Autres journaux :



mardi 17 octobre 2017 à 07:14

Octobre rose

Rencontre avec Pauline Jourd’heuil du Centre Georges François Leclerc



 

 

 

 

Ce dimanche matin, les Grands parcs de Montceau-les-Mines accueillaient une nouvelle fois des manifestations dans le cadre d’Octobre rose : marche, course, zumba etc.

Parmi les stands d’information, il était possible de découvrir le Centre Georges François Leclerc localisé à Dijon.

 

Un centre unique en Bourgogne-France Comté

 

 

Et c’est Pauline Jourd’heuil, assistante en communication, qui nous a présenté l’établissement.

 

Le centre de cancérologie est situé à Dijon. Il traite tous les cancers et uniquement les cancers.

 

 

Il a pour missions les soins, la recherche, l’enseignement et l’accompagnement des patients. Il intervient auprès des étudiants en médecine pour contribuer à leur formation.

 

 

Cette année, le bassin minier l’a invité afin qu’il présente ses activités. Et il y a de quoi être fier de sa présence, puisqu’il s’agit du seul centre à réaliser de telles activités de manière exclusive en Bourgogne-France Comté. Et il fait partie des 19 autres centres de lutte contre le cancer en France.

 

 

Ce centre a notamment développé la chirurgie ambulatoire pour les cancers du sein pour 65 % des cas. Cette avancée est très bien perçue par les patientes nous dit-on.

Elle ne peut actuellement pas être généralisée à tous les cas pour plusieurs raisons : l’éloignement géographique avec le centre doit être limité ; la nature du cancer peut demander un suivi plus contraignant.

 

 

Pauline Jourd’heuil était aussi présente pour indiquer qu’on ne traite plus le cancer de la même manière qu’auparavant. Le traitement est individualisé, personnalisé.

Le Centre Georges François Leclerc possède ainsi plusieurs services performants : radiothérapie, radiologie, médecine nucléaire, des laboratoires et blocs opératoires.

Reconnu établissement de santé privé d’intérêt collectif (ESPIC), le Centre Leclerc peut recevoir des dons qui contribueront à la recherche.

 

 

Autre particularité : tous les médecins sont salariés et il n’y a pas de dépassement d’honoraires.

 

Des ateliers variés sont mis en place auprès des patients : yoga, gym douce, taï chi, ateliers culinaires, une esthéticienne etc. Tous ces ateliers sont gratuits pour les patients.

 

 

Autrement dit, le centre propose un accompagnement de A à Z, de l’annonce du diagnostic à l’après-cancer. Des assistantes sociales sont présentes par exemple pour la reprise du travail et aussi des psychologues et des diététiciennes.

 

 

Et pour ceux ou celles qui ne pourraient pas se déplacer à Dijon, qu’ils se rassurent : le centre a mis en place des partenariats avec des groupements hospitaliers de territoire auprès desquels il propose régulièrement des formations.

 

 

Quelques chiffres

 

 

Ce sont 760 salariés, 6480 nouveaux patients, 228 études cliniques menées, 10 % du budget consacré à la recherche.

 

 

Au niveau de l’enseignement, ce sont 80 internes et 190 externes en médecine, 241 formations proposées au personnel soit 11040 heures et 428 stagiaires accueillis.

Enfin au niveau des soins, ce sont 22130 patients et consultants, 193 lits et places d’hospitalisation (dont 36 en hôpital de jour, 12 en hospitalisation à domicile et 8 en chirurgie ambulatoire). La durée moyenne de séjour est de trois jours. En 2016, le centre a assuré 61004 séjours et séances, 32989 chimiothérapies et 36830 actes en radiothérapie.

 

 

Le centre va poursuivre sa tournée tout au long du mois d’octobre, dans plusieurs villes de la grande région afin de poursuivre l’information sur le dépistage du cancer du sein.

 

 

 

EM

 

 

 

emil 1610172

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer