Autres journaux :



vendredi 3 mars 2017 à 05:57

Debout la France (Politique)

Maxime Thiébaut et Eric Nevers avec Nicolas Dupont-Aignan au Salon de l'agriculture



Communiqué 

 

« Maxime Thiébaut, représentant de Debout la France en Bourgogne-Franche-Comté, et Eric Nevers, maire d’Artaix en Saône-et-Loire, ont accompagné Nicolas Dupont-Aignan au Salon de l’agriculture ce jeudi 2 mars. Ils sont venus soutenir un secteur abandonné par les pouvoirs publics et dévoiler un plan pour sauver l’agriculture française, le savoir-faire des cultivateurs, la richesse de nos paysages et l’avenir de notre tissu rural.

 

 

Le candidat à l’élection présidentielle a insisté sur le fait que nous devions « retrouver notre influence au niveau européen et mondial ». Pour ce faire, il souhaite « instaurer une exception agricole à l’OMC et dans tous les accords commerciaux sur le modèle de l’exception culturelle ». Lui qui refuse les traités transatlantiques (CETA et TAFTA) exige « l’étiquetage obligatoire du pays d’origine sur les produits » et que la PAC retrouve ses trois volets : préférence communautaire, prix garantis et quotas.

 

 

Eric Nevers soutient « une production de qualité » qui privilégie les circuits courts. Ce maire d’une commune du Charolais veut que les « collectivités publiques telles que les cantines scolaires se fournissent chez les producteurs locaux ».

 

 

« Scandalisé » par le nombre d’agriculteurs qui se suicide chaque année car les pouvoirs publics les ont « oubliés », Maxime Thiébaut rappelle que le programme de « NDA » prévoit d’affecter « un budget supplémentaire de 2 milliards d’euros par an sur l’ensemble du mandat ». « Cela permettra de soutenir l’installation des jeunes agriculteurs », explique Maxime Thiébaut. Nicolas Dupont-Aignan ajoute que nous pourrons ainsi « restructurer la dette des agriculteurs surendettés en créant un fonds par lequel l’Etat serait prêteur ».

 

 

Le Député souhaite enfin « simplifier la vie de nos agriculteurs et alléger leurs charges », en mettant fin notamment à « l’accumulation des normes et des réglementations écologiques toujours plus absurdes ».

 

 

 

 

DLF 02 03 17

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer