Autres journaux :



lundi 17 juin 2019 à 19:49

Projet de Centre éducatif fermé (CEF) à Chardonnay (Politique)

Abandonné à la grande satisfaction de Jean Paul Emorine, Jérôme Durain et Marie Mercier, Sénateurs de Saône-et-Loir Mais pourquoi ?





On nous prie d’insérer :

 

 

« Depuis plusieurs mois, en relation étroite avec Paul Perre, maire de Chardonnay, nous avons alerté la Garde des Sceaux concernant le projet de Centre éducatif fermé (CEF) sur la commune, destiné à remplacer celui d’Autun dont l’activité a cessé en décembre 2018.

 

 

Le CEF devait en effet s’implanter au château de Montlaville, à Chardonnay, sans aucune concertation avec les élus locaux. Aussi, nous avons sollicité la ministre afin que les différentes parties prenantes du projet puissent se rencontrer afin d’échanger sur sa réelle faisabilité.

 

 

Grâce à cette démarche, aux nombreux courriers et réunions auxquelles nous avons participé, le ministère de la Justice vient de prendre la décision de ne pas poursuivre ce projet d’implantation, et nous nous en réjouissons.

 

 

Un travail de prospection est désormais en cours pour identifier un site mieux adapté au besoin de l’accueil des mineurs placés sous l’autorité de la justice dans notre département de Saône-et-Loire. Il sera mené par la direction de la protection judiciaire de la jeunesse en dialogue constant avec les élus locaux, nous garantit le ministère de la Justice.

 

 

Nous restons vigilants et à la disposition des maires pour aborder ce projet dans l’intérêt des jeunes et de notre territoire. »

 

 

Jean Paul Emorine, Jérôme Durain et Marie Mercier

 

 

Sénateurs de Saône-et-Loire

 

 

senateurs Marie Mercier Jeome Durain Jean-Paul Emorine senat poistion politique opinion site web Montceau-news.com 180619

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Projet de Centre éducatif fermé (CEF) à Chardonnay (Politique)”

  1. fredko dit :

    Les CEF, c’est comme les éoliennes, tout le monde dit qu’il en faut, que c’est indispensable. Mais personne n’en veut dans sa commune