Autres journaux :



dimanche 26 mars 2017 à 06:29

Réunion publique du Codef vendredi 24 mars au Syndicat des mineurs

Le thème est explicite : Où va notre Hôpital



 

Il s’agit pour le bureau du Codef de présenter une analyse exhaustive et pointue du 3ème et dernier relevé de décisions du Copermo a communiqué et de la lettre d’accompagnement de la directrice générale de l’offre de soins.

 

 

Cette dernière fixe l’objectif : mettre en place une stratégie de retour à l’équilibre financier des établissements.

 

 

Les différents intervenants du CODEF pointent que le fil conducteur des décisions prises est purement financier. Et ce en partant du constat que la « situation financière des trois établissements reste très dégradée » pour arriver au final à « la mise en œuvre du plan d’action à travers la signature du Contrat de Retour à l’Equilibre Financier (CREF) dont l’ARS assurera le suivi.

 

 

 

Il ne s’agit pas de parler des domaines d’intervention de l’hôpital, de la qualité des prestations et des plateaux techniques, des compétences de ses équipes, des statistiques en matière de santé, non il s’agit de traiter uniquement le volet financier. L’offre de soins est complètement gommée des commentaires du Copermo.

 

 

 

Chaque fois que l’offre de soins est évoquée c’est en termes négatifs : réduction des durées moyennes de séjour, augmentation de l’ambulatoire, réduction du nombre de lits, réduction de la masse salariale, suppression des doublons d’activité.

 

 

 

Pour 2015 « le déficit d’exploitation cumulé des trois sites s’élève à 8,6M€ » contre 8,9M€ en 2014. Donc conclusion, la situation financière des trois établissements reste très dégradée.

 

 

 

Le Codef souligne en conséquence l’échec du plan d’action précédemment mis en œuvre. Et il pointe le prix fort payé par les établissements et donc l’offre de soins, les assurés : les suppressions de lits et d’emplois

 

 

 

Michel Prieur met en exergue la réponse d’un cadre du centre hospitalier à sa remarque sur cet échec et ce coût : « si nous ne l’avions pas fait le déficit aurait été encore plus important ». Michel Prieur s’élève contre cette façon de cautionner les suppressions d’emplois avec toutes les conséquences néfastes qu’elles entrainent.

 

 

 

Le CODEF aborde aussi un problème technique qui peut avoir des conséquences dramatiques.

 

 

 

La part des économies à réaliser dans le cadre du plan d’action de Cpermo3 représente 67% du total soit 14,2M€ et ce plan d’action n’aborde pas la réorganisation capacitaire (nombre de lits ndlr).

 

 

Ces menaces sont lourdes puisque le rapport explique que le redressement de la situation financière aura « un impact social » et nécessitera « un fort accompagnement de l’ARS ».

 

 

Autre point noir : l’objectif cible un taux de marge brute à 8% avec un objectif intermédiaire de 5% en 2017 !

 

 

Le taux de marge brute 2015 est de 1,6% et celui de 2016, selon les prévisions, sera négatif. Le Codef voit mal comment cet objectif pourrait être atteint sauf à détruire un peu plus l’offre de soins.

 

 

Et d’ailleurs cette dernière devra être réorganisée « dans une logique d’optimisation des ressources et de réduction de la masse salariale ».

 

 

On parle aussi de la suppression de 40 lits…

 

Le Codef entend donc, très fortement « s’opposer à ce plan d’économies qui dégraderont l’offre de soin de proximité, alors que le problème de la mauvaise situation financière de nos CH provient des insuffisances de financement dues aux tarifs de la T2A sans cesse revus à la baisse et à ce mode de financement lui-même ».
.

 

Du coup le CODEF lance un vibrant appel “l’optimisation va nous mettre ko !”.

 

Pour lui il s’agit d’une alerte qui prolonge les actions et les questions posées par les organisations syndicales qu’il soutient.

 

 

Jean Paul Meneghel demande une pause et vite

 

 

 

« Nous souhaitons et appelons à une pause, mais en l’utilisant comme moment d’échanges, d’analyses entre toutes les parties prenantes et concernées pour en faire un point d’étape pour déboucher sur un avenir vertueux. L’annonce qui devrait être faite par Christophe Sirugue lors de sa prochaine visite à l’hôpital Jean Bouveri nous prouve que la pause est possible. Il faut juste en avoir la volonté et s’en donner les moyens. »

 

 

Le CODEF a mis en ligne un questionnaire téléchargeable intitulé « La santé c’est l’affaire de tous, donnez votre avis ».

 

http://www.lecodef.org
webmaster@lecodef.org

 

 

 

Une trentaine de personnes étaient présentes pour écouter les exposés et dialoguer. Parmi les personnes présentes Guillaume PIERRE Président du Collectif de défense de l’hôpital de Decize et Membre du C.A. de la coordination Nationale.

 

 

Il a fait une intervention très suivie sur la situation de l’hôpital de Decize, qui présente de réelles similitudes avec Jean Bouveri.

 

 

Il s’agissait pour l’hôpital de Decize de mettre en place un GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) avec l’hôpital pivot de Nevers.

 

 

Guillaume PIERRE a mis en évidence la dimension nationale de la déstructuration du système de santé.

 

 

Ce fut une réunion publique interactive et studieuse. Certains participants ont fait part de leurs très fortes inquiétudes.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

codef 2503175

 

 

codef 2503174

 

 

codef 2503173

 

 

codef 2503172

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Réunion publique du Codef vendredi 24 mars au Syndicat des mineurs”

  1. marius8 dit :

    « Nous souhaitons et appelons à une pause, mais en l’utilisant comme moment d’échanges, d’analyses entre toutes les parties prenantes et concernées pour en faire un point d’étape pour déboucher sur un avenir vertueux. L’annonce qui devrait être faite par Christophe Sirugue lors de sa prochaine visite à l’hôpital Jean Bouveri nous prouve que la pause est possible. Il faut juste en avoir la volonté et s’en donner les moyens. » Monsieur Sirugue plus député mais nouveau ministre de la santé on ne nous dit pas tout