Autres journaux :


lundi 31 octobre 2016 à 05:34

Pour enfin comprendre ce qui est primaire et secondaire

Les élections présidentielles en 4 tours



 

Depuis des mois, on nous sature d’informations, de critiques, de portraits, de sondages, d’avis autorisés, de scénarii improbables ou trop probables, depuis des semaines on sonde les petites phrases des uns et des autres, on nous rebat les oreilles avec les potentielles alliances et les grandes détestations… alors n’est-il point temps de se poser et de se demander de quoi il s’agit véritablement, quels sont les modes de fonctionnement et qu’est-ce que cela apporte à la démocratie, (euh oui, bon) et surtout à nous individuellement ?

 

 

 

Depuis longtemps et surtout depuis le référendum sur la constitution européenne on sait qu’il suffit de dire non pour que les politiques entendent oui… alors il vaut mieux quand même savoir de quoi il s’agit.

 

 

 

J’entends les réflexions « oui, les primaires c’est secondaire, déjà qu’on n’ira pas voter aux vraies élections »…

 

 

Il faut dire que la notion est nouvelle en France et qu’elle ne figure pas dans l’ADN des partis comme des citoyens.

 

 

En plus la constitution de la 5ème république a été conçue par Michel Debré, le Général de Gaulle contre le règne des partis, pour renforcer l’exécutif et surtout le rôle du Président de la république. Cette constitution a mis en place un système où domine un homme fort, un homme seul… vécu au départ comme l’ultime recours.

 

 

 

En venir à des primaires c’est quelque part revenir sur les fondements du système mis en place, faire du peuple un des acteurs du jeu politique et non plus l’arbitre.

 

 

Mais comme disait Cicéron o tempora, o mores (autres temps, autres mœurs)

 

 

D’abord qu’est-ce qu’une élection primaire ?

 

 

Déjà qu’est-ce que cela n’est pas ? Cela ne donne aucun mandat politique officiel de représentant de l’état d’une collectivité territoriale. Cela n’apporte pas forcément une légitimité plus grande. Cela ne donne aucune garantie sur une victoire prochaine, ça n’assure pas forcément la cohésion d’un parti ou d’une coalition et donc ça n’apporte pas forcément les supports politiques attendus ensuite…. Mais bon

 

 

 

Donc qu’est-ce ?

 

 

 

Il s’agit en fait de la désignation du candidat d’un parti politique à une élection. C’est quelque chose de naturel (mais compliqué et exponentiellement onéreux) aux States.

 

 

 

Depuis un quart de siècle c’est une idée qui tourne en France. Il y a 26 ans, Charles Pasqua proposait l’introduction d’une élection primaire dans la vie politique française afin de départager le Grand Jacques et VGE pour être le candidat de la droite et du centre-droit lors de l’élection présidentielle de 1995.

 

 

 

2 parlementaires PRG ont déposé en 2006 une proposition de loi portant sur l’organisation de primaires. Sans suite.

 

 

 

L’UMP, en 2014, a organisé des primaires ouvertes afin de désigner des têtes-de-liste aux élections municipales à Paris et Lyon, le Parti socialiste l’ fait à Aix-en-Provence, Béziers, Boulogne-Billancourt, Le Havre, Marseille et La Rochelle.

 

 

 

Personne, même un martien n’ayant pas le Wifi, ne peut ignorer que le parti Les Républicains a prévu d’organiser une primaire de la droite ou du centre les 20 et 27 novembre 2016 pour désigner son candidat lors de l’élection présidentielle de 2017.

 

 

 

Le Parti socialiste et ses alliés, rassemblés sous «La Belle alliance populaire», organiseront une primaire pour désigner leur candidat pour la présidentielle 2017. Le vote est prévu les 22 et 29 janvier. 

 

 

 

Qui peut participer ? Tous les électeurs inscrits sur les listes électorales.

 

 

 

Comment ? En se rendant dans les bureaux de vote ouverts à cet effet par les partis (pour la primaire de droite et du centre 10 200 bureaux de vote sont annoncés en France métropolitaine et outre-mer), en signant une charte d’adhésion aux valeurs défendues par les partis politiques en question et en acquittant un droit (1 ou 2 €) qui normalement servent à couvrir les frais d’organisation du scrutin.

 

 

 

C’est ce qui s’est fait en 2011 et qui est prévu pour 2016 et 2017.

 

 

 

Vous pouvez ou non laisser vos coordonnées pour que les partis vous recontactent ensuite, mais cela n’a rien d’obligatoire. Il faut savoir qu’après la primaire de gauche de 2011 ayant recueilli 2,8 millions de votants 650 000 d’entre eux avaient laissé leurs coordonnées.

 

 

 

Alors au-delà de ces deux primaires ouvertes, d’autres formes essaient de se faire une place. Elles se nomment elles même « primaires citoyennes » en vue de présenter des candidatures en dehors du filtre des partis politiques. Nous relatons régulièrement dans nos colonnes les réunions sur le bassin minier du Collectif pour une Alternative à Gauche, Écologique et Sociale, mais il existe aussi  « LaPrimaire.org », « La Vraie Primaire » et « La Primaire des Français ».

 

 

 

Quant à savoir ce que cela va apporter à la démocratie, c’est difficile de le dire actuellement car on manque de recul, mais l’on sait d’ores et déjà que cela ne peut qu’entrainer des évolutions de la constitution dans le temps.

 

 

En même temps cela introduit la notion de pré-choix des candidats aux élections en dépassant aussi les jeux internes des partis. Mais tous les candidats aux élections ne passeront pas par la case « primaire », alors… Et puis qu’en sera-t-il si un jour un président sortant décide de ne pas passer par la primaire ? Il y a encore beaucoup d’ajustements à prévoir.

 

 

 

Mais que cela n’empêche personne de participer pour faire vivre ce nouveau mode d’expression démocratique.

 

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

 

 

gilles-3110162

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Pour enfin comprendre ce qui est primaire et secondaire”

  1. MT71 dit :

    Bonjour

    Merci à Montceau News et à Mr Desnoix pour ce très bon article qui explique clairement ces nouvelles données de la politique française que sont les primaires.
    Jacki Talpin