Autres journaux :


jeudi 3 novembre 2016 à 08:01

Octobre rose en teintes pastel (Montceau)

Des ateliers pour déposer son fardeau au centre nautique



 

La responsable de l’action sociale et des familles, Charlotte Colas, est à l’accueil des « invités », ils se sont inscrits auprès du pôle prévention santé. Cette jeune femme reste très modeste, mais sur ses frêles épaules (si on dit ça, c’est une licence poétique) reposent beaucoup de choses et une partie du succès de ce mois peint en rose, et de cet après-midi où le centre nautique accueille des ateliers bien être, des endroits où l’on dépose enfin ces enclumes qui vous tirent le cou vers le bas dans le quotidien.

 

 

Des femmes, des femmes et un homme ; ah ? Non, deux. Le premier commence par l’atelier sophrologie, le second la musicothérapie.

 

Cet après-midi au centre nautique il y a 4 ateliers :

 

 

Art thérapie avec Mireille Kazmine
Sophrologie avec Lazarette Coelho-Barbosa
Alimentation avec Barbara Ngovinassack
Musicothérapie avec Annie Bouckaert

 

 

26 personnes sont inscrites, c’est beaucoup, souvent on ne dépasse pa la quinzaine, voir la vingtaine. Les gens viennent un peu à l’égrenée, on est ouvert ici de 15h00 à 18h00. Et d’autres viennent en surplus (ils ont vu de la lumière ou n’ont pu s’inscrire à temps). Succès certifié, quand quelque chose marche bien, il faut le dire…

 

 

Caroline Lopez, qui se replie derrière l’étendard du Pôle prévention santé, explique qu’il fallait une grosse action bien nette pour clore ce mois d’octobre rose. Cet après-midi, avec ses ateliers, en est une.

 

 

En fait, comme à l’accoutumée avec le pôle santé, une action n’est qu’un point d’étape. Ces ateliers de l’après-midi sont en fait des portes ouvertes à l’année sur une offre bien être qui dépasse le thème de ce mois.

 

 

En même temps il a de quoi flipper et avoir recours aux thérapies ayant un atelier cet après-midi. Entre les messages mortifères, les annonces alarmantes, les contre offensives anti dépistage systématique, les statistiques, les études américaines sans contrôle, les études française supposées sans support des grands groupes pharmaceutiques, les messages du ministère de la santé, les articles de journaux…. On ne sait à quels saints se vouer… (Sans jeu de mots)

 

 

Lorsque l’atelier musicothérapie commence il comprend un homme dont le parcours de vie et de santé l’a amené à se guérir par la musicothérapie… Il préfère les doubles croches aux anxiolytiques, le doux gazouillis des trilles aux notices anxiogènes. Mais il a aussi fait de l’art thérapie, etc.
On sent bien dans la salle que ceux qui sont présents ne le sont pas par hasard et sont très ouverts à ce qui individuellement amène à un partage collectif.

 

Et puis c’est aussi une manière de créer du lien social, de rompre les digues de la solitude, de mesurer à l’aune des difficultés des autres les chances de dépassement des siennes.

 

 

C’est une bonne manière de clore un mois qui s’intéresse à des situations pas toujours drôle, mais apporte moult réponses à ceux qui en recherchent, moult occasions de partager à ceux qui y sont prêts.

 

 

Gilles Desnoix

 


sante-0111163

 

sante-0111164

 

sante-0111165

 

 

sante-0111166

 

sante-0111167

 

sante-0111168

 

sante-0111169

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer