Autres journaux :



mercredi 25 avril 2018 à 07:54

« Privatisation SNCF : quand l’Etat prend les usagers en otage » (Social)

La position de la CNL




La confédération Nationale prend position :

 

 

 

 

 

Le gouvernement d’E. Macron ne perd décidément pas de temps quand il s’agit de généraliser la précarisation à tous les niveaux. Ainsi, il entreprend de privatiser dans le même temps le secteur du logement et celui des transports…toujours au détriment des usagers.

 

 

Alors que le gouvernement essaye de faire passer l’action syndicale des cheminots pour la rébellion d’un petit groupe de privilégiés, elle constitue en réalité le seul rempart à la privatisation du secteur dont les usagers seront les grands perdants. Cette volonté de privatiser le secteur ferroviaire permet surtout à l’Etat de maintenir la politique de désengagement qu’il pratique également en matière de logement.

 

 

Par son refus d’entendre les revendications des cheminots et l’absence de dialogue instaurée en conséquence, l’Etat prend tous les usagers des transports en otage. Une situation inacceptable pour la CNL qui dénonce les répercussions d’un tel agissement.

 

 

Combien d’usagers affectés depuis le début de la mobilisation ? Combien ne pourront pas se rendre au travail les jours de grève ? Combien en ressentiront l’impact sur leur fiche de paie en fin de mois ? La politique d’E. Macron pèse déjà suffisamment sur le pouvoir d’achat des familles, celles-ci ne peuvent en supporter davantage.

 

 

L’erreur serait de tenir le mouvement syndical responsable quand c’est bien le gouvernement qui est en faute. La CNL demande l’indemnisation de tous les usagers pour le préjudice causé et les contrats d’abonnement non respectés. Ce n’est pas à eux de payer l’addition : usagers, envoyez vos factures à l’Elysée !

 

 

La victoire ne sera possible que dans la convergence des forces syndicales et du mouvement social.

 

La CNL appelle à participer aux manifestations du 1er mai, du 5 mai, du 13 mai, du 22 mai…et jusqu’à ce que le gouvernement entende raison ! »

 

 

 

 

 

 

new cnl 17 04 16

 

 

 

 

 


 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




7 commentaires sur “« Privatisation SNCF : quand l’Etat prend les usagers en otage » (Social)”

  1. Daniel BOBIN dit :

    Une indemnisation payée par qui ?
    L’État ? Mais c’est qui l’État ?
    Les contribuables of course !
    Il y a une pointe de démagogie dans le : « usagers, envoyez vos factures à l’Elysée ! »
    Envoyez plutôt vos factures à la CGT et à SUD !
    Rappel : il n’y a pas de privatisation de la SNCF ! Fake news de la CNL !
    Mais c’est vrai que tout allait si bien jusqu’à maintenant…
    Tout va très bien madame la Marquise le nouveau slogan de la CNL !
    Tant de milliards dépensés dans la politique du logement et toujours autant de mal-logés mais ne changeons rien…
    Pathétique…

  2. chimel dit :

    bjr ,

    apres cette « profession de foi » oserez vous encore essayer de nous faire croire que la cnl est apolitique ?

    bonne journée a vous?

  3. Pascontent dit :

    C’est du n’importe quoi. L’état n’a jamais dit qu’il privatiserait la SNCF.
    C’est l’emprunt des ligne françaises qui sera possible par des compagnie de transport privées, moyennant péage par les train qui y circuleront.
    C’est une obligation européenne pour établir un équilibre entre les différents réseaux.
    La SNCF fait de même en faisant circuler ses trains en Angleterre, en Allemagne, au Pays Bas, en Belgique, en Italie, en Espagne, en Suisse, etc…
    Quand aux remboursements, il serait juste de faire payer ceux qui en sont la cause, donc certains syndicats. Surtout que cette grève est motivée par une bataille entre syndicats pour obtenir le pouvoir aux prochaines élections professionnelle. C’est tellement facile de se mettre en valeur sur le dos d’une entreprise et donc de ses salariés, en sachant qu’elle peut impacter médiatiquement un maximum de français.
    Rappel: La CGT ne représente que 7% des voix de l’ensemble des agents SNCF aux dernières élections.
    Ceux (Conducteurs et contrôleurs) qui peuvent bloquer la SNCF et donc la France, ne sont que 12 000 parmi les 150 000 cheminots, soit 8%. Bravo la démocratie!..

  4. dodo dit :

    ça ne va pas plaire, mais moi je suis pour la privatisation, au moins il n’y aura plus de grève, le prix va baisser et les trains seront peut être à l’heure.

  5. Doudou71 dit :

    BONJOUR, dans tous les cas c’est tout les Français qui vont payé la dette de la SNCF, Mais tout les français ne sont pas SNCF, malgré tout les syndicats, et t’il normal que tout retraités et salariés vont payés leurs dettes

  6. roussillon dit :

    Le pouvoir central d’Etat a comme alibi Bruxelles pour privatiser à terme (en passant d’abord par une S.A et d’ici 2 ou 3 ans retirera ses billes,air connu !).

    Ce qui est certain c’est que Bruxelles n’a jamais demandé la mise à bas du statut des cheminots français.

    Et voila que les éboueurs réclament un statut..!

    Et voila que certains britanniques aimeraient bien que le train soit nationalisé!

    Mais qu’en pense TRUMP, qui n’en peut plus sous les bisous de notre cher Président ?

  7. roussillon dit :

    Ce serait tellement bien si le futur conducteur belge,suisse, allemand..des trains français, ne faisait jamais grêve,… s’il n’a pas son fromage,sa saucisse ou sa bière préférée…ou si,plus sérieusement, il dort trop souvent loin de sa maison et ne peut pas attendre ses enfants devant l’école…

    Sinon, l’ouverture à la concurrence,ça ne sert strictement à rien..!!!