Autres journaux :



jeudi 25 janvier 2018 à 16:53

« Mort » de la chirurgie à Montceau – la réponse au CODEF

... des représentants du personnel !



 

On nous prie d’insérer :

 

 

Nous pouvons tous réagir à certains événements ; ceci ne nous choque pas.

 

Mais, la manière de le faire peut, par contre, réveiller les réactions.

 

Dans l’article du CODEF dont nous avons pris connaissance, quel manque de respect, de démocratie…face au personnel soignant, aux syndicalistes présents.

 

« Farce de mauvais goût » telle est qualifiée la manifestation engagée hier par du personnel en souffrance.

 

Le CODEF n’a pas la pensée unique et jamais, publiquement, nous avons critiqué leurs actions et analyses que nous ne partageons pas forcément.

 

Il serait bien que l’association en fasse de même et nous espérons que, devant une décision ministérielle, si elle est non conforme à sa demande, ne renvoie pas à Mr le 1er Ministre une expression de ce style.

 

Face aux décisions concernant la chirurgie, les salariés ont débuté des entretiens afin d’être réorientés sur d’autres disciplines.

 

Retour en arrière ??????

 

Messieurs du CODEF, oui, tous nous le souhaiterions.

 

Mais à ce jour, la dynamique est tout autre.

 

Peut-être pourriez-vous venir sur le site pour expliquer qu’il s’agit d’une « farce de mauvais goût » !

 

Lors de votre dernière manifestation, nous avons appelé à une mobilisation citoyenne car, avant de penser à des guerres d’égo ou de positions différentes, nous avons voulu être unis ce jour là.

 

Visiblement, nous ne partageons pas les mêmes valeurs sur ce sujet et bien évidemment en tirerons les conséquences.

 

Les salariés et usagers n’ont que faire de ces querelles de clochers et soyez sûrs que quelque soit la réaction médiatique apportée, nous ne nous manifesterons pas.

 

Les salariés et usagers méritent mieux et nous préférons consacrer notre temps auprès d’eux. »

 

 

Dont acte en espérant que la « polémique » s’arrêtera  là !

 

 

 

 

HOP 24011810

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “« Mort » de la chirurgie à Montceau – la réponse au CODEF”

  1. July dit :

    Hôpital de Montceau déficitaire amenant à une situation très grave, mais pas que Montceau . La mobilisation doit continuée .

     » La Tribune  » déc 2017 .

    Frédéric Valletoux, la ligne rouge est dépassée » : en effet, selon lui, la situation financière des établissements « devrait connaître un déficit historique de 1,5 milliard d’euros »en 2017, menaçant « la qualité des soins ».

    « L’hôpital ne peut être l’unique variable d’ajustement »

    S’appuyant sur « les premières estimations remontées aux Agences régionales de santé (ARS) par les établissements », la FHF évalue le déficit des hôpitaux pour 2017 à « 1,5 milliard, soit 2% des budgets hospitaliers, un niveau dramatique et totalement inédit ».

    La FHF explique « cette dégradation » par « l’impact des plans annuels d’économies », mais aussi « par une activité tout au long de l’année moins dynamique que celle prévue lors de la construction des tarifs d’hospitalisation il y a un an ».

    « Ce choix de baisser les tarifs au début de l’exercice en anticipation de soi-disantes hausses d’activités a conduit cette année à faire supporter aux hôpitaux un même niveau de dépenses incompressibles en regard d’un moindre niveau de ressources. »

  2. Josall71 dit :

    Je suis en accord avec cette réaction et « l’accaparement » par le CODEF de la ligne de défense du CH M les M commençait à devenir assez dérangeante. Les engagements et actions menées depuis longtemps sont tout à l’honneur de ce collectif…mais déraper sur « hors du CODEF » point de légitimité serait ignorer le travail au jour le jour et continu que les sections syndicales font depuis encore plus longtemps…et qui n’a pas toujours été externalisé ou médiatisé. Celui qui crie le plus fort n’est pas forcément le seul, ou le plus apte, à analyser, proposer et agir. Je serai sans doute vilipendé pour cette réflexion. Mais de cela j’ai l’habitude de même que de mener, et parfois d’exprimer, mes convictions et de tenter, autant que possible, d’agir pour progresser…même si je ne le crie pas sur les toits!