Autres journaux :



lundi 2 juillet 2018 à 11:23

Association des Amis de la RASD ‘

Recommandations pour assurer le suivi de la grève de la faim de Claude Mangin-Asfari .. Lettre au roi du Maroc






On nous prie d’insérer :

 

 

« En dépit des encouragements prodigués par le Ministère des Affaires Etrangères pour demander à Claude de cesser sa grève de la faim de 4 semaines , elle n’a toujours pas reçu l’autorisation demandée pour Juin , de se rendre au Maroc , ni la restitution de son droit de visite à son mari Naâma détenu à la prison de Kénitra .

 

Je vous serais reconnaissante d’adresser , comme je le fais moi-même , ces courriers ( voir P.J. ) , en surmontant , pour Claude et Naâma , pour le peuple sahraoui , le dégoût de la  » haute considération  » au roi du Maroc !  

 

« Recommandations pour assurer le suivi de la grève de la faim de Claude Mangin-Asfari et reprendre la mobilisation dès septembre pour Claude et Naâma et tous les prisonniers politiques sahraouis

 

 

Le contexte :

 

Claude Mangin-Asfari a suivi une grève de la faim pendant 30 jours en mairie d’Ivry, vers la fin de laquelle elle a reçu, ce 15 mai, l’assurance de la part du Ministre français des Affaires Étrangères que son entrée au Maroc serait possible sans doute dans le courant de juin (le Ministre répondait alors à une question orale du député Jean-Paul Lecoq, faite en son nom et en celui de plusieurs parlementaires engagés dans le soutien à Mme Mangin-Asfari). Aussi a-t-elle suspendu sa grève le 17 mai. À noter que cet engagement de nos autorités est la conséquence, bien sûr, de l’action de Claude et de la significative mobilisation qui l’a entourée. Un élément décisif a été un courrier de la Présidence de la République invitant le MAE à négocier avec les autorités marocaines : il correspondait sans ambiguïté aux demandes de notre amie et du comité de suivi de la grève.

 

 

La suite :

 

Nous avons tenu le 9 juin une réunion-bilan qui a rassemblé une trentaine de personnes espérant encore qu’une réponse viendrait du MAE (voir le compte-rendu sur le site www.ecrirepourlesliberer.com). Les présents ont cependant renouvelé leur engagement à soutenir Claude en l’absence de réponse, et ont proposé une date « butoir », la fin du mois de juin, pour à nouveau intervenir si son entrée au Maroc n’apparaissait toujours pas possible. Ils ont considéré qu’il serait dès lors indispensable de s’adresser directement aux autorités marocaines, au Roi du Maroc d’abord, avec copie électronique à l’Ambassadeur du Maroc en France et au Président du CNDH.

 

Votre engagement à tous, élus, responsables associatifs et religieux, citoyens, est indispensable car les autorités marocaines doivent recevoir beaucoup de courriers et très vite.

 

Nous vous proposons un modèle de message que vous pouvez bien sûr adapter à votre main et les informations pour les destinataires.

 

Pour Mohamed VI : Secrétariat Particulier de Sa Majesté le Roi Mohamed VI

 

Palais Royal de Rabat Mechouar Touarga Rabat Maroc

 

Pour l’ambassade : Monsieur Chakib Benmoussa Ambassadeur info@amb-maroc.fr ou par courrier 5 rue le Tasse 75016 Paris

 

Pour le CNDH Monsieur Driss El Yazami Président : elyazami@cndh.org.ma

 

 

Et pour septembre

 

On fait le point des réponses reçues

 

On engage de nouvelles formes de mobilisation, en particulier le parrainage des prisonniers politiques sahraouis

 


Régine Villemont – Paris le 29 juin 2018

 

À la haute considération de Sa Majesté Le Roi

 

Secrétariat Particulier de Sa Majesté le Roi Mohamed VI

 

Palais Royal de Rabat

 

TOUARGA RABAT MECHOUAR

 

Votre Majesté,

 

Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance la situation de Claude Mangin-Asfari : citoyenne française et enseignante dans un collège de la région parisienne, elle est l’épouse de Naâma Asfari, prisonnier politique sahraoui au Maroc.

 

Lundi 16 avril 2018, pour la quatrième fois en près de deux ans, Claude Mangin-Asfari s’est vu refuser l’accès au territoire marocain, sans qu’aucun motif lui ait été communiqué pour justifier cette interdiction. Ce refus équivaut à une interdiction de visite à son mari, soit une atteinte grave à son droit élémentaire à une vie privée et familiale.

 

À son retour en France, le 17 avril 2018, pour interpeller les autorités marocaines et françaises sur sa situation et celle de son mari Naâma Asfari, actuellement détenu à la prison de Kénitra au Maroc, Claude Mangin-Asfari a décidé de mener une grève de la faim. Elle l’a poursuivie pendant 30 jours et ne l’a suspendue qu’après avoir reçu de Monsieur Le Drian, Ministre des Affaires Étrangères de la France, l’assurance que des négociations avec les autorités marocaines étaient en cours. Mais, à ce jour, Claude Mangin-Asfari n’a toujours pas reçu confirmation qu’elle pourrait prochainement rendre visite à son mari.

 

C’est pourquoi nous sollicitons instamment de votre bienveillance les mesures qui permettront de mettre un terme à cette situation douloureuse.

 

Nous prions Votre Majesté de bien vouloir agréer l’expression de notre haute considération. »

 

Pour mémoire : http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/blanzy/455799-suite-de-linjustice-ne-doit-pas-se-rendre-dans-le-silence-societe.html

 

Et : http://montceau-news.com/saone_et_loire/455584-linjustice-ne-doit-pas-se-rendre-dans-le-silence-societe.html

 

 

Et enfin : http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/blanzy/449777-societe-blanzy.html

 

 

 

 blanzy 2503186

 

 

Photo prise lors de sa venue à Blanzy

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer