Autres journaux :



vendredi 2 février 2018 à 16:53

A propos de la « Chronique judiciaire » : « L’assassinat de la chirurgie montcellienne… »

Ce qu'en pense le CODEF (Collectif des Usagers des hôpitaux)



Le collectif réagit :

 

 

« Le Codef revient sur cette chronique d’un professionnel de santé, (voir lien en bas de page) professionnel que nous aimerions bien connaitre, puisqu’avec lui nous pensons qu’il y a urgence à fédérer « toutes les volontés, toutes les compétences, toutes les équipes, tous les instruments, surtout tous les acteurs ».

 

Nous revenons car il évoque, comme le Codef, le devenir du service des urgences après avoir posé la question : « Et après la chirurgie, quel service devra-t-il fermer par manque de rentabilité ? ».

 

Eh oui d’autant que, dans son dernier avis, le Copermo dit que l’impact financier de la fermeture de toute la chirurgie permettra « d’atteindre une marge nulle, ce qui reste insuffisant et qu’il sera donc nécessaire que d’autres axes de restructuration de l’offre et des moyens associés soient approfondis et mis en œuvre pour redresser significativement la situation financière ».

 

C’est clairement annoncé et confirme le bienfondé de la question : Et après la chirurgie, quel service devra-t-il fermer par manque de rentabilité ?

 

Dans ces conditions l’auteur de la « chronique judiciaire » » s’interroge sur le devenir des urgences et sa réflexion le conduit à affirmer qu’”elles n’auront plus aucune raison d’être. »

 

Autre façon de formuler la crainte du Codef prévoyant la fermeture des urgences par étapes…. Ce qui a déjà commencé ! En effet nous venons d’apprendre que le bloc opératoire du CH Montceau est fermé la nuit et le week-end du vendredi soir au lundi matin. La nuit et le WE le médecin urgentiste est en contact avec un chirurgien pour avis et deux cas de figure peuvent se présenter :

 

• Soit il y a urgence et le patient est transféré à Chalon puisqu’à Montceau le bloc est fermé

 

• Soit le « patient peut attendre le lendemain ou le lundi  » et il est alors hospitalisé dans le service de chirurgie de Montceau.

 

En 2017 notre service des urgences a traité 24035 passages ! alors si un jour  » elles n’ont plus aucune raison d’être » ……..ce qu’hélas il est logique de penser tant que le système de santé n’aura pas retrouvé son sens, sa véritable nature.

 

Alors madame la Ministre il ne suffit pas de dire que vous voulez le rénover, le rendre pérenne, il faut faire et très vite. Et peut être également répondre aux demandes argumentées du Codef autrement que par de accusés de réception.

 

Au rédacteur de cette chronique citée plus haut nous disons que nous partageons son analyse et que nous souhaitons le rencontrer pour « montrer aux autorités que nous voulons et savons arrêter une hémorragie, maintenir viable un membre sectionné et le greffer pour rendre à Montceau les soins de proximité qu’elle mérite.

 

Le 2 Février 2018

 

http://montceau-news.com/saone_et_loire/437407-chronique-judiciaire.html

 

 

 

hop 2001183

 

 

Photo d’archives

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “A propos de la « Chronique judiciaire » : « L’assassinat de la chirurgie montcellienne… »”

  1. Josall71 dit :

    Les urgences étaient fréquentées et en l’état ne pouvaient être fermées…ce n’est pas un problème! Tout sera fait pour que la fréquentation baisse, franchisse le seuil de non-maintenance selon des critères économiques et technocratiques adéquats et il sera inéluctable de fermer. Ainsi vont de nombreux services publiques dans notre belle république solidaire et égalitaire. La poste est championne dans cette pratique d’organisation des baisses de la fréquentation par la diminution des temps d’ouverture et de la qualité du service. Le modèle existe et le même cheminement commence à Montceau!
    Bien sur il sera affirmé que cela n’est pas vrai, que les réajustements sont qualitatifs et objectifs etc…et s’il y a des réactions trop nombreuses cela n’est qu’une question de temps ou d’usure des trublions. Mais une fois le processus engagé, ce qui est le cas, c’est que l’issue est fixée…fermeture!
    Comme la raréfaction des médecins de ville est déjà bien amorcée et que « les gardes », par ceux qui restent refusées; les alternatives seront soit le privé (heureusement à but non lucratif au Creusot) ou effectivement le CH Chalon.
    Le discours sur le combat contre les désertifications et contredit tous les jours par la méthode.

  2. lebonsens dit :

    Bonjour,

    Pour des avoir de VRAIES URGENCES , il faut impérativement avoir

    CHIRURGIENS et ANESTHESISTES, ce qui ne sera plus le cas !

    Sinon, ce sera uniquement pour de la « bobologie » et les autres directement à CHALON ou bien LE CREUSOT si vous le demandez.

    N’oubliez pas de remercier « l’ultralibéral JUPITER »