Autres journaux :



mercredi 20 septembre 2017 à 03:10

« Toutes et tous dans la rue le 21 septembre (Politique)

"contre la casse du Code du travail" dit le PCF



 

On nous prie d’insérer :

 

 

« Le Patronat veut effacer, avec la complicité du Gouvernement, les droits acquis par les salariés et leurs syndicats. Il faut plus de droits pour les travailleurs et leurs représentants pour faire face aux défis du système capitaliste.

 

Un exemple local – Èolane 

 

 

La chute ! – En 1922 CHEVEAU crée à Montceau-les-Mines une usine de production de matériels électriques et téléphoniques pour la mine. Ensuite cette usine passe à d’autres propriétaires qui développent et diversifient les fabrications : SCHNEIDER-WESTINGHOUSE (1962), JEUMONT-SCHNEIDER (1964), JS TELECOM (groupe BOSCH 1988), TENOVIS S.A. (2000). En 2002 le groupe Èolane achète l’usine de Montceau avec l‘appellation de COMBEL (Compagnie Bourguignonne d’Electronique) et qui emploie 230 personnes. Le président Paul Raguin affirmait « Nous sommes un groupe familial qui n’a pas d’actionnaires externes. Je dirige la stratégie du groupe (…) Le groupe est sain et a quelques perspectives d’avenir ». Depuis 2002 l’effectif de l’usine (devenue Èolane) n’a cessé de diminuer pour arriver à 90 salariés.

 

Quel avenir ? – En juillet de cette année Hivest Capital Partners, un fond d’investissement, entre au capital d’Eolane accédant à une minorité de blocage (49% du capital) et change le président du directoire. Le groupe Èolane emploie 3200 salariés, est présent dans 5 pays (France, Chine, Maroc, Estonie, Allemagne) avec 24 implantations dont 9 en France. La nouvelle direction conservera-t-elle tous les sites ? Une décision devrait être prise rapidement.

 

La France en commun

 

Pour remettre notre société sur ses pieds, il faut placer l’humain au centre, développer la formation, augmenter le pouvoir d’achat, donner plus de pouvoir à ceux qui par leur travail créent les richesses. Il faut sécuriser le travail, les revenus et les parcours de vie. Les valeurs de la République ne peuvent plus s’arrêter aux portes de l’entreprise. Celles et ceux qui, par leur travail, créent les richesses doivent pouvoir prendre en main leur avenir. En mettant en commun leur intelligence collective, elles et ils doivent être les actrices et les acteurs de la transformation sociale. L’entreprise ne peut plus être le dernier bastion de la monarchie patronale et des actionnaires qui décident seuls de l’avenir des salariés et des territoires, sans avoir à l’esprit autre chose que le montant des dividendes et la valeur de l’action cotée en Bourse. Il est grand temps de donner un nouveau statut juridique à l’entreprise afin de donner plus de pouvoir aux travailleuses et aux travailleurs avec des Inspections du travail de proximité.

 

Nous appelons à participer massivement au rassemblement le

 

jeudi 21 septembre à 16h – place de la Mairie à Montceau-les-Mines

 

 

 

 

pcf logo

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer