Autres journaux :



jeudi 8 mars 2018 à 11:51

« Contre le poison de la division, tous cheminotEs  » (Politique – Social)

Selon Jean-Guy Trintignac du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) 71



On nous prie d’insérer :

 

 

 

« Le gouvernement a décidé de frapper vite, et de frapper fort, sur la SNCF, ses salariéEs, mais aussi ses usagerEs. Et il se livre à une véritable opération de diversion en faisant croire que le problème de la SNCF, ce serait le statut des cheminotEs.

 

 

Comme si c’était le statut des cheminotEs, et non des choix politiques, qui était responsable de la dette de la SNCF. Comme si c’était le statut des cheminotEs, et non des choix politiques, qui était responsable du prix trop élevé des billets. Comme si c’était le statut des cheminotEs, et non des choix politiques, qui était responsable de la dégradation du service public ferroviaire.

 

 

Si les cheminotEs sont remontés, et si un mouvement de grève se prépare, ce n’est pas pour des histoires de « privilèges » ou des intérêts corporatistes. C’est parce qu’ils et elles connaissent les réalités du terrain, et savent que les projets du gouvernement vont détruire encore un peu plus leurs conditions de travail, leur outil de travail et, finalement, le service public ferroviaire, un bien commun, un bien précieux, qui ne devrait pas être soumis aux logiques de concurrence et d’austérité.

 

 

Alors oui, c’est vrai que c’est galère quand on est coincé dans un mouvement de grève. Mais, parfois, il faut essayer de s’extraire de ça, et de réfléchir à ce qui nous attend, toutes et tous, pour la suite. Oui, on pourrait se dire : « Moi je vais pas bouger pour les cheminotEs parce que je n’ai rien à voir avec leur statut, je ne vais pas bouger pour les enseignantEs parce qu’ils ont trop de vacances, je ne vais pas bouger pour les chômeurEs parce qu’il y a des abus, les étudiantEs pourraient faire un petit effort avec les 5 euros d’APL, etc. » Mais le jour où on sera à son tour attaqué, il ne faudra pas s’étonner de se retrouver tout seul.

 

 

On est touTEs les cheminotEs de quelqu’un d’autre à ce jeu-là. Si en tant que travailleurE, salariéE, chômeurE ou retraitéE, on commence à penser qu’unE autre travailleurE, simplement parce qu’il ou elle a un acquis social qu’on n’a pas, est unE privilégiéE, alors il ne faut pas oublier que tôt ou tard, on va être victime du même genre de discours.

 

 

On vit dans un monde où ceux qui gagnent 150 000 euros par mois en exploitant les autres, arrivent à convaincre ceux qui vivent avec 1 500 euros que la cause de leurs problèmes, ce sont ceux qui vivent avec

 

 

2 000 euros ou avec 500 euros ! Et en haut, ça les fait bien marrer de nous voir nous jalouser des miettes.

 

Alors il est temps qu’on se regarde, qu’on se reconnaisse, et qu’on relève la tête, ensemble, pour stopper ce gouvernement qui nous écrasera touTes si on n’en finit pas avec le poison de la division. »

 

 

Jean-Guy Trintignac NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) 71

 

 

new NPA 28 07 16

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




9 commentaires sur “« Contre le poison de la division, tous cheminotEs  » (Politique – Social)”

  1. cervap dit :

    désolé , mais pas pour moi!!!!!

    je n’ai ni le memes temps de cotisation retraite, ni le meme temps de travail hebdomadaire, ni le train gratuit pour toute ma famille ainsi que quelques billet pour mes parents et mes grandsparents et j’en passe d’autres car la liste est trop longue

    hate que cette injustice sociale se termine.
    tout le monde doit faire des sacrifices pour ma part c’est fait

    bonne journée

  2. nobody dit :

    CERVAP a tout à fait raison…! on peut rajouter la prime de charbon… et autres.
    Pour ce qui est de la grève, non paiemement des jours non travaillés, interdiction de mettre des récup sur les jours de grève et de la délégation pour ceux qui en ont et ça va se passer tout seul.

  3. Kikidilui dit :

    Et j’ajouterais:il est grand temps que tout le monde soit au régime général…tout ce qui dépend de l’état Français…vu qu’ils ont piqué les retraites complémentaires du privé….

  4. boris dit :

    Bin, j’ suis desole le NPA, mais nous dans le prive on a pas de statut special. Alors tout le monde devrait etre loge a la meme enseigne. Cheminots, militaires,flic, pompiers, etc…..

  5. st vallier dit :

    Heureusement que l état a obliger Canalsat a rediffuser la chaine des prolaitaires haineux pour avoir de telles informations sur un métier dont ils parlent sans rien connaitre

  6. FOUCHEROT dit :

    Cervap,

    S’il y a tant d’avantages à être cheminot, il fallait être cheminot, ce qui t’aurait aussi permis d’en découvrir les inconvénients. L’herbe d’à côté est toujours plus verte. Qu’est-ce qui empêche de la brouter, au lieu de critiquer les prétendus privilégiés ?
    Il ne faut pas laisser le gouvernement casser la SNCF. Les usagers en feront aussi les frais. Et, après, ils viendront pleurer…

  7. loupblanc dit :

    alors que certaines personnes s’épanouissent au travail dans le monde 7 jours sur 7 , 10 à 12 heures par jour , pour moins de 100 euros , ce qui risque d’arriver , que le pouvoir divise le bas peuple responsable du reste de ses derniers acquis sociaux et ça marche , pourquoi ne pas niveler par le haut pour ceux qui critiquent , que vos enfants ou petits enfants vont pleurer et ne pas pouvoir se soigner , nos députés n’ont aucun privilège de retraite , et là personne ne combat , on revote pour les mêmes , et le cac 40 va faire presque 100 milliards de profits , jamais vu depuis 2007 avant que la bulle explose .
    pourtant 85 % des gens auraient le bac , je suis dubitatif et n’adhère pas au npa. mais les faits sont là . rdv dans seulement 2 ans

  8. nobody dit :

    Au fait qui prend le train .. … FOUCHEROT ? non c’ est trop cher car faut payer les billets de familles de cheminots !
    EH st vallier donne moi ta montre je te donnerai l ‘ heure .

  9. nobody dit :

    Les usagers subissent déjà et en ont plus que marre des retard et des tarifs . Ils payent déjà pour ceux qui voyagent gratis