Autres journaux :


lundi 27 février 2017 à 10:25

Parrainage d’un candidat à l’élection du président de la République (Politique)

A savoir dans la perspective des élections présidentielles des dimanches 23 avril et 7 mai 2017



 

 

Une candidature ne peut être retenue par le conseil constitutionnel qu’à la condition d’être présentée par au moins 500 élus d’au moins 30 départements ou collectivités ultramarines, sans que plus d’un dixième d’entre eux puissent être les élus d’un même département ou d’une même collectivité ultramarine (article 3 de la loi organique du 6 novembre 1962 relative à l’élection du président de la République au suffrage universel).

 

 

Afin de permettre aux élus qui le souhaiteraient de parrainer un candidat, les préfets doivent adresser, le jour de la publication du décret de convocation des électeurs, soit le 24 février 2017, à chaque élu habilité du département un formulaire de présentation numéroté, accompagné de l’enveloppe à l’adresse du conseil constitutionnel.

 

 

En Saône-et-Loire, les élus habilités sont  les maires, maires délégués(es) d’une commune déléguée ou associée, présidents(es) d’un organe délibérant d’une communauté urbaine, d’une communauté d’agglomération ou d’une communauté de communes, conseillers(ères) départementaux(les), conseillers(ères) régionaux(les), membres du Parlement.

 

 

Chaque élu ne recevra qu’un formulaire, même s’il détient plusieurs mandats ouvrant droit à présentation.

 

 

Le formulaire dûment complété, signé personnellement de manière manuscrite, devra être reçu par le conseil constitutionnel au plus tard le vendredi 17 mars à 18h00.

 

 

Le mode d’acheminement exclusif est la voie postale (tout opérateur postal agréé). Les élus devront donc prendre en compte les délais d’acheminement postaux pour respecter cette échéance impérative.

 

 

Après envoi, la présentation ne peut faire l’objet d’un retrait.

 

 

Au fur et à mesure de la réception des présentations, le conseil constitutionnel rend publics sur son site internet, au moins deux fois par semaine, les mardis et vendredis, le nom et la qualité des élus qui ont valablement présenté des candidats à l’élection présidentielle. Huit jours au moins avant le premier tour de scrutin, le Conseil rend publics le nom et la qualité de l’ensemble des élus qui ont valablement proposé les candidats. Un élu ne peut en aucun cas s’opposer à la publication de son nom.

 

 

 

illustration election 22 01 17

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




12 commentaires sur “Parrainage d’un candidat à l’élection du président de la République (Politique)”

  1. Daniel Z dit :

    Sais pas pourquoi, mais cette info me fait penser à un film célèbre….

    Un seul document pour le parrainage ?
    http://www.justice.gouv.fr/bulletin-officiel/95-3-Dacg-e-annexe.pdf

    Je déconne….. quoi que …..

    Amitiés

  2. jean montceau dit :

    Quand on est apolitique, on vote blanc?

    • Nikola dit :

      Un élu « apolitique » n’est pas contraint de répondre aux sollicitations des candidats .
      Il peut parfaitement n’apporter aucun parrainage .

      Quant à « l’électeur » apolitique , au vu du contexte nauséabond ambiant , il a selon moi le « devoir » de rester chez lui le jour du « grand barnum » électoral .

      cordialement

      • Cyrille71300 dit :

        C’est vrai qu’il vaut mieux faire la politique de l’autruche, se cacher la tête dans le sable et attendre…
        Saviez vous cher Nikola que le FN à toujours fait de bon résultat quand l’abstention était forte ?
        Maintenant, chacun son choix, pour ma part il est hors de question de vivre sous le joug de ces personnes.
        Bonne journée à vous
        Cyrille.C

        • Daniel Z dit :

          Est ce toujours vrai, Cyrille ?

          Pas sûr que ceux qui s’abstenaient ne vont pas se lancer dans la contestation irrévocable , via un vote radical.
          Hors de question ; voulez vous dire que vous refuseriez une alternance sortie des urnes ?

          Amitiés

        • Nikola dit :

          Refuser en toute conscience de ne pas participer à ces « jeux de dupes » ne relève pour moi en rien de la politique de l’autruche , mais plutôt d’une grande « lucidité » .

          Quant à la progression du FN , l’abstentionnisme a bon dos .
          N’oublions pas que Sarkozy et Hollande ont été depuis 10 ans les meilleurs VRP de la famille Le Pen .

          Seul Mélenchon peut être en mesure de prendre des voix au FN , puisqu’à la base ce sont les mêmes électeurs .

          cordialement

    • Daniel Z dit :

      Par définition, apolitique : qui se place en dehors de la politique.

      Conclusion : il ne peut être élu puisque qu’être élu, c’est exercer une forme de gouvernance, donc intégrer la politique.

      Il ne vote pas car voter blanc, c’est déjà affirmer une position.

      Amitiés

      • Nikola dit :

        Votre raisonnement est juste .
        Personnellement , j’étais simplement parti sur l’idée qu’apolitique peut aussi vouloir dire : être en dehors de tout parti politique .
        La grande majorité de nos communes rurales sont administrées par des élus « sans étiquette » qui ne sont pas encartés et qui s’efforcent de gérer le bien commun en dehors de toute politique « politicienne » .

        cordialement

    • jean montceau dit :

      Surtout que si l’on prend parti pour ou contre un candidat, on trahit ceux qui vous ont porté(e) et qui n’ont pas les mêmes idées. devinez ce qui me fait parler de ça.

      • M.M.V dit :

        Monsieur Jean

        Comme toujours vous avez l’art et la manière de tout mélanger.
        Ne confondez pas élections locales et nationales, les enjeux ne sont pas les même..
        Une liste municipale peut être parfaitement composée de personnes de différentes tendances, de différents horizons. Ils apportent des idées et c’est ce qui rend la liste apolitique.
        Bien sur ce n’est pas permis à tout le monde d’avoir cette ouverture d’esprit.
        Je connais certains de vos amis qui passent allègrement d’Hollande, à Hamon après avoir souri à Macron…
        Bonne soirée à vous

        Jacki Talpin