Autres journaux :



jeudi 8 décembre 2016 à 08:22

Montceau ma vie : la sécurité publique au coeur du débat

De l'information concrète



 Montceau ma vie a organisé une réunion publique à la Salle des fêtes du Magny portant sur des sujets de sécurité publique ce soir du mercredi 8 décembre.

 

 

Les 2 intervenants de cette soirée sont Gérard Gronfier Maire Adjoint chargé de la sécurité et de la tranquillité publique, le Commandant Berthelon Adjoint du Commissaire Besse.

 

 

Il y a beaucoup de monde présent car bien sûr ces questions sont brulantes et mettent toujours en émoi la société.

 

 

L’invitation est claire, ces deux intervenants doivent traiter des sujets brulants (incident du Capitole, manifestation des gens du voyage, incivilités, etc.) et répondre aux questions du public.

 

 

Gérard Gronfier commence par présenter les dispositions prises par la Ville en matière de sécurité et de lutte comme les incivilités.

 

1) Aménagements des accès des écoles pour les sécuriser dans le cadre des mesures de protection contre le terrorisme
2) Institution de mesures de responsabilisation des collégiens et lycéens ayant des problèmes avec les établissements ou ayant commis de incivilités. Ceci se faisant au travers de tâches d’intérêt général à effectuer auprès des services de la ville.
3) Extension des moyens de vidéo surveillance avec une nouvelle caméra nomade.
4) Embauche cette année de deux ASVP de plus et d’un Brigadier maître-chien, qui se verra attribuer un chien ensuite.

 

 

 

Il rappelle que la collaboration avec la police nationale est excellente. Il explique que Madame le Maire et lui entendent dire la vérité aux habitants et non pas comme auparavant cacher tout ce qui va mal. « Nous devons tout dire à la population ».

 

 

Le commandant Berthelon abonde dans le sens de l’Adjoint en ce qui concerne l’excellence de la collaboration entre la police nationale et la municipale. Il illustre ce propos liminaire par la narration d’une opération qui s’est tenue en milieu d’après-midi en Ville. Depuis quelques jours un certain nombre de soupçons précis pesaient sur certaines personnes, certains lieux, certaines pratiques. Pendant plusieurs jours une enquête a été menée et a abouti à « taper » comme on dit dans la police. La police nationale aidée de la municipale est intervenue, interpelant quelques suspects.

 

 

Il explique que les interventions deviennent de plus en plus difficiles parce qu’il y a de plus en plus de résistance. « Ce n’est pas comme dans les séries dit-il »

 

 

Puis il revient sur les incidents de la RCEA avec les gens du voyage. Il retrace l’ensemble des évènements depuis 18h30 et 22h30, démonte pas à pas le chaos crée par l’abattage des arbres, les pneus, etc., l’affrontement à deux policiers face à une quinzaine de personnes excitées et disposant de tronçonneuses en marche, de gourdins et autres, la longue négociation ayant abouti à rétablir la situation, les difficultés les interventions des pompiers pour éteindre le feu et de la DIR pour rendre la RCEA à la circulation.

 

 

A la question de savoir si des arrestations ont eu lieu, il est répondu que l’enquête est en cours, que ce ne sont pas des Montcelliens qui sont en cause, mais des toulousains. Pendant les 4 heures d’intervention le Commandant et son collègue ont eu à faire à une quinzaine d’hommes encapuchonnés et ayant un foulard sur le visage.

 

 

A la question sur les « châtiments » encourus le Commandant explique qu’il ne peut préjuger des décisions du tribunal correctionnel mais qu’il existe des circonstances aggravantes comme l’action en réunion et avec des armes par destination.

 

 

Il complète le propos en citant une question parfois posée : « pourquoi n’avez-vous pas fait usage de votre arme ? ». Le Commandant prend du temps pour expliquer les règles d’usage des armes, les circonstances nécessaires et surtout il replace toujours avec beaucoup de pédagogie les éléments dans leur contexte et en perspective avec la vie quotidienne des auditeurs présents.

 

 

L’assemblée pose un certain nombre de questions sur les sujets qui l’intéresse, en particulier sur la légitime défense et ses dangers, ses limites, son interprétation.

 

 

Puis il passe au sujet de l’incident de la gare et des coups de feu. En fait il s’agit d’une arme qui tire des balles de plastique, un Pistolet Gomm-Cogne. L’utilisateur dit avoir tiré en l’air. En fait il s’agit d’une histoire où une personne a été blessée à la suite de deux passages à tabac par des individus qui se sont livrés le lendemain soir à minuit au Commissariat parce qu’ils avaient appris qu’ils étaient recherchés.

 

Ils ont été mis en garde à vue, l’un d’entre eux, le possesseur du Gomm-Cogne, a été incarcéré, les deux autres sont sous contrôle judiciaire. La procédure continue.

 

 

Sur la question des sanctions, de l’emprisonnement, le Commandant Berthelon explique qu’il existe des peines de substitutions comme par exemple les Travaux d’intérêt général. Gérard Gronfier précise que la ville accueille au moins 5 TIG par an dans ses services.

 

 

Le Commandant Berthelon donne ensuite quelques conseils simples comme par exemple ne pas tirer de l’argent aux distributeurs intérieurs mais toujours dans les sas ou les halls qui sont vidéo surveillés, ou comme ne rien toucher, ne rien ranger dans la maison si elle vient d’être cambriolée avant l’intervention de la police car sinon on supprime 80% des indices intéressants.

 

 

Gérard Gronfier remercie toutes les personnes présentes et explique qu’il est prêt à participer à d’autres réunions sur le sujet de la sécurité.

Jacques Talpin remercie tout le monde et les deux intervenants pour la qualité de leurs interventions.

 

 

Un verre de l’amitié réunit tout le monde ensuite.

 

Gilles Desnoix

 

 

ma-vie-0812166

 

 

ma-vie-0812164

 

 

ma-vie-0812165

 

 

ma-vie-0812163

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer