Autres journaux :


lundi 27 février 2017 à 06:27

EELV Bourgogne (Politique)

Retrait de la candidature de Yannick Jadot pour un rassemblement avec Benoît Hamon



Communiqué : « Pour construire un rempart positif au libéralisme d’Emmanuel Macron, au conservatisme de François Fillon et au nationalisme dangereux de Marine Lepen, les participants à la primaire de l’écologie ont approuvé à 79,53 % sur 9433 participant-e-s ( 5,08 % blanc, 15,39% contre), le retrait de la candidature de Yannick Jadot pour un rassemblement avec Benoît Hamon.

 

 

C’est une décision responsable et cohérente avec nos valeurs qui réfutent la présidentialisation du régime. C’est le début d’une nouvelle dynamique !

 

 

La plateforme présidentielle sur laquelle Benoît Hamon s’est engagé reprend des pans entiers du programme  » Bien vivre  » de Yannick Jadot et des écologistes. C’est donc un formidable espoir de faire entrer la France dans l’excellence écologique, la refondation de la société du travail pour plus de justice sociale et, pour une représentation plus juste des citoyens et leur forte implication dans les décisions publiques, une démocratie plus vivante.

 

L’espoir d’une société plus juste socialement et écologiquement permet de gagner cette élection. Aujourd’hui notre responsabilité à chacun-e est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour peser en faveur d’un rassemblement avec la France Insoumise, malgré le refus de Jean-Luc Mélenchon, le Parti Communiste, Ensemble !, Charlotte Marchandise et tous les mouvements qui ont en commun la volonté de rendre notre société plus juste et plus écologiste. »

 

 

Mourad Laoues et Nathalie Charvy
Portes paroles EELV Bourgogne

 

 

new EELV BFC 02 03 16

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “EELV Bourgogne (Politique)”

  1. marius8 dit :

    Ainsi donc, Jean-Luc Mélenchon serait le fossoyeur de la gauche, celui qui, par son ego, allait l’empêcher d’être au second tour de l’élection présidentielle. Magnifique tour de passe-passe rendu possible par la seule candidature de Benoit Hamon qui, par miracle, affranchi le PS de tout bilan sur ce quinquennat. Inutile de parler de l’écologie trahie entre Fessenheim et l’ecotaxe abandonnée, inutile de rappeler les lois travail ou Macron de libéralisation, inutile de revenir sur le nauséeux débat portant sur la déchéance de nationalité qui amena la seule ministre de gauche du gouvernement Hollande à démissionner…Merci Madame Taubira d’avoir sauver l’honneur de la gauche ce jour-là.
    Voilà le joli feu plein de fumée qui nous apporte un candidat innovant avec un projet écologique: Benoit Hamon. Et ce beau projet ne pourrait être au second tour à cause de cet insupportable Jean-Luc Mélenchon et son entêtement. Et nous, idiots, comme toujours, nous allons avaler la couleuvre taille boa, sans broncher, sans penser. Marine Le Pen et François Fillon veulent l’amnistie avant le jugement pour leur malversations, le PS réclame l’amnésie de ses électeurs. Oubliez les cinq années passées, regardez notre nouveau candidat, si à gauche, si moderne. Oubliez que derrière lui il y a cinq années de gouvernement, de renoncement et de lois votées par une majorité issu de ses rangs. Oubliez qu’ils sont toutes et tous là, ceux-là même qui votèrent tant de lois dont nous ne voulions pas.
    Alors Jean-Luc Mélenchon de poursuivre sa campagne avec un projet politique collaboratif où des centaines de personnes anonymes ont apporté leur contribution. Avec une réunion à Lille où une partie des représentants de la France Insoumise avait été tirés au sort. Avec une approche écologique systémique qui intègre chaque moment de nos vie pour ne pas générer de déplacement de pollution. Avec des meeting qui sont des conférences où l’orateur prend le temps d’expliquer et parle avec respect à son auditoire qui applaudit peu, écoute puis partage en sortant parce qu’il a le sentiment d’avoir été compris et que cet homme leur à transmis les mots pour dire ce qu’ils avaient du mal à mettre en musique avant, mais qu’ils pensaient déjà, profondément.
    Jean-Luc Mélenchon, même s’il n’est pas demain président de la République, a déjà sauvé la gauche. Il lui a redonné du sens, une gauche qui a intégré l’écologie comme valeur fondamentale, une gauche qui a fait vivre l’expérience collaborative, une gauche qui a testé le tirage au sort pour ses représentants, le débat participatif. Il a fait vivre ce que nous attendions de la gauche, en rupture avec les pratiques des petits arrangements électoraux contre l’avancée des idées. Il a utilisé pleinement le numérique, les nouvelles technologie, lui, le vieux, avec sa chaine YouTube qui marche, avec son hologramme, avec tous ces jeunes dans ses meeting, il a fait entrer la gauche en France dans le 21ème siècle.
    Et vous voudriez nous faire croire que cet homme va faire perdre la gauche? Que ce ne sont pas les cinq années perdues avec François Hollande et Manuel Valls? Que les précédentes élections furent des succès retentissant pour le PS et ses alliés? Qui a fait avancer le FN aux régionales, plombé les municipales? Jean-Luc Mélenchon? Encore lui? Allons, cessez cette mascarade.
    Vous me direz que ce portrait est hagiographique? Mais non, il n’encense pas Jean-Luc Mélenchon, il rappelle des faits. Un homme a accepté de changer de jeu. Il a pris le temps de travailler avec des milliers de personnes un projet politique de rupture avec cette société mortifère. Il a accepté de prendre coup sur coup, d’être insulté, comparé à la vermine nationaliste qui plombe notre société de haine et de bêtise. Alors je n’ai qu’une phrase, finalement. Merci Jean-Luc.

  2. roussillon dit :

    chacun(e) des candidats déclare « si vous ne votez pas pour moi c’est le chaos »
    Sans dramatiser, on s’en approche déja, quand on voit ce qu’on voit,quand on sait ce qu’on sait et quand on pense ce qu’on pense !