Autres journaux :



mercredi 7 novembre 2018 à 11:12

Déplacement d’élus français en Italie en soutien au Maire de Riace (Politique)

Arrêté et placé aux arrêts domiciliaire...






On nous prie d’insérer :

 

 

« Esther Benbassa, Sénatrice écologiste de Paris, et Antoinette Guhl, Adjointe EELV à la Maire de Paris chargée de l’Economie sociale et solidaire organisent un déplacement les 07 et 08 novembre en Italie, afin d’apporter leur soutien à Domenico Lucano, Maire de Riace (Calabre). Elles seront accompagnées d’une délégation des diverses gauches, composée de Clémentine Autain, Députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, Jacques Boutault, Maire EELV du 2ème arrondissement de Paris, Bénédicte Monville de Cecco, Conseillère régionale écologiste (France Insoumise) d’Ile-De-France, ainsi que de Sophie Taille-Polian, Sénatrice Génération.s du Val-De-Marne.

 

 

Le Maire Domenico Lucano a récemment été arrêté, puis placé aux arrêts domiciliaires. Il est accusé d’aide à l’immigration clandestine par les autorités italiennes. Il est désormais interdit de séjour dans son village. Riace est devenu un symbole de l’accueil des migrants, après avoir été revitalisé et redynamisé tant socialement qu’économiquement, par l’arrivée de ressortissants étrangers dans la commune. En permettant depuis 1998 l’intégration des exilé.e.s par l’hébergement et le travail aux côtés des citoyens italiens, Dominico Lucano a développé un projet d’insertion aux antipodes des positions xénophobes du Ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini.

 

 

Ce déplacement sera l’occasion pour la délégation d’élu.e.s de rencontrer D. Lucano, le 08 novembre au matin, dans la petite ville de Caulonia. Il est ensuite prévu qu’ils se rendent dans le village de Riace.

 

 

Dans le contexte d’une véritable crise européenne de l’accueil en matière de migration, il a semblé important pour la délégation de venir apporter son soutien déterminé à Dominico Lucano et au village de Riace. »

 

 

 

Esther Benbassa 301117

 

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Déplacement d’élus français en Italie en soutien au Maire de Riace (Politique)”

  1. lebonsens dit :

    Bonjour,

     »
    après avoir été revitalisé et redynamisé tant socialement qu’économiquement, par l’arrivée de ressortissants étrangers dans la commune »

    On croit « rêver » !

    Vivement 2 ou 3 MILLIONS chez nous pour nous
    « revitaliser »

    J’ose espérer, que c’est sur leur argent personnel que toute cette bande de politiciens « éclairés » se déplace….

  2. lenny dit :

    qu’ils s’occupent dont de leur circonscription au lieu d’aller voir ailleurs

    ou veulent t’ils se faire mousser . pas la peine de chercher leur

    étiquette politique

  3. sillabruno dit :

    Appel pour la remise en liberté immédiate de Mimmo Lucano, maire de Riace (Calabre, Italie)
    Accusé d’avoir « favorisé l’immigration clandestine » le maire de Riace (Calabre) est aux arrêts domiciliaires depuis le 2 octobre. Il s’agit d’une arrestation en représailles à l’action courageuse de Mimmo Lucano, surnommé le « maire de l’accueil », qui s’était mis cet été en grève de la faim pour protester contre la politique migratoire inhumaine du gouvernement italien. Sa seule faute : avoir su mettre en place dans sa commune un système d’accueil qui fonctionne. Il a non seulement permis d’offrir à des femmes et des hommes fuyant la guerre et la misère des conditions de vie et de travail décentes, mais aussi à la population locale en créant des emplois (médiateurs.trices culturels, enseignant.e.s etc…), et en promouvant des formation inédites (laboratoires artisanaux, fermes pédagogiques). Une réussite dans un territoire connu pour ses mafias et son chômage. C’est cet exemple courageux que le gouvernement italien veut punir. Mimmo Lucano a pu en effet faire la preuve que l’accueil des migrant.e.s pouvait se conjuguer avec le dialogue et le bien être d’une communauté tout entière. Il est pour cela depuis quelques années sur la liste noire de tous les partis et mouvements qui entendent faire de la peur de l’autre et de la répression contre les migrant.e.s leur fonds de commerce politique. L’Italie vit un moment très grave : les propos particulièrement choquants que tiennent régulièrement le principal parti de gouvernement, la Lega et le vice-premier ministre Matteo Salvini lèvent les tabous et libèrent les venins les plus abominables : le racisme et la haine. Dans le sud de l’Italie, l’exploitation éhontée des migrant.e.s fait les affaires d’une poignée de propriétaires terriens, vrais négriers, de nationalité italienne pour la plupart. En garantissant aux migrant.e.s des conditions de travail et de vie décentes, Mimmo Lucano prend le contrepied de cette exploitation. Il les protège des nombreuses tragédies -mort de douzaines d’immigré.e.s sur les routes durant le transport du travail aux camps où ils-elles sont entassés- qui ont marqué l’été. C’est un acte de solidarité. C’est pourquoi, la décision de justice contre Mimmo Lucano instaure de fait un nouveau délit, le délit de solidarité. Face à l’offensive déclenchée par le Ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini contre les migrant.e.s, les pauvres et celles et ceux qui les soutiennent, nous dénonçons cette arrestation et affirmons publiquement notre solidarité pleine et entière avec celles et ceux qui, comme Mimmo Lucano, sont entrés en lutte, ou s’apprêtent à le faire. Nous apportons notre soutien à Mimmo Lucano, à sa famille et à la population de sa commune, face à l’acharnement d’un gouvernement de la haine qui fait de la peur de l’autre son fonds de commerce politique.