Autres journaux :



vendredi 23 mars 2018 à 08:23

« Chronique de la mort annoncée du centre hospitalier Jean Bouveri à Montceau » (Politique)

" mettons des mots sur les maux et battons-nous, ensemble, pour la survie de notre hôpital ! » dit M. Lilian Noirot



On nous prie d’insérer :

 

 

 

 

« Non à la suppression de la chirurgie à Montceau, non à l’abandon de notre hôpital ! Stop aux mensonges et aux inactions, agissons TOUS ENSEMBLE pour sauver notre hôpital !

 

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a décidé de supprimer les services de chirurgie à l’hôpital Jean Bouveri à la fin de l’été 2018. Comme toujours avec la politique du président Macron, les choses ne sont présentées que d’un point de vue comptable, sans tenir compte des réalités humaines et
matérielles. L’hôpital public est en crise, les déserts médicaux s’étendent et de plus en plus de Français renoncent aux soins.

 

Cette décision est aussi folle qu’inacceptable, elle n’est le fruit que de considérations purement comptables et financières.

 

Après la fermeture de la maternité et de la pédiatrie, aujourd’hui de la chirurgie, demain ce sera au tour des urgences et du SMUR.

 

Les technocrates de l’ARS sont totalement déconnectés de la réalité du terrain. Ces derniers auront sur leur conscience la chronique d’une mort
annoncée d’un centre hospitalier, d’un territoire et d’une population : n’ayons pas peur de mettre des mots forts sur des maux mortels ! Ces décideurs vivant dans un autre monde et se soignant ailleurs pourraient, dans la même logique, nous dire que Montceau peut se passer de notre commissariat de Police ou de tout autre service public de proximité. Est-il acceptable de perdre nos services publics ? NON !

 

Cette mascarade a assez duré. La présidente du conseil de surveillance de l’hôpital et l’ARS ont assez menti aux professionnels de santé, aux
représentants syndicaux, au personnel hospitalier et à l’ensemble des citoyens de notre bassin de vie. Nous aurions aimé que madame la présidente du conseil de surveillance profites de sa visite à l’Elysée à l’invitation du président de la République pour sauver notre hôpital.

 

La suppression annoncée de la chirurgie viendra encore fragiliser la situation sociale, humaine et économique de notre territoire puisque de cette décision découlera la suppression de 90 emplois à Montceau. Quid de l’attractivité de notre territoire sans hôpital ? Comment voulez-vous que des familles et entreprises viennent s’installer à Montceau alors que notre hôpital se meurt ? Comment les habitants vont-ils pouvoir se soigner ?

 

L’ARS a-t-elle conscience qu’une telle décision risque de compromettre la vie de certains patients ? Comment croire en la survie du SMUR et des urgences dans une telle configuration ? On nous dit vouloir maintenir un « mini bloc opératoire », mais qu’est-ce qu’un « mini bloc opératoire » ?

 

Pourquoi ne pas conserver un bloc opératoire ? Quels  professionnels seront intéressés par de mini-activités à grands coûts ?

 

Pourtant, l’hôpital de Montceau a de nombreux atouts de pointe à l’instar de la chirurgie orthopédique, de la neurochirurgie ou encore de l’ophtalmologie.

 

Que vont devenir nos chirurgiens et spécialistes ? Où vont-ils pouvoir exercer ? Vont-ils devoir quitter définitivement notre territoire ? Hélas, nul ne le sait…

 

Plutôt que de chercher des économies, l’Etat se doit d’investir pour la modernisation de notre système de santé, en développant notamment les nouvelles technologies permettant l’essor de « l’e-santé » afin d’améliorer la prévention, le suivi des patients et d’éviter ainsi des actes répétitifs et
inutiles. Par ailleurs, il nous faut engager un véritable bras de fer avec les laboratoires pharmaceutiques afin de limiter les prix de certains médicaments et favoriser la production des versions génériques.

 

Face au fatalisme de madame Jarrot, à l’inaction du député fantôme de notre circonscription, contre le démantèlement de notre centre hospitalier, pour le maintien de la chirurgie à Montceau, mobilisons-nous TOUS ENSEMBLE ce samedi 24 mars à 10h devant la Mairie de Montceau-les-Mines !

 

Mobilisons-nous également sur les réseaux sociaux avec le hashtag :

 

#JeSuisLeCHJeanBouveri

 

Lilian NOIROT

 

Conseiller municipal « Les Patriotes » de Montceau-les-Mines

 

Conseiller régional de Bourgogne, Franche-Comté

 

Contact : lemeilleurpourmontceau@gmail.com

 

#JeSuisLeCHJeanBouveri

 

 

 

 

 

 

new noirot FN 17 05 16

 

 

Photo d’archives

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “« Chronique de la mort annoncée du centre hospitalier Jean Bouveri à Montceau » (Politique)”

  1. roussillon dit :

    Il faut du monde dans la rue…beaucoup..! Et même avec ça, comme à Paris et province ,hier, LREM et ses députés laisseront entendre que ce sont eux qui ont organisé ces manifs ,suite à 30 ans d’erreurs des gouvernements passés !!

    A bas les statuts « ça empêche de gagner plus et ça n’encourage pas ceux qui bossent mieux que les autres… »…A bas le rail, vivent les cars Macron…

    Et rendons visites aux dictatures de tout poil, pour leur refiler nos zincs, mais pas notre démocratie historique,d’ailleurs malmenée…L’argent n’a pas d’odeur, n’est ce pas ?

  2. Josall71 dit :

    Décidément, tel l’ouvrier de la 11ième heure, tout le monde s’y met!
    Mais les amalgames et positions opportunistes ne tromperont sans doute personne. D’autant plus qu’il y a quelques copier-coller qui n’ont pour mérite que de montrer que, pour essayer de s’intégrer au mouvement, d’aucun ont lus les messages antérieurs des vrais défenseurs de l’hôpital.
    Ceci dit il serait regrettable que samedi le rassemblement tourne uniquement à une dénonciation des derniers revirements de Mme Jarrot.
    Il n’est jamais agréable d’être lâché de cette manière, d’autres maires ont eu plus de courage en Bourgogne, mais l’enjeu dépasse une élue sans ligne directrice fiable.
    Puisque sur place nos « représentants » politiques se laissent porter par la débâcle, examinons des actions hors les murs qui permettent d’avoir comme interlocuteurs les vrais décideurs.
    Que cette convergence, partiellement exacerbée par des revirement très personnels, permette enfin la constitution d’un collectif d’action sans parti pris ni préséance, qui dépasse les clivages intracommunautaires et les vielles querelles qui ne serviront personne.
    Il y a un ensemble d’établissements de soins qui doit répondre au mieux aux besoins des populations de la CUCM sans jouer l’un contre l’autre. Ce sachant qu’avec la désertification médicale actuelle il y a des arbitrages indispensables; mais qui doivent être équilibrés sous peine d’un recentrage,voulu, sur Chalon qui desservira tout le monde.