en être les défenseurs.

    La révolte fomenta, ils ne la virent pas venir, elle vint de ceux qui n’avaient rien à perdre.

  6. gilbert71 dit :

    la solution c’est la censure ou voter contre mais c’est mauvais pour l’investiture PS pour les législatures de 2017 à moins de choisir une filiale pour garder votre fauteuil ,c’est fort possible

  7. Globul dit :

    « Respect » M. BAUMEL, vous êtes allé au bout de votre « logique » et vous avez signé la motion de censure que les « frondeurs » ont essayé de déposer.
    Vous risquez d’être destitué de l’étiquette PS aux prochaines élections législatives.
    Après, quand on observe les dires et les actes du PS dans notre département, le risque est peut-être « calculé », non ?